Photophones par-ci, photophones par-là… Nombreux sont désormais les terminaux qui se prétendent imbattables sur le secteur de la photographie mobile. Nokia ne déroge pas à la règle, lui qui faisait déjà figure de précurseur (même dans le monde de Windows Phone) avec ses Lumia 920 et 925, sans oublier, un temps plus tôt, le 808 PureView sous Symbian. La marque finlandaise, dont le rachat par Microsoft n’attend plus que d’être finalisé, officialisait dans le courant de l’été un Lumia 1020 sous Windows Phone 8 tout juste arrivé dans les rayonnages français, tandis qu’il est déjà disponible depuis l’été aux États-Unis, un marché à conquérir pour la marque. Vaut-il le discours élogieux dont l’entoure Nokia ? Après nos tests de Samsung Galaxy S4 Zoom et Sony Xperia Z1, notre test du Lumia 1020 pour le savoir.

Lumia 1020

Qu’est-ce que la photophonie ? Un concept encore bien vague, auquel les principaux constructeurs des smartphones répondent par des approches radicalement différentes. Sony propose un capteur Exmor RS de 20 mégapixels misant sur la miniaturisation extrême dans son Xperia Z1, Samsung transforme son Galaxy S4 Zoom en une sorte d’appareil photo compact avec capteur CMOS et zoom 10x, alors même que Nokia perfectionne son système PureView déployé il y a plus de deux ans sous Symbian. Il ne faut pas compter sur un smartphone particulièrement fin, ni au contraire sur un produit démesurément épais. L’entre-deux que constitue le 1020 mérite d’être observé, d’autant plus qu’il s’agit du terminal sous Windows Phone 8 le plus onéreux à ce jour, avec un tarif fixé à 699 euros sans abonnement.

Dans la boîte… et à côté

Le Lumia 1020 est livré avec les accessoires classiques pour un terminal de la sorte, c’est-à-dire une paire d’oreillettes intra-auriculaires (assortie aux couleurs du terminal, attention donc si vous avez opté pour le jaune), un câble USB, un chargeur secteur, des guides de mise en service et un petit outil pour ouvrir le port destiné à une carte micro-SIM. C’est plutôt du côté des accessoires qui lui sont dédiés que le Lumia 1020 se démarque. On pourra ainsi trouver :

  • Un grip transformant le smartphone en un véritable appareil photo, avec une batterie de 1020 mAh et des voyants LED permettant de consulter son niveau de charge. Le Grip caméra Nokia mesure 145 x 74,6 x 27,2 mm pour 72,8 grammes, ce qui nous porte allègrement au-dessus des 200 grammes au total : nous sommes parfaitement dans l’expérience que l’on aurait pu obtenir avec un compact photo classique ! L’accessoire inclut un bouton déclencheur physique et peut être choisi en noir, blanc ou jaune.
  • Un mini trépied à fixer sur le smartphone avec ou sans grip, à la manière d’un Gorilla Pod.

_SAM8549

_SAM8552

Fiche technique

Le Lumia 1020 varie assez peu de son prédécesseur encore récent, le Lumia 925, en termes de caractéristiques techniques. Même processeur, même écran (à cette exception près que le Lumia 1020 remplace un traitement Gorilla Glass 2 par un Gorilla Glass 3, toujours utile lorsque l’on laisse son smartphone dans un sac, par exemple) : à part sa RAM qui monte de 1 à 2 Go, son espace de stockage de 32 Go et ses capacités photo – sans oublier son form-factor, le Nokia Lumia 1020 ressemble fort à son prédécesseur. Ci-dessous, un récapitulatif de ses caractéristiques techniques :

ModèleNokia Lumia 1020
Taille d'écran4.5 pouces
Technologie d'écranÉcran tactile super sensitif AMOLED, technologie “PureMotion HD+” et Verre Gorilla Glass 3
RésolutionWXGA (1280 x 768 pixels)
ProcesseurQualcomm Snapdragon S4 Dual-Core 1,5GHz
Mémoire RAM2 Go
Appareil Photo41 mégapixels avec technologie “Pureview”, ouverture à f/ 2.2 et une longueur focale de 26 mm
VidéoEnregistrement vidéo 1080p
Caméra frontaleGrand Angle HD 1,2 mégapixels
Dimensions130,4 x 71,4 x 10,4 mm
Poids158 g
Batterie2000 mAh
Stockage32 Go
NFCOui
Carte SDNon
4G LTEOui
CouleursBlanc, Jaune, Noir
Prix699 euros sans subvention

Tour du propriétaire

Nokia n’est pas réputé pour sortir de ses usines des smartphones particulièrement légers et compacts. Les dimensions du 1020 sont donc supérieures à la moyenne 10,4 mm d’épaisseur pour un terminal haut de gamme, ce n’est pas rien, tout comme ses 158 grammes fièrement affichés sur la balance. Mais voilà, c’est le style du Finlandais, qui sait produire de beaux smartphones aux coques unibody en polycarbonate épais et coloré (jaune pour nous, mais existant en blanc ou noir). On adhère ou on déteste, mais ceux qui connaissent déjà le Lumia 920 devraient être séduits, d’autant plus que malgré sa dalle plus grande, le 1020 perd quelques dizaines de grammes par rapport à son prédécesseur (qui avait certes abusé sur les pâtisseries).

Lumis 1020

Toujours sur le même principe, on aime ou on déteste le capteur photo légèrement protubérant (quelques millimètres tout de même) au dos de la bête. De notre côté, nous avons apprécié ce look très « pro » pour un smartphone dédié à la photo, puisque l’on aperçoit, à côté du capteur, un flash au xénon accompagné d’une lampe d’assistance, le tout mis en valeur par un fond noir. Mine de rien, le style est là, mais dans la poche, ce photophone ne sait malheureusement pas tout à fait se faire oublier. Mais à sa décharge, le Lumia 1020 est agréable à utiliser. Son écran légèrement bombé, ses tranches arrondies sont confortables et, du moins dans mon cas, la présence du capteur à l’arrière n’entrave pas la prise en main.

_SAM8545

L’agencement des différents éléments du smartphone a été bien pensé : la présence d’un large haut-parleur sur la tranche inférieure, plate, permet de ne pas boucher les orifices lorsque l’on tient le téléphone. A côté, on trouve un port micro-USB ainsi que de quoi glisser une dragonne dans la coque du smartphone.

Lumia 1020

Au-dessus de l’appareil, la prise jack 3,5 mm est centrée sur l’arête, tandis que, presque invisible, se situe juste à côté une trappe dédiée à une carte micro-SIM. C’est bien la seule du 1020, dont la mémoire de 32 Go n’est pas extensible et dont la coque est unibody.

Lumia 1020

Ne cherchez pas de connectiques du côté gauche du téléphone, il n’y en a pas ! Tout se trouve à droite, avec trois boutons au total : en haut, la barre de réglage du volume ; au milieu, la touche power et en bas, le déclencheur photo qui sert au passage à ouvrir l’application photo via un appui long. Les néophytes risquent de s’y perdre, puisqu’aucun pictogramme ne permet d’identifier les fonctionnalités de chacun. Ce détail – mais pas des moindres mis à part – l’emplacement de chaque bouton semble bien choisi et tombe bien sous le doigt.

_SAM8539

Lumia 1020

Ecran

Nokia fait généralement de jolis écrans et, ici, c’est du zéro surprise puisque l’on a droit à un écran similaire à celui du Lumia 925. Que dis-je, identique en tous points ! Le 1020 présente une dalle de 4,5 pouces PureMotion avec système ClearBlack. Comprenez que l’on a droit ici à une dalle un tout petit peu plus que HD (1280 x 768 pixels) identique à celle du Lumia 925, et qui a l’avantage de proposer des noirs excellents : pas étonnant, puisque l’écran du 1020 est tout simplement un AMOLED qui éteint ses pixels pour afficher du noir. Une bonne idée puisque l’OS de Microsoft fait la part belle aux fonds d’écran noirs (ou blancs, mais la consommation d’énergie risque de s’en ressentir chez ceux qui opteront pour le thème « clair »). Les couleurs sont dans l’ensemble vives et plutôt naturelles, et la définition HD, pour le moment le maximum autorisé par Microsoft avant la prochaine mise à jour de Windows Phone 8, produit un bel effet sur cet appareil. Petit point supplémentaire qui tient autant du logiciel que de l’écran, l’affichage de l’heure en permanence sur l’écran de veille. Il y a dix ans, cela semblait évident, mais cette option avait peu à peu disparu à l’avènement des smartphones. Deuxième bon point : la technologie « sensitive » permet d’utiliser l’écran de l’appareil avec des gants ou avec le dos de l’ongle, par exemple. La densité de pixels de 334 ppp n’est pas énorme, mais elle suffit à l’affichage de tous les contenus accessibles à un Windows Phone. Un dernier détail : le Gorilla Glass 2 du Lumia 925 a laissé la place à du Gorilla Glass 3. Le test du sac a été remporté haut la main pour l’écran, quand la coque de plastique mat du téléphone a tendance à marquer (mais se nettoie facilement).

Lumia 1020

Logiciel et performances

On prend les mêmes et on recommence ! Nokia propose un Windows Phone 8 similaire à son Nokia Lumia 925, toujours aux couleurs de son smartphone (les amateurs pourront colorer leurs vignettes de jaune) sur fond noir ou blanc, avec des tuiles redimensionnables selon trois formats en page d’accueil. L’ensemble tourne très bien, et l’on ne rencontre pas de ralentissement, merci au processeur double-cœur Snapdragon S4 cadencé à 1,5 GHz et couplé à 2 Go de RAM. Autant dire que pour un terminal sous Windows Phone 8, c’est beaucoup, et c’est largement suffisant pour faire tourner jeux et applications présents sur le Store (175 000 à ce jour). A ce propos, rappelons que la mémoire du 1020 n’est pas extensible et que, si les 32 Go qu’il inclut sont plus généreux que les 16 Go du 925, on a toujours tendance à rester sur sa faim lorsque l’on voit des appareils sous d’autres OS profiter allègrement des joies apportées par des cartes microSD. Et de la mémoire, il en faut ici, non pas seulement pour les applications, mais pour les fameuses photos qui constituent la spécialité maison de Nokia. Parmi les applications préinstallées dans le smartphone :

      • un outil de transfert des données depuis un autre smartphone
      • un éditeur de photos
      • les applications photo de Nokia (Pro Cam, Smart Cam, Cinémagraphe)
      • Here Maps et Here Drive+ (applications GPS et de navigation routière, les systèmes très efficaces de Nokia)
      • Data Sense (vérification de la consommation de données Internet)
      • Nokia Musique

Rien à signaler du côté de ces applications, qui remplissent leur office comme attendu. L’offre Nokia est là, les applications Microsoft également, et la fluidité est de mise. C’est tout ce que l’on peut demander à cet appareil.

Lumia 1020

Photo et vidéo

C’est là LE grand argument de Nokia chez son Lumia 1020. Lentille en verre signée Carl Zeiss, capteur PureView de 41 mégapixels, double flash Xénon et LED, capacité à zoomer dans les photographies, interpolation d’informations venant de jusqu’à 7 pixels : c’est bien joli, ces informations, mais qu’en penser ? Retenons un élément : c’est du bon, et du vrai. Pour vous donner un ordre d’idée, regardez l’image ci-dessous, qui correspond à une photo prise de nuit, sans pied et avec le zoom poussé à son maximum, en mode nuit, sans trépied et dans l’application photo « de base » :

Lumia 1020

Nous avons choisi de comparer les résultats obtenus grâce au Lumia 1020 avec ceux obtenus par un Galaxy S4 Zoom, chez Samsung, probablement l’un de ses concurrents les plus pertinents. Nous avons laissé de côté le Sony Xperia Z1 qui, en attendant de prochaines mises à jour, ne nous a pas semblé à la hauteur, notamment pour des clichés nocturnes.

Lumia 1020

Sur ces deux clichés en mode automatique, le constat s’impose : le Lumia 1020 affiche autant de détails, voire plus, tout en évitant de succomber à la tentation du jaune, produite par la lumière artificielle de la ville. Le Nokia corrige la balance des blancs à bon escient, et produit un résultat nettement plus naturel que le Samsung.

Lumia 1020

Ici, la différence est moins facile à noter. En zoomant, on constatera que les détails (rosace de l’église, feuilles d’arbre) sont moins lissés chez le 1020. Toutefois, le S4 Zoom, s’il produit un résultat plus sombre, évite un écueil de taille : une tache lumineuse au milieu de la scène produite par le lampadaire. A ce titre, en mode automatique, le cliché est meilleur.

Lumia 1020

Ici, place au flash. Le Xénon présent sur les deux appareils n’y fait rien : la couleur a tendance à virer au rouge chez Samsung (mode automatique) tandis que les couleurs sont naturelles chez Nokia. Le rouge ne flattant pas le teint de Scrat, c’est tant mieux.

Lumia 1020

Regardez bien le muffin, pris sous une lumière naturelle : il est un peu plus rosé qu’il ne devrait l’être, là encore chez le S4 Zoom. Le flou d’arrière-plan est également plus présent chez le 1020.

Ci-dessus, des photos de 5 mégapixels obtenues en passant par l’application Nokia Smart Cam, c’est-à-dire l’application photo « standard » que l’on a tendance à utiliser pour obtenir des clichés rapidement, avec un minimum de réglages et une ouverture maintenue à f/2.2. Pour obtenir des possibilités de personnalisation un peu plus avancées, il faudra passer par une application un peu plus étoffée et baptisée Nokia Pro Cam. Dans cette dernière, les amateurs de photographie manuelle retrouveront leurs marques. L’app, destinée à la fois aux néophytes et aux utilisateurs éclairés, permet en effet de régler les ISO, l’ouverture ou la balance des blancs sur une échelle très visuelle (on déplace le curseur sur un arc de cercle), et ce d’autant plus que l’on peut visualiser les modifications que l’on obtiendra directement sur l’écran, avant la capture. C’est donc un moyen intéressant d’apprendre à maîtriser les divers paramètres qui permettront d’obtenir du flou d’arrière-plan, de faire du lightpainting ou encore tout simplement de ne pas rater ses photographies de nuit.

Nokia Pro Cam« 

Avec cette application, notez que vous obtenez une première photographie de 5 mégapixels, ainsi que sa grande soeur de 38 millions de points. La première, d’environ 2 Mo, pourra être partagée rapidement sur les réseaux sociaux ou par email, tandis que la deuxième pourra être conservée en vue d’un agrandissement. Bonus : si vous avez pris une photo en zoomant, vous pourrez dézoomer a posteriori, puisqu’en même temps que le déclenchement, un cliché en pleine définition et non-zoomé sera également enregistré. C’est toujours utile, même si l’on n’est pas sûr d’y penser par la suite… Gardez à l’esprit qu’un cliché de 14 Mo, c’est plutôt encombrant, et qu’il faudra de temps à autre faire le ménage dans la mémoire du smartphone, sans quoi elle risque fort d’être rapidement saturée. Pour info, un petit récapitulatif d’une montée en ISO avec le Lumia 1020, qui offre une belle plage allant de 100 à 4000 ISO. À ma connaissance, aucun smartphone ne monte jusque là.

Lumia 1020

Une montée jusqu’à 4000 ISO, ce n’est pas rien, mais on remarquera une perte de détails faible… Bref un exercice réussi pour Nokia.

Des points négatifs tout de même : un autofocus pas des plus performants, auquel on préfèrera une mise au point manuelle. Sur le temps de déclenchement et le laps nécessaire entre deux clichés, un « peut mieux faire » est de rigueur, tant les concurrents du Finlandais nous ont habitués à des délais extrêmement courts entre deux photos. Et honnêtement, l’idée du zoom à l’intérieur d’une photo en pleine définition (c’est-à-dire, en réalité, 38 millions de points) est intéressante, mais pas forcément des plus pertinentes : quid si le photographe souhaite zoomer hors de la zone de mise au point ? Nous ne sommes malheureusement pas en présence d’un Lytro sur smartphone, malgré les bonnes performances du Lumia. Et les photos en 38 MP ne sont pas d’une qualité époustouflante : pour vraiment apprécier le 1020, mieux vaut rester sur du 5 millions de pixels bien exploités.

[nggallery id= »7″]

Pas mal non plus en vidéo, le Lumia 1020 qui autorise lui aussi de nombreux réglages. Ci-dessous, un exemple en 720p (le smartphone peut monter jusqu’à de la vidéo 1080p) :

Lien Youtube
Chaine Youtube FraWin

Autonomie et communications

Doté d’une batterie de 2000 mAh sur laquelle nous n’aurions pas forcément parié d’emblée, sachant que ses concurrents montent généralement à plus de 2600 mAh, le Lumia 1020 tient une journée réglementaire d’utilisation, avec quelques pushs email, des notifications de réseaux sociaux, un peu de web, de SMS et quelques appels. Côté communications, aucun souci rencontré, avec une bonne qualité d’écoute et de la 4G à la clé. Cependant, nous avons à plusieurs reprises essuyé des coupures de WiFi un peu dommages en cas de visionnage de vidéos.

Notre Verdict

écran
Un bel écran HD pour le 1020 qui nous fait languir avant de passer enfin à la Full HD. Avouons que cette définition sur une dalle de 4,5 pouces s'avère suffisante et que l'AMOLED convient particulièrement bien à l'interface Modern UI sur fond noir. Les plus pointilleux y verront peut-être une teinte légèrement bleutée ; qu'importe, la possibilité d'utiliser l'écran avec des gants ou le dos de l'ongle vient plus que compenser.
8
performances
Rien à reprocher à ce smartphone qui s'appuie sur un processeur S4 double-coeur, c'est à dire le maximum autorisé sur les appareils sous Windows Phone 8 pour le moment. L'ensemble tourne très bien, s'offre de la 4G, et se montre compatible avec l'ensemble des jeux du market.
9
logiciel
Windows Phone 8, on aime ou on déteste, mais il faut avouer qu'en la matière, Nokia sait y faire. L'offre logicielle habituelle du Finlandais est évidemment de la partie, notamment avec des solutions cartographiques performantes, sans oublier un ajout supplémentaire de taille : une application photo digne de ce nom. En cela, Nokia convainc sans peine.
9
design
Il est particulièrement difficile de juger le design d'un terminal Nokia, tant le Finlandais y impose un style que l'on peut adorer ou détester. Il faut aimer la couleur (disponible en jaune, le Lumia 1020 existe toutefois en noir ou blanc), supporter un poids légèrement au-dessus de la moyenne des appareils sous d'autres OS, et se faire à un objectif légèrement protubérant. On ne parle pas d'un zoom franchement compliqué à prendre en main à la manière d'un Samsung Galaxy S4 Zoom, mais d'une excroissance de quelques millimètres. Cela ne gênera pas la prise en main, mais ne sera pas au goût de tous. De plus, le 1020 est grand, certainement plus qu'un androphone, à diagonale d'écran égale.
7
autonomie
Une batterie maigrichonne de 2000 mAh suffit au Lumia 1020, qui assure une journée réglementaire d'autonomie. A quand une batterie un peu plus conséquente, mais sans aboutir à un smartphone au poids rédhibitoire ?
8
caméra
Le nerf de la guerre du Lumia 1020. Autant le dire de suite : c'est certainement ici le meilleur photophone du marché. Certes un peu plus encombrant qu'un smartphone classique, il tire sans peine son épingle du jeu de nuit comme de jour, et propose une foultitude d'options permettant aux photographes en herbe de se faire plaisir. Les accessoires qui vont avec (le grip avec batterie intégrée) sont tout aussi sympathiques. Un seul regret : le Lumia 1020 n'est pas très rapide au déclenchement, et produira des résultats bien plus convaincants si on s'occupe manuellement de faire la mise au point plutôt que de laisser l'appareil s'en charger.
9
10
Meilleure note

Notre avis
09/10
Le Lumia 1020 est présenté par Nokia comme le smartphone ultime pour les amateurs de photographie. Nous a-t-on survendu ce Windows Phone 8 ? Résolument non. On ne parle pas de perfection absolue, puisqu'il y a des temps de latence assez désagréables entre les clichés, mais dans les faits, les résultats sont excellents et surpassent de loin ce que d'autres smartphones peuvent proposer. Ceci étant, il s'agit tout de même de débourser 700 euros dans un appareil dont la mémoire non-extensible qu'il faudra vider régulièrement de ses clichés encombrants réalisés avec l'application Pro Cam (environ 15 Mo par cliché en 38 mégapixels, et 1,5 Mo pour une photo 5 mégapixels), sous peine de voir rapidement saturer. Hormis cela, la puissance, la qualité de l'écran et l'offre logicielle font du Lumia 1020 le Windows Phone 8 le plus complet du moment. Et le plus coloré, ce qui ne fait pas de mal à l'approche de l'hiver.
écran
08
performances
09
logiciel
09
design
07
autonomie
08
caméra
09
  • Ecran de 4,5 pouces
  • Performances photo
  • Autonomie
Pour
Contre
  • Pas de mémoire extensible
  • Batterie non-amovible de 2000 mAh
  • Capture photo un peu lente

Disponibilité

Le Nokia Lumia 1020 est disponible chez la plupart des revendeurs en ligne, ainsi que chez les opérateurs. Parmi eux :