On ne l’attendait que début 2015. Finalement, l’assistante vocale de Microsoft fera son entrée sur les terminaux Windows Phone de France et de Navarre dès ce jour, pour peu qu’ils soient équipés de la Developer Preview de Windows Phone. Une manière d’enrichir le service avant un déploiement généralisé au début de l’année 2015.

Cortana

Disponible gratuitement pour qui fera la démarche de l’installer sur son Windows Phone, la Developer Preview de Microsoft permet d’accéder aux joies de l’assistanat vocal sur les téléphones de l’Américain. Pour rappel, il suffit de créer un compte développeur à cette adresse puis de télécharger la Preview pour les développeurs en cliquant sur ce lien, et enfin de télécharger l’application suivante qui permettra de simplifier les mises à jour.

Cette simple manipulation vous assurera une exclusivité réservée aux détenteurs de la Preview : l’accès à Cortana, en version alpha, sur n’importe quel Windows Phone, même un petit Lumia 530. L’assistante vocale, présentée en avril dernier, n’était jusqu’alors disponible qu’aux États-Unis, la belle ne parlant que la langue de Shakespeare. Son alpha européenne, elle, ne vise pas seulement la France et fait également son entrée sur les marchés allemand, italien et espagnol. Autant de langues à maîtriser, de tournures idiomatiques à comprendre ou de références culturelles à intégrer.

Cortana

Une assistante multi-fonctions

Microsoft, qui tient le nom de son assistante vocale de l’intelligence artificielle présente dans le jeu Halo, propose une Cortana qu’il veut complète. Elle est donc censée pouvoir apprendre de vos habitudes, vous proposant d’appeler vos proches par leur surnom (si vous le lui précisez, il saura que « Mon canard en sucre » désigne votre moitié). Elle vous appellera par le nom que vous souhaitez, retiendra l’adresse de votre domicile, de votre travail ou des lieux que vous fréquentez régulièrement, tout cela dans le but de simplifier votre assistance. Elle peut ainsi définir des rappels géolocalisés (de type « rappelle-moi de sortir le linge de la machine quand je serai à la maison »), mais aussi définis en fonction d’interactions avec des contacts, ce qui est assez innovant : vous pourrez donc lui demander de vous rappeler de « dire à tata Georgette que vous viendrez bien à son dîner du dimanche » la prochaine fois que vous interagirez avec elle sur votre smartphone. Cortana peut en outre déclencher appels et messages, inscrire des événements dans un agenda, fournir des recommandations de lieux intéressants à proximité (elle s’appuie sur la base de données de Bing), filtrer les appels sur une période donnée mais laisser passer les communications des proches les plus importants… Bref, elle fait sensiblement la même chose qu’un Siri ou un Google Now. Microsoft met en avant sa capacité à s’exprimer dans un langage naturel – pour les scénarios qu’elle maîtrise actuellement – tandis que son alpha, pour les cas qu’elle ne connaît pas, répondra plutôt d’une voix atone d’ordinateur. Les débuts, sans doute. Elle peut d’ailleurs s’appuyer sur le contexte pour vous répondre, mimant le fonctionnement d’une conversation. Quoi qu’elle retienne, tout est accessible dans un carnet de notes situé dans les paramètres de l’app.

Cortana en alpha n’est pas une Cortana complète, cela va de soi. Sa voix – celle d’une comédienne ayant enregistré une foule de scénarios – n’est pas disponible à tout moment, et les cas de dysfonctionnement sont évidemment fréquents. Elle est extrêmement complète pour un outil nouvellement présent sur le marché, mais souffre de son retard sur ses deux concurrents Siri et Google Now, bien installés depuis deux ans et désormais fonctionnels. Outre ce problème de timing, on remarque que l’accès à Siri nécessite le déverrouillage du téléphone (il faut passer par la vignette dédiée ou l’icône en forme de loupe). On espère qu’une écoute permanente viendra s’ajouter à ses fonctionnalités par la suite. Quant à son sens de l’humour, il peine autant à convaincre que celui de ses concurrents : si en est en droit de douter de ses progrès à venir sur le terrain de la blague, pour le reste, on peut espérer un apprentissage rapide. Microsoft est en tout cas confiant puisqu’il évoque toujours une sortie grand public tout début 2015.