Le marché mobile est ainsi fait qu’on retrouve 3 acteurs principaux côté système d’exploitation : Android l’ultra dominant avec plus de la moitié de part de marché, iOS le challenger qui arrive à maintenir ses parts de marché en volume entre 20 % et 30 % et représente 80 % des profits et le petit dernier en queue de peloton, Windows Phone.

Android est un système bordélique

Il ne fait aucun doute que Windows Phone est actuellement en croissance même s’il reste très loin derrière les autres. Pour le moment, les gains de parts de marché se font surtout sur les autres systèmes (Bada, Symbian, Blackberry) mais à la marge, Windows Phone prend aussi quelques petits points à Android et iOS. Reste que tout cela est encore bien fragile.

Il faut bien comprendre que si Android est libre et Apple fermé, Windows Phone se veut à la croisée des chemins en permettant de licencier son système sans pouvoir toutefois le personnaliser comme le font les constructeurs sur Android. C’est d’ailleurs cette personnalisation qui fait dire à Head Myerson, responsable de la division Windows Phone, qu’Android est bordélique.

Il estime que sur Android, il n’y a pas de cohérence globale et qu’au final, il n’est pas forcément intéressant pour les constructeurs de s’investir sur ce système qui ne rapporte d’argent globalement qu’à Samsung et qu’il leur faudra de toute façon payer des royalties à Microsoft, royalties qui ne sont pas forcément moins chères que de payer une licence Windows Phone.

Si certains arguments peuvent se justifier à propos d’Android, il ne faut pas oublier que sur Windows Phone, Nokia représente 80 % des ventes et que sa situation financière n’est toujours pas au beau fixe même si elle s’améliore. On peut estimer que la diversité offerte sur Android permet à chaque constructeur de se différencier plus facilement et à chaque consommateur de trouver ce qui lui correspond le plus.

La stratégie d’Head avec cette déclaration est évidemment de provoquer en utilisant un terme choc et l’opération est plutôt réussie puisqu’on parle de lui et de Windows Phone. Pas sûr cependant que cela fasse vendre des Windows Phone, pour cela, il faut de l’innovation et des fonctionnalités inédites. Espérons que la prochaine version de Windows Phone en apporte de nombreuses.

Source