Alors que l’annonce du Kindle Fire 2 devrait intervenir le 6 septembre, les rumeurs commencent à se montrer plus insistante sur l’avenir de la tablette signée Amazon.

A ce propos, une rumeur surprenante fait état d’un rapprochement probable de Nokia et d’Amazon pour écarter encore un peu plus Google et ses services que le géant de la recherche fournit sur Android. Rappelons en effet que le Kinfle Fire utilise Android comme base mais qu’Amazon a retiré tous les services Google pour les remplacer par ses propres services. C’est le cas par exemple de la boutique de MP3 ou de la boutique d’applications. 

Le Kindle Fire dans sa première itération ne possède pas de logiciel de cartographie puisque Amazon n’a pas développée sa propre solution. Il ne possède d’ailleurs pas de GPS. Les utilisateurs n’ont pas d’accès natif aux cartes mais peuvent tout de même utiliser Google Maps via le navigateur.

Selon deux sources de Reuters qui seraient proche du dossier, Amazon aurait la volonté d’offrir la fonction de cartographie aux utilisateurs de sa tablette et réfléchirait donc à l’implémentation d’une puce et d’une antenne GPS accompagné d’un logiciel de cartographie. Amazon n’ayant pas de solution propre, l’entreprise doit faire appel à un partenaire et toujours selon Reuters Nokia pourrait être celui.

Si cette rumeur peut paraître surprenante au premier abord, il ne faut pas oublier que Nokia Maps (ou Ovi Maps pour les plus anciens consommateurs de produits Nokia) est un très bon service de cartographie sur lequel l’ancien leader du marché de la téléphonie a beaucoup investis et qui existe depuis plus de 10 ans. L’expertise développée par Nokia dans ce domaine est reconnue par beaucoup si bien que Bing Maps a été remplacé par le service de Nokia dans Windows Phone 8.

Cette décision permettrait à Amazon d’offrir des services en plus aux utilisateurs de Kindle qui pourraient être tenté par un Nexus 7 de Google / Asus, le principal concurrent en terme de fonctionnalité et de prix.

Cela serait en tout cas un sacré pied de nez à Google et une décision intelligente de Nokia et d’Amazon pour essayer de réduire l’hégémonie de Google sur les nouvelles technologies avec ces différents. Nokia aurait aussi à y gagner en diversifiant un peu ses sources de revenus et en proposant ses services au-delà de ses appareils. Le Kindle Fire n’étant pas un smartphone, Nokia y a intérêt surtout que le produit est pour le moment exclusivement vendu aux Etats-Unis, là ou la marque Nokia reste peu ancrée même si l’accord de partenariat avec Microsoft a un peu changé les choses.

Cette rumeur semble donc plausible d’autant qu’il n’y aurait que des avantages pour les deux partenaires et il ne faut aucun doute que cela embêterait beaucoup Google.

Source : Reuters