Nokia, le constructeur finlandais de téléphones portables, vient de déposer le brevet d’une batterie flexible. Une avancée technologique qui ouvre un peu plus la porte à un monde d’appareils électroniques du même type. 

nokia

Pouvoir tordre son smartphone sans lui faire de mal. Un rêve pour certains, une aberration pour d’autres, qui deviendra réel à force de recherches et de persévérance. Le constructeur finlandais Nokia, qui nous a livré par le passé des téléphones particulièrement solides, a déposé un brevet concernant une batterie flexible. Et bien qu’il ne s’agisse pour le moment que d’une idée, elle pourrait bien aboutir un jour à une production de masse.

La batterie dessinée par Nokia est composée d’un « ruban » unique réparti en deux blocs – l’anode et la cathode – connectés grâce à une troisième portion servant d’interconnexion, et disposée entre les deux autres blocs. Le fait d’avoir un seul ruban rend évidemment ce type de batterie très fine et surtout flexible. Nokia a expliqué que ce composant serait tout à fait adapté pour les smartphones, les tablettes, les consoles de jeux, ou les ordinateurs portables. Étrangement, la marque ne fait pas mention d’un bracelet, tandis que l’on imagine la première utilisation d’une telle batterie dans une montre ou un bracelet connecté.

Battery

Les appareils électroniques flexibles sont un fantasme récurent, et ils alimentent les rumeurs. La création d’un tel appareil pose une ribambelle de défis puisqu’il ne s’agit pas seulement de rendre l’écran flexible (comme l’a fait LG). La batterie, l’ossature, et tous les composants métalliques d’un appareil sont à remplacer. Un travail de longue haleine qui laisse à penser que la production d’un tel appareil prendra un bon bout de temps.