Dans un entretien accordé au journal Times of India, un responsable de la marque Windows Phone en Asie a annoncé que les téléphones tournant sous l’OS de Microsoft doivent tous bénéficier d’un niveau acceptable de performance. Et idéalement s’appuyer sur des composants de Qualcomm.

DSC09825

Vineet Durani, le responsable de la division Windows Phone pour Microsoft en Inde s’est exprimé au sujet des composants que doivent embarquer les Windows Phone. M. Dunari n’a pas vraiment laissé planer de doute quant à la préférence de la marque de composant que Microsoft aimerait voir dans chacun de ses téléphones :

Nous ne prévoyons pas d’utiliser d’autres chipsets (processeurs et RAM) fabriqués par d’autres fondeurs… Actuellement, les sociétés qui fabriquent des Windows Phone doivent utiliser les composants de Qualcomm. Je ne peux pas prédire l’avenir mais je peux dire que nous faisons pleinement confiance aux composants de Qualcomm.

Cette remarque n’est évidemment pas anodine en Asie. Elle intervient quelques jours après l’annonce de Microsoft de ne plus faire payer la licence Windows Phone aux constructeurs qui désirent fabriquer des smartphones de moins de 9 pouces. Cette décision a pour but d’inciter les constructeurs low cost – souvent asiatiques – à se lancer dans la conception de Windows Phone et gagner des parts de marchés en Asie. Rappelons d’ailleurs, à ce titre qu’à l’occasion du Mobile World Congress 2014, neuf nouveaux partenaires de Microsoft avaient été annoncés, dont ZTE, Lenovo, Gionee, Lava ou Karbonn. Et ces constructeurs aimeraient certainement utiliser des puces bons marchés de type MediaTek. À ce sujet, Vineet Dunari a encore été limpide :

La seule différence (avec l’ecosystème Android) est que nous exigeons un certain niveau de performance matérielle sur les terminaux appareils tournant sous Windows Phone.

Autrement dit, l’OS mobile de Microsoft n’est pas prêt à supporter d’autres puces que celles de Qualcomm. Une décision que Microsoft juge bénéfique pour ses clients puisque cela garantit des performances minimum acceptables. Microsoft a donc bien retiré la contrainte de la licence Windows Phone payante mais conserve l’obligation de mettre des composants choisis par la société de Redmond dans ses téléphones.