Dernier né de la gamme, Nokia s’attaque avec le Lumia 720 véritablement au milieu de gamme en proposant ce smartphone au design aguicheur. Est-il véritablement intéressant à l’utilisation ? Réponse dans le test du Nokia Lumia 720 !

Annoncé durant le Mobile World Congress en Février, le Lumia 720 était porteur de beaucoup d’espoirs chez les consommateurs accro à la firme d’Espoo. Plus fin et plus léger que le Lumia 920, tout en étant beaucoup plus accessible grâce à des caractéristiques techniques en baisse, ce smartphone qui a tout d’un grand devait s’imposer sur le marché crucial du mileu de gamme.

DSC02135

Au programme, design et simplicité sont les maîtres-mots d’un téléphone qui a su nous convaincre au premier regard. Cependant, le milieu de gamme est un segment assez particulier puisqu’il faut choisir un juste équilibre et tout est affaire de compromis et d’options soigneusement sélectionnées. Comment le téléphone se comporte-t-il en utilisation et ses défauts sont-ils préjudiciables dans le contexte d’extrême concurrence sur le marché ?

Packaging du Lumia 720

DSC02139

C’est du très classique chez Nokia puisqu’on retrouve tous les ingrédients d’une boîte made in Nokia : petite, compacte et avec juste ce qu’il faut. A l’intérieur, on y trouve un manuel d’utilisation, une prise secteur, un câble Micro-USB, des écouteurs classiques avec prise micro (pas d’intra-auriculaires donc, ce qui est un peu dommage) et une petite lamelle en métal pour ouvrir les trappes qui accueillent la micro-SIM et la carte Micro-SD. Du très classique donc, mais on commence à y être habitué et on ne change pas un packaging qui gagne !

 

Design

DSC02134

On touche au point le plus important du Lumia 720 puisque la firme finlandaise a beaucoup communiqué sur son atout principal : une silhouette fine et légère très séduisante. Arrivée dans une robe jaune assez atypique, le téléphone ressemble beaucoup au premier coup d’œil au HTC 8X. En effet, la ressemblance est assez frappante mais le smartphone de Nokia arrive néanmoins à tirer son épingle du jeu grâce à une ergonomie bien plus confortable. Avant de développer ce point précis, voyons point par point la silhouette du Lumia 720.

DSC02125

Sur la vitre avant, on retrouve un haut-parleur, une caméra frontale, un écran de 4,3 pouces d’une définition de 800 x 480 pixels (WVGA) et, tout en bas, les trois boutons tactiles chers à Windows Phone pour garantir une expérience semblable pour tous les téléphones. Les côtés laissent apercevoir la couleur qu’on a choisi pour habiller notre téléphone, il faudra donc bien choisir son coloris car il sera toujours visible !

DSC02124

En l’état, le smartphone est très équilibré puisqu’il n’y a plus d’espace mort entre les boutons tactiles et le bas du téléphone comme sur le Lumia 800/620 et 920, ce qui est finalement très appréciable. A titre de comparaison avec le Lumia 820, qui possède aussi un écran de 4,3 pouces, le Lumia 720 est beaucoup plus désirable de part sa finesse, son poids et ses coques au touché peau de pêche qui sauront séduire instantanément. En effet, avec 9 mm et 128 grammes sur la balance, difficile de résister.

DSC02128

Petit tour du téléphone en partant de la droite de l’écran où on retrouve le trio fameux de Nokia qui assure une ergonomie idéale : bouton de volume, bouton d’alimentation qui tombe pile sur le pouce et enfin celui de l’appareil photo en bas. C’est sur ce trio que le Lumia 720 prend l’avantage sur le HTC 8X : les touches sont très proches de la coque ce qui ne brise pas pour autant le design unibody du produit et l’ergonomie de ce trio est remarquable. Le Htc 8X propose une configuration plus compliquée avec les touches de volume à gauche et surtout un bouton d’alimentation diaboliquement difficile à activer en haut du téléphone. L’Ativ S s’en sort mieux à ce niveau là grâce à son bouton physique qui permet d’allumer l’écran, mais le 720 confirme la supériorité de Nokia en ce qui concerne l’ergonomie sur Windows Phone !

DSC02129

En bas du téléphone, un port Micro-USB pour recharger la batterie du téléphone et un petit trou permet de laisser travailler le microphone !

DSC02130

A gauche de l’écran, on trouve pour une fois quelque chose dans un smartphone Nokia puisqu’une trappe solidement fermée peut accueillir une carte Micro-SD. Avec 8 Go de mémoire interne, il serait presque criminel de ne pas proposer une augmentation de la capacité de stockage via Micro-SD, mais il faut aussi souligner que c’est la première fois chez Nokia que le constructeur propose une trappe Micro-SD sur un smartphone à la construction en unibody, c’est-à-dire en ayant une coque non détachable. On espère que cette démarche arrivera sur le haut de gamme de la marque, mais si l’aluminium prend le pas sur le polycarbonate, il sera bien difficile de le proposer…

DSC02129

En haut de l’écran, une prise casque 3,5 mm standard à gauche et une trappe pour la micro-SIM à droite. Du classique en somme.

DSC02133

Dans le dos du téléphone, rien de vraiment particulier avec une coque intégralement en couleur. Pas de bande métallique autour du capteur photo, qui est uniquement valorisée par le petit sigle Carl Zeiss qui fabrique les lentilles de l’appareil photo. Un petit flash LED épaulera le capteur en faible condition lumineuse, ce qui est un peu décevant sachant que deux LED sont même souvent justes pour capturer efficacement un moment.

En bas du lumia 720, en dehors de la petite grille qui laisse le haut-parleur s’exprimer, on note pour la première fois trois petits points de contact. Nokia a en effet supprimée la fonction de recharge sans fil sur le Lumia 720 et il faudra se procurer séparément des coques qui permettent d’activer la fonction. Très gadget et amenant de l’épaisseur au téléphone (suivez mon regard vers le Lumia 920), le constructeur finlandais a préféré zapper cette fonctionnalité sur l’autel de la finesse et de la légèreté. Bien lui en a pris !

DSC02137

Ecran

DSC02136

Avec un design aussi réussi, on a hâte d’allumer le téléphone pour voir comment se comporte l’écran, élément très important dans le confort qu’on a avec un smartphone. Avec une diagonale de 4,3 pouces, un écran de type LCD IPS et une résolution de 800 x 480 pixels, le Lumia 720 est tout à fait honnête mais sa faible résolution fera tiquer certains.

Là où le WVGA n’était pas un problème sur le petit écran de 3,8 pouces du Lumia 620, le 720 propose un écran beaucoup plus grand et, par conséquent, il est plus facile de remarquer les pixels disgracieux. Avec 217 pixels par pouce, le chiffre n’est pas vraiment fameux (un écran Full HD de 5 pouces chez Android propose le double). Bien évidemment, ces chiffres sont purement techniques et un nouveau venu dans le monde des smartphones trouvera l’écran très agréable. La comparaison avec un HTC 8X, qui propose la même taille d’écran mais une résolution de 1280 x 720 pixels est cependant vraiment pas à l’avantage du téléphone de Nokia. S’il n’est pas très défini, il a cependant d’autres atouts dans son sac.

wp_ss_20130516_0004

Si la définition est faible, les autres caractéristiques sont quant à elles beaucoup plus satisfaisantes et contribuent à rehausser le niveau. Grâce à l’écran utilisant la technologie IPS, les angles de visions sont larges et c’est très agréable si on est un peu décalé du centre de l’écran. La luminosité est là aussi excellente puisque même en plein soleil, on n’a pas de difficulté majeure à lire l’écran. Quant au contraste, il est là aussi de bon niveau avec des noirs qui se rapprochent de ceux des écrans AMOLED et les couleurs sont fidèles. Enfin, le mode ultra-sensibilité permet d’utiliser l’écran avec des gants, ce qui est encore aujourd’hui la valeur ajoutée unique de certains smartphones de Nokia !

En conclusion, le téléphone propose un bon écran équilibré qui ne pêche qu’à cause d’une définition un peu chiche en pixels. Ce défaut ne touchera cependant que les maniaques des pixels et le grand public ne sera pas le moins du monde embêté par ce problème. Personnellement, c’est une question de point de vue puisqu’on peut tout à fait adorer un smartphone qui propose un écran WVGA en 2013, mais l’utilisateur averti sera un peu trop exigeant pour ce type de téléphone. Après tout, ce n’est pas pour rien que ce 720 est un moyen de gamme rappelons-le !

Performances

Comme d’habitude avec Windows Phone 8, on a droit à deux configurations différentes selon le type de téléphone : un duo processeur à 1,5Ghz et mémoire vive d’1 Go, ou un couple plus faible de processeur cadencé à 1Ghz avec 512 Mo de RAM. Pas de « chance » pour ce moyen de gamme qui hérite d’un processeur Qualcomm Snapdragon S4 dual-core d’1Ghz accompagnée de ses 512 Mo de RAM donc. Déjà présent dans les Lumia 520 et 620 ainsi que dans le HTC 8S, voyons-voir comment il se comporte avec le Lumia 720.

Malgré cet à priori négatif, le téléphone est, comme de coutume sur Windows Phone, diablement réactif et rapide. C’est vraiment un plaisir de voir son smartphone réagir au doigt et à l’œil, et c’est une des raisons qui nous font aimer ce système. Peu importe la configuration matérielle, c’est fluide en toute circonstance. Après avoir utilisé un Lumia 920, la différence ne me parait pas énorme. Là où on remarque le plus la faiblesse du 720 est dans Here Maps et son scrolling pas toujours heureux. Dans la vie de tous les jours, on ne croirait même pas avoir un processeur bas de gamme et c’est une sacrée performance. Mais le vrai problème technique, c’est l’incapacité de faire tourner certains jeux.

 wp_ss_20130516_0005

En effet, ses 512 Mo de RAM ne sont pas suffisants pour faire tourner certains gros jeux comme Modern Combat 4 ou Dark Knight Rises. Ces applications très lourdes se comptent sur les doigts d’une main mais il est dommage d’instaurer de la fragmentation là où on en avait pas besoin, à fortiori quand on touche aux jeux qui est la chasse gardée d’Apple et de Google. Néanmoins, on espère que les développeurs sauront optimiser leurs jeux pour ne pas laisser de côté les possesseurs de téléphones bas/ moyen de gamme, comme Gameloft qui a mis à jour Asphalt 7 de brillante façon. Mais quand un jeu demande trop de puissance, il est parfois impossible d’assurer la compatibilité et, bien souvent, le consommateur sera perdant. Vous l’aurez donc compris, le Lumia 720 n’est pas un smartphone pour jouer.

wp_ss_20130516_0002

Petit détour sur nos deux benchmarks favoris sur Windows Phone, Antutu et Sunspider. Pour le premier, qui cherche surtout à tirer la puissance hardware du téléphone, le test affiche un score de 7102 points. Dans l’absolu, ce n’est pas extraordinaire mais c’est 3x plus que le Lumia 800 qui plafonne à 2000 points et 2x moins que le haut de gamme de type Lumia 920. Le Lumia 620 devance étrangement ce smartphone de 200 points malgré le même hardware et la très nette infériorité en terme de vitesse pour le stockage interne. Peut-être que le 720, encore un peu jeune, peut profiter de quelques mises à jour  pour améliorer les performances ! Sur Sunspider 0.9.1, on obtient un score de 1478ms ce qui est plutôt bon pour un téléphone de cette gamme. Le haut de gamme obtient environ 900 ms, mais la navigation internet est excellente et Internet Explorer 10 est optimisé aux petits oignons. En définitive, si le Snapdragon à 1Ghz a peut-être moins de muscles que ses frères 820 et 920 dans les benchmarks, il est à l’usage à peu près aussi fluide. Comme quoi, le ressenti prime plus que les chiffres

Pas de problème pour la réception réseau qui est très bonne comme d’habitude chez Nokia, et la puce NFC a parfaitement fonctionné les (trop) rares fois où j’en ai eu besoin. Si vous n’avez pas besoin du NFC, on vous conseille vivement de la désactiver pour grappiller quelques minutes d’autonomie en plus !

 wp_ss_20130516_0001

Question autonomie justement, le Lumia 720 m’a laissé une très bonne impression. Avec la 3G activée en permanence, rafraichissement de la boîte mail toutes les 30 minutes et un usage fréquent du téléphone (1 heure de surf, 1h de jeu et beaucoup de SMS), le téléphone gardait 30% de sa capacité totale en fin de journée. L’économiseur de batterie a toujours estimé une autonomie de 30 heures environ, et ça a toujours été le cas en pratique ! C’est certes moins impressionnant que l’Ativ S de Samsung mais les 2000 mAh de capacité de la batterie, ce qui est équivalent au Lumia 920, assurent parfaitement le travail. Il n’est donc pas étonnant de voir qu’un téléphone avec un écran de moins bonne qualité et une puissance technique moindre tient plus longtemps la charge que le 920, mais l’Ativ S montre néanmoins la certaine supériorité de Samsung sur les téléphones de Nokia.  Malgré ce constat, le 720 est l’un des téléphones les plus autonomes de la firme finlandaise et on espère que cette progression ira crescendo au fil des modèles qui sortiront cette année !

Caméra et son

WP_20130516_001

Comme d’habitude, deux capteurs dédiés à la photographie sont présents sur le Lumia 720 : une frontale de 1,3 pixels grand-angle et celle principale de 6,7 Mégapixels avec lentilles Carl Zeiss qui ouvre à une focale record de 1,9 sur un smartphone. Bien évidemment, c’est cette dernière qui nous intéresse le plus et son ouverture très intéressante lui donne quelques avantages vis-à-vis de la concurrence, surtout en basse luminosité.

Au final, le rendu est plutôt bon mais il ne peut pas véritablement concurrencer le haut de gamme. En terme de piqué, de finesse des détails, c’est moyen, comprenez ni remarquable ni mauvais. En basse luminosité, c’est cependant acceptable et un peu meilleur que les smartphones concurrents. Le rendu est cependant loin de celui du Lumia 920 qui est inégalé. Bien évidemment, un seul flash LED est peu performant et cela se ressent avec des photos souvent floues et pas toujours à leur avantage.

WP_20130516_002

Pour la caméra frontale, malgré les 1.2 Megapixels et un grand-angle prôné par Nokia qui semble prometteur, le rendu est très loin de l’excellence de celui du HTC 8X et les franges pourpres sont encore une fois très présentes. Le grand-angle est en réalité un peu plus resserré que le capteur arrière et n’est donc, techniquement, pas un grand-angle. Dommage, même si le capteur frontal sera largement moins utile que le capteur dorsal pour la majorité des utilisateurs.

Pour ce qui est de la vidéo, le rendu est assez satisfaisant. Bien qu’il ne puisse filmer qu’en 720p au maximum, la fluidité est au rendez-vous et le rendu n’est pas très tremblotant. La puissance des micros est cependant excellente et on capte tout l’espace avec une très bonne qualité sonore. Visiblement, les 3 micros de chez Nokia fonctionnent à merveille.

DSC02143

Pour ce qui est de la restitution du son via les haut-parleurs situés au dos, le son était assez fort mais suffisamment claire pour apprécier le rendu. Certes les basses disparaissent un peu, mais le reste du spectre sonore est bien rendu, en particulier les aigus. Avec une écoute sur la prise jack 3.5mm, le son est bien équilibré et une fonction Dolby Surround permet d’ajouter un peu de réverbération à la chanson. Si on souhaite surtout la justesse musicale, il est possible d’égaliser nos morceaux pour que l’écoute soit parfaite. En termes d’expérience musicale, le Lumia 720 est donc très complet !

 

Applications Exclusives

wp_ss_20130207_0003

Toutes les applications Nokia sont là, sauf pour Here Drive qui est en version beta et non en version Drive + ! Conséquence : vous ne pourrez installer les cartes que sur la région d’où provient votre carte-SIM. Si vous voyagez peu à l’étranger, cette concession ne vous dérangera probablement pas, mais c’est dommage de voir que Nokia segmente même son offre applicative en fonction des téléphones !

La firme finlandaise s’est justifiée en prétextant qu’ils ne peuvent pas rentrer dans leurs frais en proposant cette option pour le Lumia 720 (comprenez que le téléphone n’est vraiment pas cher et qu’ils ont du faire des concessions). C’est très décevant car à 369 € prix conseillé (en réalité il est possible de le trouver pour un peu plus de 300€ désimlocké), le téléphone est suffisamment coûteux et propose le même couple processeur/mémoire vive que le Lumia 620 qui coûte 200€. Certes la technique ne fait pas tout, l’écran, le design et la caméra sont bien supérieurs dans le Lumia 720, la pilule à néanmoins du mal à passer. Pour un détail de toutes les applications, c’est par là !

Conclusion

DSC02141

Au final que retenir du Lumia 720 ? Son design trusterait assurément la première place. Très proche du HTC 8X mais beaucoup plus pratique et ergonomique, son form-factor est idéal. Le 720 est donc très clairement le Lumia le plus abouti de la gamme. Léger, fin et bien calibré pour toutes les mains, le 720 impressionne dans son domaine.

Nokia a néanmoins choisi de pleinement ancrer son téléphone dans le moyen de gamme en proposant des caractéristiques techniques plus proches du bas de gamme que du haut et un écran à la résolution WVGA décevante à ce prix. Même si le système est fluide et réagit au doigt et à l’oeil, on aurait aimé que Nokia propose soit un écran HD, soit le même processeur que le Lumia 920.

Doit-on vraiment être aussi exigeant avec un téléphone à ce prix ? A 369 € prix conseillé, le Lumia 720 est totalement entre le Lumia 620 et le Lumia 820 en gamme tarifaire. Ce qui défavorise ce smartphone sont les termes techniques imposés par Microsoft, qui propose soit du bas de gamme soit du haut de gamme selon le téléphone. En parfait milieu de gamme, le 720 est bridé car il se trouve théoriquement entre deux chaises : le design est haut de gamme, tandis que l’écran et le couple processeur/ mémoire vive est bas de gamme. Quand on mixe du bon et du mauvais, le résultat est sympathique mais pas transcendant.

Malgré ses spécifications pas au top, le design peut néanmoins séduire en un coup d’oeil. Véritable réussite, le polycarbonate mat en unibody est idéal et sa finesse est inhabituelle chez Nokia. On aurait vraiment aimé avoir ce design avec des caractéristiques haut de gamme pour pleinement donner des ailes au smartphone, mais le Lumia 720 reste un bon téléphone qui séduira sans aucun problème le grand public. Si on est au courant des quelques jeux qui ne fonctionneront pas et que la définition de l’écran ne vous pose aucun problème, ce téléphone vaut largement le coup d’oeil. Et avec un design pareil, difficile de ne pas craquer !