Acer est un des acteurs principaux du marché de l’ordinateur domestique et voilà déjà pas mal d’années qu’ils sont présents sur le marché du smartphone, en signant des portables de qualité à un prix intéressant sans pour atteindre le grand rôle auprès des consommateurs les plus avisés.

D’après Digitimes et The Register, Acer prévoit de sortir 6 smartphones pour 2013, proposant un Qualcomm dual-core pour les plus performants et une puce MediaTek pour ceux de l’entrée de gamme. Cela confirme l’envie d’éviter la surenchère à base de quad-core et de puces graphiques gonflées aux stéroïdes. Ce n’est pas forcément le nombre de smartphones qui est intéressant mais plutôt les OS qui seront utilisés. Pour 6 téléphones, on en retrouve 5 sur Android, et un seul sur Windows Phone 8. Pourquoi un seul ?

La raison en est assez simple : en 4 ans Android, a fait son trou et possède plus de 50% de parts de marché aux États-Unis. Les chiffres que communiquent Google sont impressionnants avec 1 million d’activations d’appareils Android en Juin (même si on y compte d’autres appareils comme les tablettes). Dès lors, il ne faut pas non plus se transformer en analyste pour savoir qu’Android a le vent en poupe et qu’il sera très difficile de le déloger de son piédestal l’année prochaine, sortie de Windows Phone 8 ou pas. Tout le monde connait Android, le système reçoit une bonne publicité de la part de ses utilisateurs et la stratégie d’Acer confirme la vision du marché et ceux des consommateurs.

Acer est une entreprise qui a pour but de vendre, comme toutes les entreprises d’ailleurs. Pour cela, elle va orienter son produit vers la cible où elle serait le plus susceptible de vendre et donc de lui faire gagner de l’argent. En sortant 5 modèles différents de smartphones sous Android, Acer réaffirme sa grande confiance envers le petit droide vert tout en faisant preuve d’une grande prudence envers Windows Phone 8.

Même avec WP7 et ses deux années au compteur, Windows Phone 8 représente encore la nouveauté (ou la nouveauté enfin mature) sur le marché et l’arrivée de Windows 8 donne plus de visibilité au design Metro/Modern UI cher à Microsoft pour conquérir les écrans tactiles. WP7 a obtenu 3,8% de part de marché en Juin 2012, démontrant bien encore le statut minoritaire de l’OS, et c’est pour beaucoup grâce à Windows 8 que le consommateur fera ses premières gammes sous Metro (Acer prévoit d’ailleurs deux tablettes sous Windows 8 cette année), avant d’acheter un Windows Phone 8 s’il est conquis.

Le problème pour Acer, c’est que la nouveauté a tendance à effrayer.  Il faut du temps pour habituer le consommateur a une nouvelle ergonomie ; et Windows 8 avec la disparition du menu démarrer marque bel et bien une révolution (même si très vulgairement pour un utilisateur de PC traditionnel, Windows 8 est Windows 7 avec le menu démarrer qui est devenu plus visuel). Dès lors, Acer ne sait pas si la stratégie de Microsoft va fonctionner et préfère jouer la prudence en ne proposant qu’un seul Windows Phone 8.

De plus, si Acer devait sortir un smartphone  l’année prochaine, il se pose en spectateur face à la vague de smartphones nouvelle génération de cette fin d’année (de Samsung, Nokia et HTC) et devrait attendre les résultats financiers du 4ème trimestre des concurrents pour savoir si investir dans Windows Phone vaudrait le coup ou non. Avec cette stratégie, Acer préfère miser quasiment toutes ses forces dans un secteur très dynamique et attendrait le tour des concurrents dans un secteur risqué.

En conclusion, Windows Phone 8 malgré ses très belles promesses aura fort à faire pour tenter d’effacer l’héritage économiquement fragile de WP7, afin de véritablement montrer sa légitimité sur le marché. Les ventes de Windows Phone ont fortement augmenté et le système a reçu plus de visibilité grâce à la sortie des Lumia de chez Nokia. Présent sous Windows Phone 8, Nokia est le poumon de l’OS (à moins que Samsung ne le rattrape avec son Ativ S digne du Galaxy S3) et c’est ce dernier qui mènera les autres constructeurs à le suivre dans l’aventure Windows Phone. Si Nokia échoue dans ses objectifs à moyen terme, c’est plus globalement Windows Phone 8 qui échouera et le soutien des constructeurs sera alors très faible, encore amplifié par le prix de la licence Windows Phone.

Sources : cnet, EcoConscient, PCImpact