Après l’annonce de plusieurs retours en arrière concernant le stockage sur OneDrive, plusieurs clients du service ont publié une suggestion visant à faire faire marche arrière à Microsoft. Cette nouvelle affaire qui touche la firme est malheureusement symptomatique d’un problème dans sa communication.

Onedrive feedback

On peut attester d’une chose, l’annonce faite hier par l’équipe OneDrive fait grincer beaucoup de dents. L’équipe a pour rappelle annoncé la fin du stockage illimité pour les abonnés Office 365, mais également et surtout la fin du bonus de 15 Go récompensant la sauvegarde de photo et le passage de l’offre gratuite de 15 à 5 Go seulement.

Il faut dire que Microsoft se retrouve ici dans une position un peu ubuesque puisque le service de stockage intégré à Windows, OneDrive, utilisé par les applications du Windows Store, Microsoft Office et certains services de Microsoft proposent maintenant moins d’espaces de stockage qu’Apple avec iCloud ou Google avec Google Drive. Si on prend le cas d’Apple, iCloud est disponible sur Windows avec 5 Go gratuits, comme la nouvelle offre OneDrive, mais propose 50 Go d’espace supplémentaire pour seulement 0,99 euro par mois contre 1,99 euro chez Microsoft.

Google Drive propose lui 15 Go d’espace de stockage gratuit. Et pour 1,99 dollar, l’équivalent du forfait 50 Go de OneDrive, Google vous proposera lui 100 Go de stockage soit le double. Il ne faut pas non plus oublier qu’avec le lancement de Google Photo, Google Drive intègre également un stockage illimité et gratuit des photos en haute qualité.

Devant cette situation invraisemblable, des utilisateurs ont décidé d’utiliser la plateforme Uservoice utilisée par Microsoft pour réunir les retours des utilisateurs. Ils ont donc publié une suggestion proposant à Microsoft de revenir en arrière sur son annonce. Cette suggestion est d’ores et déjà la suggestion la plus populaire sur le site avec plus de 17 000 votes. La politique d’écoute de Microsoft, qui répète souvent que la société est à l’écoute de ses utilisateurs, va donc être mise à rude épreuve sur ce sujet.

Ce n’est pas la première fois que Microsoft se retrouve dans cette situation, puisque déjà à l’annonce de la Xbox One, les fans de la marque et les communautés de joueurs d’une manière générale s’étaient retournés contre le fabricant. À l’époque, Microsoft avait jugé bon d’annoncer tous les défauts de la console sans en expliquer les qualités. Ainsi, les joueurs avaient retenu de la Xbox One qu’elle était une console plus chère que la concurrence, moins puissante qu’une PlayStation 4, obligeant à rester connecté sur Internet en permanence, empêchant de prêter des jeux ou de les revendre d’occasion. Le dirigeant de la division Xbox a par la suite été remercié et Phil Spencer a, avec son équipe, mis près de 3 ans à redresser la barre.

Fondamentalement, le problème de Microsoft vient une fois de plus de son service marketing et de la façon dont l’entreprise communique. L’entreprise aurait pu expliquer que OneDrive souffrait de problèmes de performances venant des trop gros espaces de stockage offerts, enrobant l’annonce de la chute de l’espace derrière une promesse d’amélioration des performances. Au lieu de ça, Microsoft a choisi de publier un billet sans signature sur le blog de OneDrive en expliquant que parce que quelques utilisateurs avaient utilisé l’offre illimitée de OneDrive pour enregistrer plus de 30 To de fichier sur les serveurs, alors l’entreprise était obligée de mettre fin à cette offre. Une excuse qui n’explique en rien la baisse de l’offre gratuite ou du stockage offert avec la sauvegarde des photos.

Comme à l’annonce de la Xbox One, Microsoft fait face à une situation de crise, mais se terre dans le mutisme en laissant ses clients échafauder des théories. Déjà sur Internet, plusieurs personnes prophétisent la fin de l’offre OneDrive pour les particuliers, faute d’une rentabilité directe pour Microsoft qui jugerait ce marché finalement pas si intéressant et préférait se concentrer sur le stockage pour les entreprises. Preuve que Microsoft doit maintenant prendre le contrôle de sa communication et indiquer clairement ce qu’il adviendra de ses produits.