A quelques jours de la plus grosse sortie de produits de l’histoire de Microsoft, le géant de Redmond a dévoilé ses résultats financiers pour la période de juin à septembre. Comme il fallait s’y attendre, ces résultats sont en demi-teinte notamment à cause du ralentissement du marché des PC qui impacte directement les ventes de licences Windows.

Cette baisse des ventes est liée à plusieurs effets qui se conjuguent. Tout d’abord, les ventes de tablettes créées un effet d’éviction des PC tandis que l’annonce de Windows 8 a mis un coup d’arrêt provisoire à l’écosystème des PC, les clients attendant le nouveau système pour investir dans une machine (que ce soit un PC, une tablette ou un hybride orditablette).

Dans le détail, le chiffre d’affaires s’établit à 16,01 milliards de dollars sur le trimestre, en baisse de 7,9% sur un an tandis que le bénéfice net est de 4,47 milliards de dollars, contre 5,74 milliards de dollars l’an passé. 1,36 milliard de dollars de recettes sont cependant liées à l’arrivée de Windows 8 avec les précommandes, les ventes déjà enregistrées auprès des OEM et Microsoft Office.

Dans le détail des divisions, celle regroupant Windows + Windows Live réalise 3,24 milliards de dollars de chiffre d’affaires sur la période, une baisse de 33% sur un an mais seulement 9% si on intègre les le chiffre d’affaires de Windows 8. L’activité Server & Tools s’en sort bien avec 4,55 milliards de dollars sur le trimestre (en hausse de 8% sur un an due notamment au succès de SQL Server et de System Center 2012).

La division Business qui s’office de la suite Office recule de 2% avec un chiffre d’affaires de 5,5 milliards de dollars. Microsoft enregistre une croissances à deux chiffres sur ses produits serveur à destination de l’entreprise avec Exchange, Lync et Sharepoint.

Enfin, la division grand public (Xbox 360 et Windows Phone notamment) a un chiffre d’affaires stable (-1%), avec 1,7 million de Xbox 360 vendues (-29% sur un an). Les services en ligne, qui réunissent le moteur de recherche Bing et les activités publicitaires de Microsoft, progressent quant à eux de 9% sur un an.

La stagnation globale de Microsoft est donc réelle et on imagine que la stratégie consistant à venir s’occuper du matériel (avec la Microsoft Surface et le quasi-confirmé futur Surface Phone) est une réponse à cette situation. Le lancement conjoint de Windows 8 et de Windows Phone 8 est – on ne cesse de le rappeler – une opération quitte ou double pour Microsoft. Si Windows Phone 8 ne marche pas, difficile d’imaginer que le système de Microsoft puisse marcher un jour et si Windows 8 ne convainc pas les utilisateurs notamment vis à vis de l’interface, le géant de Redmond aura du mal à voir sa situation financière s’améliorer même si cela ne veut pas dire qu’elle sera dramatique. La situation de l’entreprise est très bonne grâce aux licences d’Office et de Windows quelle vend. Même si Windows 8 marche mal, ces produits continueront de se vendre massivement, les alternatives n’étant que très peu présentes ou pas assez compétitives.

On attend néanmoins Microsoft qu’il ne se repose pas sur ses lauriers logiciels mais au contraire que l’entreprise innove et propose de nouvelles choses comme ce qu’elle a fait avec Surface. C’est là l’avenir de la société et Steve Ballmer le sait.