Après la mise à jour de l’application de courriel embarquée dans Windows 8 permettant entre autre l’amélioration de la prise en charge de l’imap, Microsoft fait de même avec Outlook 2013 et promet d’améliorer sa copie.

En effet nous le disions dans notre tour d’horizon d’Office 2013, la nouvelle version du client de messagerie gère difficilement le protocole IMAP. Pour rappel, ce protocole permet de synchroniser ses courriels et leurs états (lu/non lu) et de les gérer depuis plusieurs plateformes. Il est aujourd’hui largement répandu et utilisé, d’autant plus avec la multiplication des accès à Internet (mobiles, tablettes, PC, etc.). Cette mauvaise prise en charge semblait bizarre vu que la version 2013 d’Office s’ouvre aux tablettes.

L’équipe en charge du développement d’Outlook 2013 a annoncé sur son blog officiel que le logiciel sera d’avantage compatible avec la norme IMAP. Entre autres améliorations, l’équipe explique que la synchronisation sera faite en tâche de fond, permettant d’améliorer les performances. Outlook reconnaîtra aussi automatiquement les dossiers spéciaux utilisés pour la corbeille, les spams, les brouillons ou encore les messages envoyés.

Les notifications de nouveaux messages pour les comptes IMAP n’affichaient plus de notifications depuis la version 2010 d’Outlook. À nouveau l’équipe s’exprime à ce sujet en assurant que ces notifications seront à nouveau disponibles pour un compte IMAP, sans avoir à créer des règles spécialement pour. Enfin Outlook 2013 inclura une fonctionnalité spécifique à l’IMAP : la possibilité de choisir l’ancienneté des mails à conserver hors ligne sur son ordinateur.

Cependant, l’équipe a aussi annoncé que la possibilité de télécharger exclusivement les en-têtes de messages sera retirée. Cette fonctionnalité aurait été la bienvenue sur les tablettes susceptibles d’être connectée en 3G, où la facture est bien souvent à l’octet prêt. Cela aurait permis des économies. Cependant la stratégie semble être en accord avec les déclarations de l’équipe qui s’occupe de la Surface lorsque celle-ci a répondu entre autre à la question de l’absence de cellules 3G embarquées.