Alors même que sa Surface Pro 2 reste toute récente, Microsoft attaque de front Samsung avec une nouvelle Surface Pro 3 dont l’écran atteint une diagonale de 12 pouces. Plus que jamais, la firme de Redmond veut faire le pont entre les tablettes tactiles et les ordinateurs portables, faisant de sa Surface un produit deux-en-un.

Surface Pro 3

Pas peu fier de son produit, Microsoft n’a pas démarré sa conférence d’aujourd’hui par l’annonce très attendue d’une Surface Mini, mais plutôt par celle d’une déclinaison géante. La Surface Pro 3, telle que l’Américain l’a baptisée, délaisse les 10,6 pouces de sa grande sœur pour passer à une diagonale d’écran de 12 pouces, à l’instar d’une Samsung Galaxy Note Pro 12.2 récemment sortie dans le monde d’Android.

Quitte à faire passer sa Surface Pro 2 pour une ringarde, Microsoft présente aujourd’hui une Surface Pro 3 plus grande, mais pourtant plus mince et plus légère que son ancêtre, pourtant sortie il y a à peine plus de six mois. Au lieu de ses 902 grammes, la Surface Pro 3 pèse 800 grammes, et grâce à un petit régime, elle n’excède pas les 9,1 mm d’épaisseur, une gageure pour un appareil équipé en Intel Core. Adieu également à la Full HD 1080p, puisque cet écran de 12 pouces atteint les 2160 x 1440 points, soit presque de la QHD sur une dalle de type ClearType. Comme toujours, Microsoft garde le secret sur la capacité de sa batterie, mais annonce une autonomie de 9h en navigation web ; côté photo, à l’avant comme à l’arrière, on retrouvera des capteurs de 5 mégapixels.

Surface Pro 3

Si le design global de la Surface n’a pas beaucoup varié d’une génération à l’autre, Microsoft aime à vanter les mérites de la béquille qui l’équipe. Celle-ci, limitée à quelques postures sur les ardoises actuelles, peut désormais être inclinée de 0 à 150 degrés, pour un usage que Redmond nous promet beaucoup plus confortable sur les genoux. Le TypeCover en gagne aussi au passage, avec un trackpad dont la taille augmente de 68 %, tandis que son prix monte à 129 dollars.

Surface Pro 3

Parlons peu, parlons bien, et parlons configurations : la Surface Pro 3 sera déclinée en Core i3, i5 et i7 avec une mémoire interne de 64 à 512 Go et de 4 à 8 Go de RAM. La connectique reste complète avec notamment un USB 3.0 un Mini DisplayPort et un lecteur de cartes micro-SD. De quoi rivaliser avec des PC classiques ? C’est bien ce que souhaite Microsoft, décidé à percer sur un segment hybride qu’il peine encore à occuper. Et la marque de faire la démonstration des performances de son produit, qui fait tourner sans peine un Photoshop tactile optimisé pour la tablette, et semble manier avec brio la reconnaissance d’écriture obtenue grâce à son stylet. Au passage, on remarquera une capacité à allumer la Surface Pro 3 instantanément d’un double-clic avec ce même stylet. Avec sa Pro 3, Microsoft ne veut rien de moins que remplacer – réellement – un bloc-notes utilisé par des pros, avec une promesse de saisie rapide. On demande évidemment à tester.

Surface Pro 3

Tout cela a un prix : à partir de 799 dollars dans la configuration la plus simple, avec un Core i3 et 64 Go de stockage. Pour 128 Go de stockage et un Core i5, on passe à 999 dollars, tandis que 256 Go de stockage associés à 8 Go de RAM coûteront 300 dollars supplémentaires. Pour une configuration en Core i7, comptez 1559 dollars avec 8 Go de RAM et 256 Go de stockage. Last but not least, un Core i7 avec 512 Go de stockage et 8 Go de RAM vous reviendra à 1949 dollars. Quand nous écrivons « vous », comprenez pour commencer les USA, qui pourront dans quelques heures précommander la Surface Pro 3, laquelle sera disponible le 20 juin prochain aux États-Unis comme au Canada. Pour les autres marchés, dont la France, la Belgique et la Suisse, il faudra attendre la fin août. Au total, ce seront 26 pays qui seront concernés.