Le PDG d’Archos l’avait affirmé en début d’année : sa marque ne serait pas sans se diversifier en passant par l’OS voisin, Windows (Phone). Et ce sera bien le cas au prochain IFA, où la marque présentera non seulement un smartphone, mais aussi une tablette sous Windows 8.1.

Archos 40 Cesium

La gamme Windows d’Archos a donc désormais un nom : elle s’articule autour des produits Cesium, là encore en référence à un élément chimique (on connaît déjà les Platinum ou Titanium chez la marque française). Toujours est-il que pour sa première incursion dans le monde de Microsoft, Archos commence avec de l’entrée de gamme, parmi les moins onéreux du moment.

Baptisé Archos 40 Cesium, le téléphone dispose d’un écran de 4 pouces, dont on imagine une définition de type 480 x 800 pixels, et s’appuie sur un processeur Snapdragon 200 quadruple-cœur, incompatible avec la 4G. La marque n’a apporté aucun détail supplémentaire, mais a indiqué un prix de 79 euros, soit un positionnement très entrée de gamme qui nous fait attendre 512 Mo de RAM et un capteur photo dorsal (avec flash, c’est une certitude) ne dépassant pas les 5 mégapixels. L’IFA nous permettra d’en apprendre un peu plus sur ce terminal coloré, dont on trouvera des déclinaisons jaune, bleue et noire, le tout sous Windows Phone 8.1. Sa sortie est prévue courant septembre.

La grande sœur du 40 Cesium prendra lenom de 80 Cesium, se présentant comme une tablette sous Windows 8.1 complet, avec une définition de 1280 x 800 pixels sur une dalle IPS de 8 pouces. On ignore le reste de sa fiche technique, si ce n’est que l’ardoise sera animée par une puce Intel à quatre cœurs. Son prix nous est toutefois connu : il est fixé à 129 euros pour une sortie au mois d’octobre.

La stratégie d’ouverture de Microsoft aux appareils d’entrée de gamme se confirme par l’annonce de ces premiers appareils d’une marque plutôt connue dans le monde d’Android. Entre des licences Windows gratuites pour les appareils de moins de 9 pouces et une ouverture à des OEM pratiquant des petits prix, Archos ne devrait pas être seul en son bastion. Quelques marques low-cost avaient déjà montré leurs produits à bas coût au MedPi de mai dernier : gageons que cet IFA berlinois viendra confirmer la tendance.