Cette semaine avait lieu la conférence Google I/O pour les développeurs. Google a profité de l’événement pour annoncer l’arrivée prochaine du Google Play Store, et des applications Android, sur les Chromebooks, les ordinateurs sous Chrome OS. Microsoft et Windows 10 sont-ils en danger ?

Chrome OS Pixel Play Store

Dans l’écosystème Android, on attendait la nouvelle depuis plusieurs mois. Au cours des dernières années, Google a rapproché les équipes de développement d’Android avec celle de Chrome OS, jusqu’à les placer sous la direction commune d’Hiroshi Lockheimer.

Google est face au même type de problème que Microsoft, d’un côté, un système qui a du mal à décoller (Chrome OS ou Windows Phone), et de l’autre, un système ultra majoritaire sur son marché (Android et Windows). Le géant va donc adopter la même stratégie que Microsoft et utiliser les forces d’Android pour aider Chrome OS, à savoir, sa très grande bibliothèque d’applications proposées sur le Google Play Store.

Le géant californien a choisi de faire la fameuse annonce lors d’une petite session, organisée après la conférence d’ouverture de Google I/O, où il a donné tous les détails sur le fonctionnement des applications Android sur Chrome OS. Il faut surtout retenir que les applications Android tourneront en mode fenêtré. Cela tombe bien, la nouvelle version d’Android intègre les API nécessaires et elles seront gérées nativement par Chrome OS. L’opération devrait donc être transparente pour l’utilisateur.

Vers un mode continuum pour Android ?

Dans les mois à venir, Google devrait donc inciter les développeurs à adapter leurs applications pour le clavier, la souris et le mode fenêtré. S’il parvient à tirer l’énorme communauté de développeur Android dans cette direction, le géant aura alors entre ses mains un équivalent des applications universelles de Windows 10.

arstechnica chrome OS apps android

Android intègre aussi un mode fenêtré caché et non utilisé. Crédits : arstechnica

Et avec l’équivalent des applications universelles, on peut aussi imaginer le géant californien adapter le mode Continuum, la fonction la plus populaire de Windows 10 Mobile, sur Android. Les dernières versions d’Android N intègrent déjà un mode caché permettant d’activer une gestion des applications Android en mode fenêtré.

Imaginez alors des smartphones Android se transformant en ordinateurs une fois reliés à un écran, un clavier et une souris. Imaginez une tablette, gérant deux applications côte à côte, activant automatiquement le mode fenêtré une fois celles-ci reliées à un dock clavier. Enfin, imaginez un ordinateur de bureau ou un ordinateur portable ayant accès aux meilleures applications mobiles, adaptées pour un clavier et une souris, mais bénéficiant toujours de leurs avantages : une meilleure gestion des notifications, une désinstallation en un clic, une synchronisation des achats entre téléphone et ordinateur, etc. Pour le très grand public qui utilise aujourd’hui Chrome, Facebook, Google Photos, YouTube, Candy Crush et Word, est-ce qu’une machine Windows difficile à entretenir sera le meilleur choix ?

D’après IDC, le marché des tablettes à clavier détachable est le marché de la croissance alors que celui des tablettes classiques est en baisse. Actuellement, le marché des hybrides est surtout dominé chez les fabricants par Windows qui prend mieux en charge le clavier et la souris qu’Android.

Win32 : l’avantage à double tranchant

Aujourd’hui, l’avantage indiscutable de Windows sur le marché de l’ordinateur est la vaste bibliothèque de logiciel et de jeux exclusifs au système, car utilisant win32. C’est ce qui a permis jusqu’à présent à Windows de garder une part de marché écrasante face à Linux, réputé moins agréable pour l’utilisateur et ne bénéficiant que rarement des derniers jeux vidéo ou des logiciels professionnels les plus populaires.

Malheureusement pour Microsoft, win32 est également aujourd’hui le principal frein à l’adoption du Windows Store et la pénétration du géant dans l’industrie mobile. Hormis dans le domaine des jeux vidéo, win32 est un écosystème qui attire peu les nouveaux développeurs. Les logiciels les plus populaires sous Windows restent la suite Office, Steam, Skype, VLC, iTunes et Google Chrome soit des logiciels existant depuis plus de 10 ans. L’absence d’une boutique unifiée permettant de mettre en avant les nouveautés a empêché l’arrivée de nouveaux développeurs et les a dirigés vers le mobile. De plus, les logiciels win32 sont très rarement adaptés pour les écrans tactiles et l’utilisation au doigt.

Project Centennial Windows 10

Avec Project Centennial, Microsoft veut transformer win32 en UWP

Concernant les jeux, win32 et Directx parviennent encore aujourd’hui à obtenir l’exclusivité de beaucoup des jeux PC, mais la nouvelle API Vulkan, héritière d’Open GL, gagne beaucoup de terrain. Cette API est prise en charge par Android et l’industrie mobile pourrait fortement influencer les développeurs de jeux vidéo. De plus en plus de middlewares, les moteurs graphiques par exemple, sont à la fois compatibles avec DirectX et Vulkan. Enfin, aujourd’hui, la plus grosse boutique de jeu vidéo sous Windows est Steam. Valve, l’éditeur de Steam, ne cache pas son envie de soutenir Linux et devenir moins dépendant d’un Microsoft qui mise tout sur le Windows Store.

Windows Store vs Play Store

Si Google investit réellement sur Chrome OS et pousse les développeurs à adapter leurs applications pour tous les écrans, on devrait se retrouver face à une guerre de l’application universelle dans les années à venir.

Microsoft de son côté va tout faire pour profiter de sa position sur le marché du PC et de la console de jeu pour motiver la création d’applications universelles qui fonctionneront aussi sur mobile.

Windows 10 ecosystème

Les écosystèmes de Google et Microsoft sont en compétition directe

Jusqu’à présent, Google a reçu un succès mitigé concernant l’adaptation d’applications Android vers les tablettes, Android TV et Android Wear, trois marchés où Google pourrait prendre du retard face à Microsoft et surtout Apple. Aujourd’hui l’écrasante majorité du marché Android se trouve sur celui du smartphone et les développeurs ont donc tendance à d’abord faire des applications pour mobiles. Or les smartphones ont un paradigme d’utilisation très différent (écran au format portrait, utilisation à une main et en déplacement) de la tablette, du PC et de la télévision (écran au format paysage et utilisation sédentaire).

Le troisième géant a un pied depuis longtemps sur le marché du PC avec OS X, mais a pour le moment fait le choix de séparer distinctement les applications mobiles iOS et les logiciels classiques sous OS X. Il faudra suivre la conférence WWDC le mois prochain pour savoir si sa position a évolué.

Conclusion

L’arrivée des applications Android sur Chrome OS n’est pour le moment qu’une étape supplémentaire et l’investissement de Google sur le marché déterminera, entre autres, la suite des événements. Jusqu’à présent, aucun concurrent sérieux ne s’est attaqué au marché du PC détenu par Microsoft.

Apple n’a jamais eu la vocation de devenir un acteur majoritaire et préfère surtout vendre des produits avec une marge confortable et une expérience utilisateur contrôlée.

Malgré les quelques tentatives des fabricants, comme Asus à la sortie du premier netbook, Linux n’a jamais percé commercialement faute du soutien d’un éditeur fort. Canonical avec Ubuntu ou Valve avec Steam OS sont des acteurs connus de l’industrie, mais ils n’ont pas les épaules d’un Google ou d’un Microsoft. Cette semaine, IDC a estimé qu’il y avait eu plus de Chromebook que de MacBook écoulés au dernier trimestre aux États-Unis, pourtant historiquement le meilleur marché d’Apple.

Enfin, les Chromebooks sont particulièrement populaires sur le marché de l’éducation aux États-Unis, ce qui pourrait avoir un impact fort sur les décisions d’achats des futures générations et leurs familles.