Alors que la Surface Pro est annoncée pour la fin de la semaine aux Etats-Unis et au Canada, Microsoft a levé l’embargo sur la publication des tests dans ces deux pays.

Revue de presse de la Surface Pro

6 mois après la sortie de la Surface RT, que reste-t-il de la marque Surface ? Pouvons-nous être surpris par ce produit qui s’inspire plus d’un ordinateur que d’une tablette au contraire de la Surface RT dont la philosophie était inverse ? Des éléments de réponses avec cette petite revue de presse des tests américains.Les critiques de la Surface Pro ne sont pour la plupart pas très originales puisque les éléments les plus critiqués sont le poids (940 gr) et l’autonomie de la batterie (4-5h). Au-delà de ses deux arguments, la notion qui revient le plus est celle de compromis. Petit tour d’horizon de conclusion des tests traduits.

The Verge

Si la Surface RT était nécessairement une affaire de compromis (prise en charge maximum de 5 doigts en même temps au lieu de 10, performances faibles), la Surface Pro n’a rien de tout cela. C’est rapide, complet et aussi capable que n’importe quel ultrabook testé par le site, la Surface Pro est peut être même au dessus en terme de tactile. Pas de problème d’applications incompatibles ou de problèmes de performances. C’est évidemment plus lourd et plus épais que la Surface RT et avec une batterie très mauvaise mais cela vaut la peine de mettre. Si vous devez / voulez acheter une Surface, la Pro est le modèle qu’il faut. The Verge conseille même de prendre la version haut de gamme , 128 Go.

Le seul problème c’est qu’au prix du haut de gamme Surface Pro, un iPad avec dock, LTE et 128 Go est peut être un meilleur choix côté tablette et le Lenovo IdeaPad Yoga ou le Dell XPS 12 côté ordinateur. Il y a donc un réel problème de positionnement pour la Surface Pro et pas sûr que ce soit très clair pour le public. Le produit est ainsi assez difficile à utiliser en dehors d’un bureau ou le ratio 16:9 ème limite vraiment les usages. C’est trop lourd, trop épais et trop dépendant pour être une tablette compétitive et ce n’est pas assez flexible pour faire tout ce qu’un ordinateur peut faire. A vouloir faire un compromis, Surface ne fait rien de bien.

 

Engadget

Nous rêvons à l’idée de disposer d’un appareil qui puisse tout faire, de la productivité au domaine des loisirs. La pierre angulaire de ce rêve passe par un système d’exploitation plus flexible qui puisse non seulement tout faire mais en plus exceller à le faire. La Surface Pro est ce qui se rapproche le plus de cette philosophie mais il manque toujours quelques chose.

Quand vous essayez d’être productif, vous voulez avoir un vrai portable et, quand vous vous détendez dans le canapé, vous voulez disposer d’une interface mieux conçue pour vos doigts. Windows 8 permet cela via son interface Modern UI d’un côté et la présence du bureau de l’autre mais cela ne va pas assez loin.

La compatibilité avec l’énorme catalogue d’applications est un avantage indéniable par rapport à la Surface RT mais l’épaisseur, l’autonomie de la batterie sont le prix à payer. Nous sommes convaincus que Microsoft continuera d’affiner Windows 8 pour être plus user-friendly au niveau des tablettes et nous avons hâte de tester des dizaines d’hybrides qui arriveront cette année. Malheureusement, la Surface Pro de Microsoft n’offre pas une combinaison suffisamment intéressante pour cela.

 

Wall Street Journal

Tout comme Surface Pro est une tablette de compromis, elle est aussi un ordinateur portable plein de compromis. Vous avez moins de ports et moins de stockage que sur la plupart des ordinateurs portables et un clavier qui ne se compare pas aux claviers des ordinateurs portables. Comme beaucoup de produits qui tentent d’être deux choses à la fois, la nouvelle Surface Pro ne fait jamais aussi bien que les produits conçus pour remplir une seule fonction.

 

Techcrunch

Je suis très séduit par Surface Pro. C’est Microsoft à son meilleur. (…) Ce n’est pas un ordinateur portable avec une tête bizarre et vendu à un prix élevé. Au lieu de ça, c’est un hybride qui fonctionne de manière surprenante très bien dans ses deux usages, comme ordinateur portable et comme tablette. Il y a des compromis évidents mais la simplicité de la forme, l’excellent design et le système d’exploitation prometteur font de Surface Pro une produit délicieux, et un danger pour les autres fabricants

 

Comme vous le voyez et comme on le disait en introduction, la Surface Pro est une affaire de compromis tout comme la Surface RT sauf qu’on est ici plus proche d’un ordinateur avec la Surface Pro de part la possibilité d’installer des applications en .exe alors que la Surface RT s’inspire plus de ce que font les tablettes avec un accès unique par le Windows Store.

Au final, et en attendant de pouvoir se faire notre propre idée en testant la Surface Pro pendant quelques jours, on peut résumer la Surface Pro en disant que le produit essaye de faire « Tout en un et rien de bien » en même temps.