Dans une certaine surprise générale, Microsoft a décidé d’engager une marche arrière spectaculaire concernant les DRM sur la Xbox One. En effet, face aux nombreuses réactions très négatives des consommateurs, le géant américain a plié sous la pression et, malgré lui, se relance complètement dans la bataille pour la nouvelle génération.

xbox-one1

Microsoft a publié un communiqué sur son blog Xbox hier , affirmant sans aucune ambiguïté la nouvelle direction prise par la société concernant sa future console. Au programme, énormément de changements par rapport aux précédentes annonces :

  • La connexion obligatoire à internet toutes les 24 heures est supprimée
  • Les jeux sur disques fonctionneront comme sur la Xbox 360, avec installation sur le disque dur et présence obligatoire du Blu-Ray du jeu dans le lecteur de la console.
  • Le système d’échange des jeux avec 10 amis via Xbox Live est supprimé
  • Aucun surcoût en ce qui concerne le jeu d’occasion, chaque jeu peut être joué sur n’importe quel Xbox One et ce peu importe sa région (Américaine, Européenne ou Asiatique)

La console devra néanmoins effectuer une connexion lors du premier démarrage d’un jeu sur une Xbox One mais il ne sera plus nécessaire de se connecter régulièrement pour continuer à jouer. Autre petite contrainte, les jeux téléchargés ne peuvent être revendus ou prêtés puisqu’il s’agit techniquement d’un achat de licence et non directement du jeu comme pour la version physique.

Au final, Microsoft revient aux fondamentaux et propose exactement le même système que sur Xbox 360, avec les mêmes qualités (liberté de l’occasion et du hors-ligne) tout en supprimant des nouveautés bien pratiques sensées alléger les DRM de la Xbox One (prêt des jeux via 10 amis sur Xbox Live et la possibilité de jouer sans avoir le disque du jeu dans la console).

Malgré cela, le constat reste largement gagnant en faveur du joueur et la firme de Redmond a surtout voulu redresser la barre après le tollé général suscité par les limitations contraignantes de la Xbox One. Don Mattrick, le même qui une semaine plus tôt affirmait que les consommateurs n’ayant pas accès à Internet devaient se tourner vers la Xbox 360, est d’ailleurs celui qui prêche la nouvelle volonté d’ouverture et se félicite d’avoir écouté les consommateurs.

On pourrait débattre sur le véritable but de Microsoft (tester le marché sachant que le plan B serait le retour à la « normale » ?), mais réjouissons-nous, car ce genre de nouvelles est uniquement bonne pour le consommateur et va émuler plus de concurrence. Que ceux qui attendaient une ultra domination de Sony peuvent se rassurer, cette nouvelle génération sera probablement plus intéressante que ce qu’on imaginait la semaine dernière à l’E3 !

Enfin, il se murmure que Microsoft prépare des packs « sans Kinect », afin de proposer une console à moins de 400 euros. Comme la PS4.