Si avec ça le marketplace ne se remplit pas d’applications, il n’y en aura jamais.

Microsoft et Nokia savent que l’élément primordial dont ils manquent pour faire de WP8 une plateforme comparable à Android et iOS, ce sont les applications. Alors que cela fait 4 ans que des applications existent sur iOS et presque autant pour Android, WP n’a commencé sa carrière qu’il y a un peu plus d’un an et demi et avec des parts de marché qui sont toujours restées en dessous.

Dès le début, Microsoft a donc du mettre la main au portefeuille pour essayer d’attirer les développeurs
avec un succès qui reste mitigé jusque là. Cela ne l’empêche pas de renouveler l’opération d’une manière un peu différente et cette fois main dans la main avec Nokia, tel un vieux couple amoureux qui ne sait plus vivre l’un sans l’autre.

Les deux entreprises ont donc créé en mars l’AppCampus en partenariat avec une université finlandaise. L’objectif est de distribuer jusqu’à 9 millions d’euros à des développeurs pour qu’ils créaient des applications.

TechCrunch note qu’ils auraient déjà donné 1 million de dollars à 36 développeurs. Pekka Sinoven, responsable du programme AppCampus, souligne que les applications financées seront dévoilées en octobre et qu’elles seront disponibles pour les appareils Windows Phone et « d’autres plateformes Nokia » (on pense notamment à Symbian). Les développeurs financés par ce programme ont signé un contrat les obligeant à respecter une exclusivité de 6 mois avec Windows Phone avant de pouvoir sortir leur solution sur Android ou iOS.

On ne sait que très peu de choses de ces applications si ce n’est qu’une concerne la recherche d’emploi et qu’une autre permet de mesurer le taux de sucre dans le sang – pas vraiment des killers app pour le moment. Rien de grave cependant puisque ces données étant potentiellement stratégiques, il ne faudrait pas que les idées développées par les développeurs du programme AppCampus se retrouvent sur d’autres plateformes sinon à quoi bon mettre ce programme en place.

Les 36 chanceux ont en tout cas été choisi parmi 900 soumissions et chaque développeur a touché entre 25 000 $ et 88 000 $ avec une moyenne à 30 000 $.

Source : Techcrunch