Reuters a révélé hier que d’autres noms étaient envisagés pour succéder à Steve Ballmer. Le poste de PDG de Microsoft pourrait être occupé par Alan Mulally, le patron de Ford Motor ou encore par Mike Lawrie, actuellement à la tête de Computer Sciences Corporation (CSC).

Stephen-Elop-Barcelona-2011-630x445

Le retour de Stephen Elop chez Microsoft n’est plus si certain. En effet, l’agence de presse Reuters, en contact avec des sources « proches du dossier » a indiqué que d’autres personnalités figuraient sur la liste des candidats au poste de Steve Ballmer. Un comité spécial du conseil d’administration a ainsi été nommé afin de trouver le nouveau patron et pourrait arrêter sa décision dès la fin de l’année.

D’après les sources de Reuters, le comité a dressé une liste de 40 candidats externes et internes à Microsoft, parmi lesquelles figureraient Alan Mulally, directeur général de Ford Motor et Mike Lawrie à la tête de CSC, une société de services d’ingénierie informatique. On ignore cependant si les actionnaires que le comité a déjà rencontrés auront véritablement leur mot à dire dans la nomination d’un nouveau directeur général.

Il y a un peu plus d’une semaine, on apprenait que le géant du Redmond rachetait Nokia, principal constructeur de téléphones Windows Phone, pour 5,44 milliards d’euros. Stephen Elop, ancien dirigeant de Microsoft Office, et directeur général de Nokia pendant près de trois ans, faisait alors figure de favori pour succéder à Steve Ballmer. Son poste de dirigeant de la section Devices chez Redmond a toutefois été confirmé dès l’annonce de l’acquisition de la firme Finlandaise par Microsoft.

Mais n’oublions pas que l’annonce du départ de Steve Ballmer faisait suite au lancement d’une vaste restructuration pour la firme, qui souhaitait homogénéiser ses différents systèmes d’exploitation notamment, à travers une toute nouvelle organisation. Le successeur de Ballmer doit donc avoir une certaine expérience dans la restructuration d’entreprise à l’image justement de Mike Lawrie et Alan Mullaly ayant oeuvré tous deux dans ce sens, chez le spécialiste de logiciel britannique Mysis pour le premier, et chez Ford Motor pour le second. Le nouveau patron devra poursuivre cette réorganisation et continuer à développer Windows Phone, dont la part de marché atteint tout de même 8 % en Europe.