La conférence de Microsoft au Computex a permis à l’Américain d’annoncer quelques nouveautés en termes matériels, notamment avec ses partenaires Asus et Acer, mais aussi du côté de son OS mobile. L’occasion pour lui d’indiquer un partenariat avec l’éditeur de jeux Kabam, qui se décide désormais à ajouter ses titres au Windows Phone Store en même temps qu’aux App Store d’Apple et au Play Store d’Android.

Kabam

Windows a-t-il misé sur le bon cheval ? L’OS mobile, à qui l’on reproche souvent un manque d’applications, ou plutôt un retard dans les sorties de jeux, la plupart des éditeurs se contentant d’Android et iOS voire, un peu (ou bien) après, les portent sur Windows Phone. Lors du Computex qui se tenait ces derniers jours à Taipei, Microsoft a annoncé un nouveau partenariat avec Kabam, l’éditeur américain récemment implanté en Europe grâce à de nouveaux locaux en Allemagne. Peu connu sous son nom, il est pourtant à l’origine de titres plutôt connus, puisqu’il détient des licences telles que The Hobbit et Fast & Furious. Certains de ses jeux ont dépassé les 10 millions de téléchargements, toujours selon un modèle freemium : de quoi laisser Microsoft espérer convaincre les joueurs les plus assidus de passer dans son giron.

Concrètement, les faits sont un peu moins roses que le communiqué de Microsoft le laisse entendre. Car son partenariat, en réalité, visera à faire entrer les titres de Kabam au Windows Store dans le courant de l’année prochaine. Les Fast & Furious 6: The Game, The Hobbit: Kingdoms of Middle-earth et autres Dragons of Atlantis seront donc âgés au bas mot d’un an lorsqu’ils feront leur entrée dans le portail de téléchargement de Redmond. Toutefois, on nous promet compensation avec une sortie des titres suivants en simultané sur les trois plateformes iOS, Android et Windows Phone. Soit en 2015, l’année régulièrement citée par Microsoft pour atteindre une part de marché conséquente à l’échelle locale comme mondiale. Mais aussi celle de la fusion probable de Windows Phone et de Windows RT, bref de la grande mise en avant de l’OS. Encore faudra-t-il que l’écosystème qui le porte soit suffisamment tôt au rendez-vous.