Les ordinateurs estampillés Sony, c’est bel et bien terminé. La rumeur datant du 5 février s’avère donc : Sony a annoncé la vente de sa division VAIO au fonds d’investissement japonais Japan Industrial Partners (JIP).

Sony Vaio Duo 11

Le géant japonais a exprimé dans un communiqué de presse hier sa décision de quitter le marché des ordinateurs portables, en revendant sa marque VAIO à des fonds d’investissement japonais, les JIP. La raison ? Contrairement aux autres constructeurs d’ordinateurs portables, Sony n’a pas su s’adapter face à l’arrivée des tablettes et à une concurrence féroce. En 2013, les ordinateurs portables VAIO ne représentaient que 1,9 % de parts de ce marché.

A l’issue de la vente, les 5000 postes de la division seront supprimés. Car oui, tout cela ne fait en fait partie que d’un énorme plan de restructuration en quatre parties (la première datant de 2005) mis au point par le Japonais. À terme, (et en ajoutant les futurs ex-employés VAIO), 33 000 postes auront en effet été supprimés, ne laissant plus que 140 000 employés à travers le monde pour faire tourner la gigantesque machine Sony, qui a déclaré vouloir se consacrer en grande partie à la construction de téléviseurs très haut de gamme. Ce secteur sauvera-t-il la firme, qui a perdu 803 millions d’euros alors que l’année fiscale est sur le point de se terminer ? Du côté de sa division mobile, le Japonais progresse, comme en témoignent les derniers chiffres de la firme : plus de 10 millions de smartphones Sony ont été vendus au dernier trimestre 2013… mais ne parvient pas à rattraper ses nombreux concurrents, les géants Samsung, HTC ou encore LG, pour ne citer qu’eux.

Quel avenir pour VAIO ? Le JIP a assuré que la marque continuera à produire dans le secteur des ordinateurs portables. Maintenant dans le même groupe que les marques Olympus et NEC (toutes deux rachetées elles aussi), les VAIO retrouveront-ils un jour leur place d’antan, eux que l’on considérait comme les principaux concurrents aux Mac ?