Devant la complexité grandissante du développement de nouvelle génération de processeur, Intel annonce qu’il abandonne son cycle Tick Tock sur deux ans pour un nouveau cycle sur trois ans.

Intel_Atom_and_Chipset

Depuis près de 10 ans, Intel suivait à la lettre son procédé Tick Tock où le fondeur développait une nouvelle architecture une année sur deux et améliorait le procédé de fabrication (la finesse de gravure), l’autre année. Ce système permettait à Intel de tester un nouveau procédé de fabrication sur une architecture éprouvée puis, l’année suivante, de tester une nouvelle architecture sur un procédé de fabrication, lui aussi éprouvé.

Problème, depuis quelques mois la marque se rend bien qu’elle ne pourra pas suivre ce rythme éternellement, il devient de plus en plus difficile d’améliorer le procédé de fabrication. L’année dernière, Intel annonçait justement que l’architecture Cannon Lake qui aurait dû sortir en 2016 serait repoussée d’un an, et qu’on aurait à la place une génération intermédiaire nommée KabyLake.

Intel Tick Tock Optimization 3 étape

Aujourd’hui, Intel annonce que « l’anomalie » KabyLake devrait se répéter dans le temps et qu’à la place d’un cycle sur deux ans, le fondeur utiliserait désormais un cycle sur trois ans. Une troisième étape « d’optimisation » vient en effet se rajouter dans les documents officiels d’Intel après l’étape d’amélioration du procédé de fabrication et l’étape de développement d’une nouvelle architecture.

Cette annonce n’est pas une surprise et était attendue du marché. Améliorer le procédé de fabrication devient de plus en plus complexe, et surtout, de plus en plus difficile à rentabiliser. Ce nouveau paradigme permet à Intel de rentabiliser son procédé sur trois ans au lieu de deux précédemment.

Source : Intel via Anandtech