La Chine apprécie peu la fin du support de Windows XP. Le gouvernement chinois a annoncé que pour remplacer tous ses anciens PC tournant sous Windows XP, il sera interdit d’opter pour des licences Windows 8.

microsoft-windows-8-logo

C’est finalement en Chine que la fin du support de Windows XP par Microsoft aura le plus de conséquences. Il faut en effet savoir que 70 % des PC présents en Chine tournent sous Windows XP. Et évidemment, une très grande partie des PC de l’administration chinoise est toujours sous l’antique OS de Microsoft. À ce titre, Pékin apprécie très peu qu’il n’y ait plus aucun support technique de la part de Microsoft. Et pour éviter de se retrouver dans cette même situation dans le futur, le gouvernement a décidé de ne pas prendre de licence Windows 8 (et certainement Windows Vista, 7 et les prochains OS de Microsoft) sur tous les nouveaux PC que prendra l’administration chinoise. Ainsi, tous les PC de bureau, ordinateurs portables et les tablettes qui seront achetés par l’administration du gouvernement central devront être installés sur des OS différents de Windows 8, sans que Pékin ait visiblement précisé la nature de ces derniers.

Cette interdiction est toutefois limitée uniquement à l’administration chinoise. Elle ne touche pas le grand public chinois, qui pourra toujours acheter des licences Windows 8. Mais pour le gouvernement chinois, il devient de plus en plus urgent de développer son propre système d’exploitation. Des sociétés chinoises seraient déjà sur les rangs pour développer un OS basé sur Linux, sans déboucher sur des solutions concrètes.

Il semble également que cette interdiction ne soit pas uniquement liée à des problèmes informatiques. Cette décision intervient au lendemain de l’inculpation de piratage et d’espionnage économique de cinq officiers de l’armée chinoise aux États-Unis. Des faits que réfute vivement Pékin, qui a rapidement appliqué des représailles économiques.