Selon iSupply qui vient de remettre son rapport sur la situation du marché des Télécoms et notamment des smartphones, 2012 est la première année où Nokia ne sera pas le premier vendeur en volume de téléphones ni de smartphones, mettant ainsi fait à une domination de 14 ans sur le marché mobile.

marché des Télécoms

C’est bien évidemment Samsung qui hérite de cette place sur les deux créneaux grâce à une stratégie bien établie, une marque forte, un marketing efficace et une gamme de produits très large qui répond à différents segments de marché.

Dans le détail, le marché des smartphones est en croissance de 35.5 % sur un an alors même que le marché global de la téléphonie est stable avec 1 % de croissance. Les smartphones prennent donc une place encore plus prédominante cette année, ils représentent 47 % des terminaux vendus contre 35 % en 2011, le reste étant constitué de features phones et de téléphones basiques. 

Après une année 2011 où Apple et Samsung étaient au coude à coude, le coréen a pris largement le dessus sur son adversaire californien avec une part de marché atteignant 28 % contre 20 % pour Apple alors que l’an dernier ils étaient respectivement à 20 % et 19 %. Nokia, rétrogradé à la 3ème place en 2011 sur le marché des smartphone accuse une baisse importante de sa part de marché passant de 16 % à seulement 5 %. Le constructeur finlandais se retrouve donc au même niveau que HTC et RIM qui ne sont pas réputés pour être les plus en bonne santé.

marché des Télécoms

Sur le marché plus global des téléphones tout confondu, Nokia chute pour la première fois à la deuxième place derrière Samsung à cause d’une chute importante des ventes de terminaux sous Symbian, Nokia arretant progressivement la ventes de ce type d’appareils pour se concentrer sur Windows Phone. Il en résulte que Nokia passe de 30 % de part de marché à seulement 24 % tandis que Samsung passe de 24 % à 29 %. Derrière, les autres acteurs sont plutôt stables avec Apple 3ème, HTC 4ème et LG 5ème.

Reste à voir maintenant quel sort sera réservé à Nokia l’année prochaine alors que Windows Phone devrait atteindre sa vitesse de croisière. On ne sait pas si le finlandais réussira à enrayer la baisse ou si les ventes de Windows Phone seront insuffisante pour stabiliser voire gagner des parts de marché dans un marché qui devrait continuer de croître.

Source