Les sorties imminentes de Windows 8 et de Windows Phone 8 suscitent déjà beaucoup de spéculations sur l’avenir immédiat et à plus long terme de la plateforme Windows. Les analystes multiplient les projections, les blogs les rumeurs et comme c’est souvent le cas dans le monde de la mobilité, on peut lire tout et son contraire.

Windows Phone 8 For Business

Extrait de la présentation de Windows Phone 8 : le monde professionnel arrive en 7ème position…

Dans cet ordre d’idées, la publication récente d’une analyse pressentant Windows Phone 8 comme l’OS qui donnera le coup de grâce à RIM et ses Blackberry a de quoi faire réfléchir. Non pas tant le contenu de l’analyse à proprement parler : le déclin de RIM n’est malheureusement un secret pour personne et le succès d’estime qu’a rencontré Windows Phone 7 permettra sans doute à Windows Phone 8 de se glisser à la troisième place des OS mobiles sans trop de difficultés.

Pour rappel, la force de Microsoft, c’est ses moyens (la firme peut se permettre des pertes dans un premier temps afin de s’assurer une place sur le moyen terme : voir le cas Xbox) et la diversité de son offre.

A l’image de Google, Microsoft est capable de forcer l’adoption d’un produit, pour le pire et le meilleur, puisqu’il dispose d’une base d’utilisateurs suffisante sur l’ensemble de ses produits pour les pousser vers celui-ci, quand d’autres firmes ne peuvent miser que sur un seul secteur ou un seul produit (RIM, HTC, etc.). Une technique qui ne fonctionne cependant pas à tous les coups bien entendu. 

Ce qu’avance Nick Dillon, analyste chez Ovum, c’est que cette substitution pourrait fort bien se passer dans le marché « business », marché prisé et dévolu à RIM depuis quelques années. Sur le papier, ce changement de cap fait sens : Microsoft est une marque connue et respectée auprès de ce marché, avec une offre vaste et intégrée (Office, Exchange, etc.).

Par le passé, Windows Mobile et les Pocket PC ont dominé le marché de la mobilité avec des produits principalement destinés aux professionnels avant que l’iPhone puis Android ne viennent changer la donne. De manière plus confidentielle, on peut se rappeler aussi de Windows XP Tablet Edition qui apportait des fonctionnalités et outils enrichissant l’expérience au stylet de l’OS pour les tablettes de l’époque, réservées au milieu pro. Bref, Microsoft connait le monde professionnel, il sait lui parler et l’écouter.

HP Pocket PC & Tablette

Malgré les iPad et les Nexus, il m’arrive encore de penser à eux !

Pourtant, ce basculement d’une partie du monde professionnel vers Windows Phone 8 ou à terme, la labélisation de l’OS en tant que « OS pour professionnels » est loin d’être acquis et certains diront même qu’il est compromis. Tout d’abord, la communication ciblée vers ce public semble pour le moins réduite. À l’exception de la Surface 8 Pro, produit clairement destiné aux professionnels dans son nom, sa philosophie et son prix, Microsoft ne cherche apparemment plus à séduire les entreprises.

Au contraire, les changements drastiques et irréversibles opérés dans Windows 8, le système d’exploitation que l’on retrouve dans une écrasante majorité de bureaux auraient plutôt de quoi inquiéter celles-ci : disparition du menu Démarrer au profit du décrié Start Screen, l’orientation sociale et ludique (intégration du Xbox Live) qui n’intéresse personne ou peu de monde dans ce secteur, l’apprentissage de nouveaux gestes et raccourcis pour palier  à l’ergonomie revue d’un environnement pensé avant tout pour le tactile et qui passe difficilement à la souris. Puisque Microsoft ne semble plus chercher à parler aux professionnels ou du moins, ne cherche plus à leur faire de l’oeil, on peut se demander si ceux-ci ne vont pas douter de la plus-value d’un Windows Phone partageant la même philosophie dans les grandes lignes avec Windows 8 (le risque d’entendre souvent « Si c’est comme Windows 8, non merci ! »).

‘Comment ça il n’y a plus de menu Démarrer ?’

Le monde du business en particulier aime être traité différemment du grand public , avec des attentions particulières, sécurisantes et exclusives, et le côté « tout en un » du nouvel écosystème ne répond pas à ces spécificités. Les rares annonces Windows Phone 8 pour le secteur professionnel sont généralement peu relayées ou reléguées au rang de rumeurs bien qu’elles existent pourtant (on parle d’une meilleure sécurisation du système avec du chiffrement avancé, le sandboxing des applications, etc.) et ce déficit communicationnel causera au mieux un retard en terme de pénétration dans le monde du business ou au pire la perte pure et simple de cette part de marché pendant longtemps. Et tabler exclusivement sur le B2B, le marché entre professionnels, pour les convaincre ne suffira peut-être pas dans cette guerre des écosystèmes où chacun préfère retrouver chez lui les produits et repères dont il dispose sur son lieu de travail et inversement.

iOS et Android dominent le marché de la mobilité depuis bientôt 5 ans, le premier étant généralement le choix de prédilection chez les professionnels notamment pour les tablettes. Pourtant, aucun des deux écosystèmes ne répond tout à fait à la demande et jusqu’à présent, aucune tablette ne peut substituer de manière optimale les ordinateurs portables qu’on annonce pourtant en fin de vie. Consulter un site ou des documents, lancer une présentation, faire de la vidéoconférence sur une tablette, c’est possible ; créer des tableaux Excel nourris de lourds calculs, faire de la retouche d’image avancée, coder, ça l’est déjà beaucoup moins et c’est ce marché que Microsoft a l’occasion d’investir. La firme dispose des moyens, de l’expérience et surtout des produits nécessaires. Mais en a-t-elle vraiment l’ambition ?

Obama et son Blackberry

‘Windows Phone 8 est sorti ?!? Tu peux jeter ça discrètement pour moi ?’

2013 sera plus que jamais l’année des choix pour Microsoft : en fonction des résultats et de l’éventuelle percée de Windows Phone 8 ainsi que du retour d’expérience sur Windows 8, l’entreprise de Redmond devra décider de poursuivre sa politique grand public et sa course derrière iOS et Android ou de mettre le frein à celle-ci pour se recentrer sur ses acquis.

Dans des marchés comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni où les opérateurs ont un réel pouvoir décisionnaire  sur les produits en vente et décide parfois du succès de ceux-ci, être capable d’orienter ‘automatiquement’ les clients professionnels vers Windows Phone 8 comme RI a réussi à le faire avec Blackberry pendant des années constituera un atout majeur, une base sur laquelle il sera peut-être possible de relancer la bataille du grand public un jour si celle-ci s’avère impossible à mener actuellement. Sans cela, Windows Phone risque de rester cet écosystème très prometteur que tout le monde meurt d’envie d’essayer sans jamais franchir le pas…

Source : Mobile News