Encore sonné par l’annonce du rachat de Nokia par Microsoft ? C’est normal, d’autant que le temps de l’acquisition étant long (plusieurs mois), on ne verra pas vraiment les effets à long terme de ce rachat avant 2014 et plus vraisemblablement qu’à partir de l’été prochain, le temps que la nouvelle organisation se mette en place. Cela, c’est du côté de la partie de Nokia qui va rejoindre Microsoft, à savoir la division hardware Lumia et Asha. Et pour le reste, que va-t-il se passer, et quel avenir pour Nokia ? Le nouveau PDG par intérim du Finlandais, Risto Siilasmaa, a un début de réponse.

I'm a sad boss, but boss anyway

I’m a sad boss, but boss anyway

Il faut tout d’abord savoir que le nouveau Nokia va se concentrer notamment sur la partie NSN – Nokia Siemens Network, dont 50 % ont été rachetés il y a tout juste quelques semaines. Cette division s’occupe des infrastructures réseaux et professionnels. Nokia ne quittera donc pas le marché des télécommunications même si l’entreprise sera uniquement présente dans le BtoB. L’entreprise capitalisera donc sur son expertise en R&D et notamment la LTE pour lancer des solutions innovantes et ainsi ne pas se laisse distancer par des asiatiques tels que Huawei.

Une autre division, qui va reprendre une place centrale pour Nokia est HERE. HERE n’est pas racheté par Microsoft même si l’entreprise dispose d’une licence de 10 ans pour utiliser les services dans Windows Phone (et on imagine ailleurs). HERE, qui regroupe tout ce qui concerne la géolocalisation et la cartographie, va aller plus loin dans l’interfaçage du cloud avec la localisation à travers des solutions intégrées pour les appareils mobiles, les entreprises et  les voitures. On a encore du mal à imaginer ce qu’il en sera pour le moment. HERE est déjà présent dans 4/5 des voitures avec solution de navigation intégrée et des millions de kilomètres de routes ont été cartographiés dans le monde.

Avec ces deux business existants, Nokia va également développer une troisième division appelée Advanced Technologies avec pour but d’explorer de nouvelles opportunités stratégiques. Nokia rappelle d’ailleurs son engagement dans le développement d’innovations avec notamment la présence de Nokia au coeur du développement du protocole d’encodage H.264/H.265 ou de la voix HD mais aussi dans le Bluetooth LE (Low Energy) et la réalité augmentée avec HERE Live Sight. En gros, on peut voir cette division comme le lieu d’innovation de Nokia qui vise à trouver le prochain produit disruptif que pourrait sortir Nokia et ainsi redevenir une très grande entreprise qui compte. Les deux autres divisions visent à gagner de l’argent en attendant ce moment-là.

D’un point de vue consommateur, cette perspective fait clairement moins rêver que d’imaginer Nokia, le seul gros constructeur européen, redevenir un acteur incontournable du secteur mobile. Bien sûr, cela pourra être possible à travers Microsoft mais ce ne sera tout de même pas pareil. En tout cas, on souhaite bonne chance à ce nouveau Nokia même si on a encore le temps de lui faire de vrais adieux.