La semaine dernière, un groupe de hackers russes avait récupéré des informations sur les futures versions de Windows. Parmi celles-ci, se trouvait Windows Cloud, un système d’exploitation a priori gratuit mais qui fonctionnerait sur la base d’un abonnement et qui requerrait une connexion Internet permanente.

microsoft-to-offer-its-drawbridge-virtualization-technology-on-top-of-its-windows-azure-cloud

Le cloud a le vent en poupe ces dernières années. La démocratisation pour le grand public a commencé par le stockage avec des services comme Dropbox qui permettent de sauvegarder ses fichiers sur des serveurs reliés à Internet et de pouvoir accéder à ces données depuis n’importe où dans le monde. Pratique pour retrouver les mêmes informations sur tous ses appareils et même en voyage. Certains logiciels fonctionnent également dans le cloud, ce sont les SaaS (Software as a Service) comme Office Online : le logiciel est exécuté sur un serveur distant, l’ordinateur reçoit les informations et les affiche à l’écran. Par exemple, pour Excel, ce n’est plus l’ordinateur de l’utilisateur qui va réaliser les calculs mais les serveurs de Microsoft. Il faut, en revanche, bénéficier d’un abonnement (mensuel ou annuel) pour continuer à bénéficier des services et pour accéder à certaines fonctionnalités. Pour Windows, Microsoft semble vouloir aller plus loin.

 

Windows dans les nuages

Microsoft vient de mettre en ligne sur son site Internet une offre d’emploi. Le géant de Redmond recherche un développeur pour intégrer une équipe en charge de développer une version de Windows proposée comme un service. C’est-à-dire proposer une version de Windows qui fonctionne de la même manière qu’Office 365 : dans le cloud. Selon les informations récupérées par le groupe de hackers Wzor la semaine dernière, cette version de Windows serait gratuite mais nécessiterait un abonnement pour débloquer certaines fonctionnalités. On peut donc imaginer que de base, seules quelques fonctions simples soient disponibles mais qu’il soit nécessaire de passer à la caisse pour disposer d’un véritable système d’exploitation et qu’en cas de mode hors ligne, Windows repasserait en mode « simplifié ».

ofice365saas

La fin des versions crackées et la mode des services

Proposer Windows en tant que service permettrait à Microsoft de réduire le phénomène des versions crackées de Windows. Il est en effet bien plus compliqué de cracker un logiciel qui tourne sur un serveur distant qu’un logiciel installé sur sa propre machine. Ce système d’exploitation dans le cloud proposé en tant que service n’est pas étonnant, Microsoft mettant depuis quelques années le paquet sur les services dans le cloud : OneDrive et Office 365 mais également sa gigantesque plateforme Azure qui propose tout un tas de services distants aux professionnels.