Quelques heures après l’officialisation du prix de la Surface et de la mise en place des précommandes, on a un peu plus d’informations sur la tablette en elle-même. Les informations complètes sur les caractéristiques sont ainsi disponibles tout comme les premiers avis de médias américains qui ont pu rencontrer les chefs de produits chez Microsoft et tester pendant quelques minutes.

Commençons donc par les caractéristiques du produit qui va affronter l’iPad pendant les fêtes de fin d’année ainsi que les produits des partenaires de Microsoft et les produits Android. En aparté, on regardera avec sourire les prix proposés pour la Surface qui sont exactement les mêmes que ceux de l’iPad à l’euro prêt (même si avec la Surface, vous avez le double du stockage).

Voici donc les caractéristiques :

  • écran 10.6 pouces (1366 x 768)
  • Processeur ARM Nvidia Tegra 3 T3O
  • 2Go de RAM
  • 32Go ou 64Go de stockage
  • 2 caméras 720p HD
  • 676g
  • coque en magnésium VaporMag de couleur noire titanium
  • Wi-Fi (802.11a/b/g/n), Bluetooth 4.0
  • 2 microphones et un haut parleur stéréo
  • 2 ports USB, un slot microSD SDCX, un port jack 3.5, une sortie vidéo et un port  cover
  • capteur de luminosité, accélérémoètre, gyroscope et compas
  • recharge rapide (50% en une heure) avec chargeur à connexion magnétique
  • logiciels inclus : Microsoft Office Home et Student 2013 RT preview

A noter que la Surface dispose d’un chargeur à connexion magnétique qui ressemble, dans la manière de fonctionner, au conncteur magsafe des Mac. Si vous tirer le fil de recharge alors qu’il est branché à la tablette, celui-ci se désolidarisera de la Surface plutôt que de l’emporter et de la faire chuter. Cela permettra d’éviter des chutes intempestives et la casse des produits.

Comme je le disais en introduction, des médias américains ont pu rencontrer des responsables de chez Microsoft ayant travaillés sur la Surface. Il en ressort que le développement de la Surface a démarré il n’y a non pas quelques mois mais quelques années. Cette tablette étant l’un des rares produits grand public confectionné par l’entreprise (si on enlève la Xbox bien sûr, les autres produits étant principalement des accessoires), une attention tout particulière a été porté au design du produit, l’entreprise ayant décidé de réaliser les premiers essais avec les mêmes machines que la production de masse réalisée en Chine – pas d’information sur l’éventuelle création d’une usine de la part de Microsoft.

Chaque élément a été murement réfléchi, Microsoft s’étant inspiré ici de ce que peut faire Apple qui a un mini labs dans ses bureaux de Cupertino et qui teste et re-teste un design avant de le valider pour la production. A titre d’exemple, un travail tout particulier a été réalisé sur la béquille pour faire en sorte qu’elle soit solide, durable et facile à mettre et retirer sans pour autant réduire la capacité à tenir durablement.

La couverture Touch (touch cover) a aussi été particulièrement soignée pour faire en sorte d’être un vrai clavier utilisable tout comme une couverture qui vienne protéger l’écran de la tablette. L’objectif initial était de réaliser un produit fin de 4.2 mm et Microsoft a réussi à réduire la taille de la cover de 29% pour arriver à 3mm.

Au niveau du confort de saisie sur cette cover, il semble nécessaire de prendre quelques temps pour s’y habituer mais de l’aveux des personnes ayant pu le tester, c’est tout à fait utilisable même si la sensation est plus près d’un clavier virtuel que d’un véritable clavier. cela vient surement du fait qu’il n’y a pas vraiment de retour quand on appuie sur une touche.

Le choix de la taille et du ratio de l’écran a aussi été réfléchi pour que le couple tablette + cover soit le plus efficace possible. C’est pour cette raison que l’écran 10.1 pouces a été vite abandonné au profit d’un écran 11.6 pouces avant de revenir à un écran de 10.6 pouces qui apparaissait comme le plus adapté aux yeux de ce que Microsoft voulait faire.

Au final tout ces éléments font dire aux journalistes qui ont testé la Microsoft Surface que celle-ci est très bien finie, très bien travaillé et qu’elle devrait très bien fonctionner durant les fêtes de fin d’année. A ce propos, selon le Wall Street Journal, Microsoft aurait prévu jusqu’à 5 millions de Surface pour la période de fin d’année, soit l’équivalent de ce que Google et Asus comptent vendre de Nexus 7 qui est bien moins cher que la Surface.

S’il est difficile de juger un produit à l’aune d’une prise en main rapide, il semble en tout cas que les premiers éléments soient plus que positifs. La seule difficulté pour Microsoft viendra des applications qui doivent être adaptées à la plateforme ARM. Si au début, la Surface RT devrait souffrir de cette difficulté, les développeurs devraient vite s’adapter pour être présent en force sur la plateforme.

Sachant que les tablettes Windows RT seront vendus à bon prix auprès du grand public, les développeurs devraient rapidement s’engouffrer dans la brèche et proposer leur applications.