L’annonce qui a le plus marqué l’esprit des développeurs lors de la conférence d’ouverture de Build 2015 est sans aucun doute l’arrivée de quatre nouvelles façons de développer des applications pour le Windows Store en se basant sur le travail déjà effectué sur le web, sur Android, sur iOS ou sur Windows.

une application Win32 sur le store

une application Win32 sur le store

Microsoft veut convaincre les développeurs de pousser sa plateforme. L’éditeur sait bien, après l’épisode Windows 8, qu’avoir une boutique d’application remplie est cruciale pour attirer les fabricants et les utilisateurs. Avec Windows 10, Microsoft va prendre le problème par deux côtés.

Il va d’abord accueillir toutes sortes de développeurs et plus seulement les spécialistes des technologies de la marque comme .NET, en acceptant des applications Android et iOS, développés en Java ou en Objective-C, légèrement modifié. La société n’a pas encore détaillé comment cela allait fonctionner techniquement ni quelles seront les limites pour les applications complexes qui peuvent utiliser par exemple les Google Play Services.

Microsoft a également annoncé deux autres nouvelles façon de développer des applications,. Il sera tout d’abord possible de proposer un site web sur le store pour le transformer en application et lui permettre de tirer parti des possibilités du système, comme des achats in-app ou des notifications. Ce système tire probablement parti du moteur de Microsoft Edge pour afficher ce qui n’est au final qu’un site web avec du HTML et du Javascript.

La dernière option est peut-être la moins attendue, puisqu’il sera possible de proposer des logiciels classique Win32 sur le Windows Store. Ces applications ne ralentiront pas le système et ne toucheront pas au registre comme cela est d’habitude le cas pour les applications win32. Pour cela Microsoft exécute les applications de façon isolée. L’éditeur n’a toutefois, là aussi, pas donné de détails sur les limitations de cette méthode mais il a annoncé l’arrivée d’Adobe Photoshop Elements et Adobe Premiere Elements sur le Windows Store. Ces applications ne devraient par contre être disponibles que sur les PC portable et les PC de bureau, puisque les autres versions de Windows 10 n’intègrent pas les fonctions win32 nécessaires. C’est la seule exception au principe des applications universelles.

universal plateform

Si technologiquement parlant, Microsoft met tous ce qu’il peut en place pour faciliter la vie des développeurs, l’éditeur a également une autre carte à jouer : le nombre de machines éligible à Windows 10. La société a annoncé sur scène que son but était d’avoir Windows 10 installé sur plus d’un milliard d’appareils d’ici 2 à 3 ans. Pour atteindre ce but, elle compte bien évidemment sur le fait que Windows 10 ne demande pas plus de ressources machine que Windows 7 ou 8 et sur la possibilité de mettre gratuitement à jour une machine équipée d’un de ces deux systèmes. Cette question est cruciale pour Microsoft car la société sait qu’elle ne pourra pas avoir autant de smartphones et de tablettes Windows vendus que son conçurent Android qui domine le marché. Avec les applications universelles disponible sur tout type d’appareils, même un simple Raspberry Pi 2, la société compte bien additionner tout ce qu’elle pourra pour atteindre son but : objets connectés, smartphones, ordinateurs et même Xbox.