À un mois maintenant de la sortie de Windows 8, Microsoft se retrouve embourbé dans le même fatra qu’il y a quelques années, j’ai nommé le choix du navigateur. Déjà cet été, une nouvelle était passée : il s’était malencontreusement glissé un bug sur le petit module permettant de choisir son navigateur. La firme s’est « empressée » alors de corriger ce bug… après que la presse s’en fut emparé.

L’histoire aurait pu s’arrêter là mais c’était sans compter ce nouveau rebondissement. L’arrivée de Windows 8 attire tout le monde et bien entendu la commission européenne qui connait les tendances de la firme de Redmond. Alors une fois n’est pas coutume (ni deux d’ailleurs, quoique…), comme le système d’exploitation sort sa première version RT qui diffère sous beaucoup d’aspect des autres versions, la commission s’est penchée sur la question. Il faut dire que Microsoft a fait parler de lui avec cette version nommée RT.

En effet, Microsoft a d’abord annoncé que seul Internet Explorer 10 serait disponible, sans possibilité de passer par un navigateur. L’annonce semblait logique au vu de l’antécédent que représente Windows Phone où il est effectivement impossible d’utiliser un moteur de rendu HTML diffèrent de celui d’IE9.

Mais il n’aura pas fallu longtemps aux navigateurs alternatifs pour faire changer la ligne de Microsoft ou du moins de lui faire préciser sa première annonce. La firme précise donc qu’il sera impossible d’utiliser les applications de bureau à l’exception d’Office 2013. Les navigateurs se sont alors empressés d’annoncer le lancement du développement des versions Métro de leur logiciel.

Il reste cependant un problème : les logiciels développés pour Métro exclusivement ne peuvent proposer que des fonctionnalités limitées à cause des limitations liées à l’interface Métro elle-même. Google et Mozilla ont alors déposé une plainte auprès de la commission européenne.

Aujourd’hui, c’est la commission européenne se penche donc sur la question. Avec l’annonce d’une nouvelle plainte pour les PC, le sujet refait surface et la commission a été estimé qu’elle devait aller regarder précisément ce sujet.

De son côté, Microsoft essaie de rassurer et  déclare : « Nous travaillons avec la Commission sur le sujet. Nous pensons que nos mises-à-jour de la famille de produits Windows – Windows 8, Windows RT et Windows Phone – offriront plus de choix à nos clients dans un marché très compétitif. »Affaire à suivre donc…