Nokia a diffusé en fin de matinée ses résultats financiers pour le trimestre fiscal de juillet à septembre. Si la situation n’est pas au bon fixe – on pourrait même dire que Nokia touche le fond – la situation n’est pas complètement morose et les finances sont solides pour tenir jusqu’à Windows Phone 8. Même les investisseurs semblent être plutôt confiants, puisqu’après une petite baisse de 3%, le cours de la bourse de Nokia prend à l’heure ou je vous parle quasiment 10%.

Dans le détail, les ventes de Lumia sont passées de 4 millions au trimestre dernier à 2.9 millions pour ce trimestre, une baisse significative (-56%) dû à une attente du public liée à l’arrivée de Windows Phone 8. L’annonce en juin de la non compatibilité des Lumia avec WP8 a donc mis un coup d’arrêt aux ventes sachant qu’elles avaient doublé au trimestre dernier par rapport à celui d’avant.

Aux Etats-Unis, les ventes déjà faibles (600 000) ont été réduites de moitié sur ce trimestre (300 000). La gamme Lumia n’est pas la seule touchée puisqu’au global, le nombre de smartphones vendus est passé de plus de 10 millions à 6.3 millions.

L’entreprise réalise une perte opérationnelle de 576 millions d’euros ce trimestre pour un chiffre d’affaires de 7,23 milliards contre 7,5 milliards le trimestre précédent. Heureusement, l’entreprise dispose d’une réserve importante de cash lui permettant de résister à ces pertes sans trop d’encombre. De 4.2 milliards d’euros en Juin, ce cash est descendu à 3.6 milliards fin septembre.

Stpehen Elop, PDG de Nokia estime que les temps sont difficiles et que cela devrait continuer durant le semestre en cours, les nouveaux Lumia n’arrivant qu’à la fin du trimestre. L’ex numéro 1 de la téléphonie peut néanmoins s’appuyer sur des valeurs sûres comme sa gamme de téléphone Asha qui marche bien dans les pays émergents ou la division Nokia Siemens Network qui se porte également très bien.

Pour conclure, on peut donc dire que les Lumia sont loin des projecteurs et Nokia attend avec impatience la sortie de Windows Phone 8 pour pouvoir souffler et reprendre une croissance en rentrant définitivement dans une nouvelle ère.

Source