Les choix de Nokia et plus particulièrement de son PDG Stephen Elop sont loin de faire l’unanimité auprès des actionnaires de l’entreprise.

Nokia-Stephen-Elop

Depuis février 2011, Nokia a décidé de placer tous ses efforts sur Windows Phone après avoir raté le virage des smartphones. Plutôt que d’aller sur Android où tous ses concurrents étaient alors présents, l’entreprise finlandaise a préféré se différencier en misant tout sur le système d’exploitation mobile de Microsoft.

Avec des débuts satisfaisants sous Windows Phone 7, l’entreprise mise énormément sur Windows Phone 8. Mais les chiffres sont là : bien que la croissance soit notable, Nokia n’est qu’un caillou dans la chaussure de Samsung. Avec ses 5,6 millions de Lumia vendus au premier trimestre (contre 4,4 millions au trimestre précédent), Apple et Samsung n’accordent que peu d’importance à ce constructeur qui ne représente plus que 5% du marché.

Cette situation a assez duré pour les actionnaires qui pointent du doigt la stratégie mise en place par le PDG actuel, Stephen Elop. Lors d’une réunion annuelle consacrée aux actionnaires, Hanny Virtanen s’est montré particulièrement sévère à son égard :

« Vous êtes un bon gars… et l’équipe de direction fait de son mieux, mais de toute évidence, ce n’est pas suffisant. Etes-vous conscient que les résultats sont importants ? La route de l’enfer est pavée de bonnes intentions. S’il vous plaît, passez à une autre route. »

Cette sortie de route d’un actionnaire est parfaitement légitime, car pour rappel l’action tournait autour des 65 € au début des années 2000, pour se recentrer aujourd’hui sur une fourchette autour des 2,70 €. Mais Stephen Elop défend sa stratégie et confirme qu’aucun plan B n’est prévu pour le moment :

« Nous faisons des ajustements au fur et à mesure. Mais il est très clair pour nous que dans la guerre actuelle des écosystèmes, nous avons pris une décision très claire de se concentrer sur Windows Phone avec notre gamme de produits Lumia. Et c’est avec cela que nous allons rivaliser avec des concurrents comme Samsung et Android. »

En l’absence de plan B, les analystes conseillent à Nokia de mettre l’accent sur les terminaux à bas coût ou les features phones comme les nouveaux Asha pour les marchés émergents. De nombreux constructeurs ont aujourd’hui décidé de se focaliser sur l’entrée-milieu de gamme, voyant que Samsung et Apple étaient indétrônables et que même des HTC s’y sont cassés les dents. LG est un bon exemple avec sa gamme L (entrée de gamme) ou F (4G LTE à prix réduit) qui lui permet progressivement de retrouver des couleurs.

Source : Reuters