On l’aura longtemps attendu mais voici enfin le test du Nokia Lumia 820 sur Frawin ! On le rappelle, ce téléphone est sorti en Novembre 2012 dans nos contrées et il représentait l’appareil le plus accessible sous Windows Phone 8 de la marque finlandaise, même s’il était dans le moyen/haut de gamme. Avec l’arrivée du Lumia 620, on peut désormais jeter un autre regard sur ce téléphone comme étant une alternative au Lumia 920, avec ses qualités propres. Jetons donc un œil sur ce smartphone.

DSC01333

Présentation du téléphone

DSC01280

Tradition de Nokia, on retrouve une boîte rectangulaire avec la même disposition à l’intérieur : téléphone sous films plastique, des manuels rangés dans une petit pochette et 3 emplacements pour les écouteurs, le câble micro-USB et l’adaptateur secteur. C’est du classique mais tout est parfaitement optimisé pour perdre le moins de place possible à l’intérieur. A noter que les écouteurs sont de type intra-auriculaire avec 3 tailles de bouchons disponibles. Sur ce modèle, le câble était assorti au téléphone et paré d’un rouge très clinquant.

DSC01292

Bien sûr le téléphone est disponible dans le commerce au prix nu maximum conseillé de 500€ (on le retrouve désormais aux alentours de 430€) et bien évidemment moins cher si vous le prenez avec un forfait.

 

Design

On pensait au premier abord que ce serait un téléphone un peu cheap comparé au Lumia 920, avec son plastique glossy qui le rend bien plus commun que le plastique dur du Lumia 920. Bonne surprise : le téléphone donne une très bonne impression grâce à ses finitions exemplaires. Pas particulièrement fin avec une épaisseur de 10mm, il est bien plus léger que le Lumia 920 avec 160 g sur la balance, ce qui se ressent énormément dans la prise en mains de tous les jours. Malheureusement, on reste toujours loin des 130 grammes du HTC 8X qui fait figure de maître étalon en terme de légèreté sous Windows Phone 8.

DSC01328

Petite comparaison de taille avec le Lumia 800

Revenons sur la finition du téléphone, c’est cet élément qui avait le plus de chances de décevoir en raison de ses coques interchangeables. Avec un à priori négatif (si on peut ouvrir la coque c’est obligatoirement moins solide qu’une coque en unibody), j’ai été surpris de voir que Nokia a serré au maximum les coques pour faire en sorte qu’elles se clipsent toujours à fond sur le dos du téléphone. Du coup, on aurait presque l’impression que la coque fait partie du téléphone tellement c’est serré. Le principal défaut de ce design « rentre à peine dedans » est la difficulté qu’on a à changer les coques. Il faut être armé d’ongles et vraiment forcer pour déboîter la coque. Il faut aussi ne pas avoir peur de la casser, plusieurs fois j’ai été dans une situation de mi-ouvert mi-clipsé qui me donnait l’impression que la coque ne résisterait pas. Je pense qu’avec le temps et la confiance venant au fur et à mesure, on prends la main la manipulation et tout devient plus naturel.

La technique officielle de Nokia pour retirer la coque consiste à s’appuyer sur le capteur de l’appareil photo arrière tandis qu’on pousse les côtés. Il faut avoir confiance pour se dire qu’on va pas tout casser mais ça marche et c’est ce qu’il y a de plus rapide.

DSC01253

Petit tour du propriétaire avec la face avant du téléphone : on retrouve l’écran de 4.3 pouces AMOLED d’une résolution VWGA de 800 x 480 pixels, les indispensables trois boutons sensitifs en dessous et une caméra avant d’une résolution VGA, juste à côté du branding Nokia en haut à droite. C’est du classique, mais les angles arrondis rendent la prise en mains plus souple en mains que le Lumia 920 et son écran est grand mais pas trop pour permettre l’utilisation du téléphone à une seule main. Le verre qui protège l’écran est parfaitement plat comparé aux Lumia 800 et 920 et n’est pas protégé par du Gorilla Glass mais la glisse est fluide est agréable, ce n’est donc pas un handicap en soi. A noter que quelques rayures sont apparus en 2 semaines, ce qui est dommageable.

DSC01284

Sur la tranche droite du téléphone, on retrouve le désormais trio de boutons physiques qui servent respectivement à changer le volume sonore, à allumer le téléphone et à enclencher l’appareil photo. Cette disposition est très pratique puisque les boutons nous tombent sous la main immédiatement, ce qui est un vrai plus si on prends le HTC 8X et son bouton de démarrage étrangement placé en haut. Après deux semaines d’utilisation, les touches inspirent confiance quand à la longévité du produit.

DSC01261

En bas du téléphone, on retrouve un port Micro-USB apparent et un petit grillage pour le son des hauts-parleurs, rien de bien folichon à se mettre sous la dent.

DSC01270

 

Sur la tranche gauche du téléphone, on n’a aucun bouton, pareil pour le haut du téléphone avec uniquement un port jack pour y brancher nos écouteurs.

DSC01262

Derrière, on trouve l’appareil photo et sa bordure argentée horizontale qui est nouveau sous Windows Phone. Elle regroupe le capteur 8 megapixels avec optique Carl Zeiss et un petit flash LED pour amener un peu de luminosité au cas où. La bordure a une fâcheuse tendance à se rayer (tout comme les autres modèles de Lumia à vrai dire) et visuellement elle me semble un ton en dessous de l’élégant bordereau vertical du Lumia 800/900/920.

DSC01272

Une fois n’est pas coutume on va pouvoir jeter un oeil aux entrailles de la bête une fois sa coque désassemblée. On retrouve une batterie amovible de 1850 mAh qui cache deux ports : un pour la micro-SIM et un autre pour une micro-SD. A noter que sur le premier exemplaire que j’ai reçu, le port Micro-SIM ne fonctionnait plus et qu’il m’a fallu un autre exemplaire neuf pour utiliser le réseau sur le téléphone. Ce n’est pas forcément un très bon point pour celui qui change tout le temps de carte SIM, visiblement le port n’est pas très résistant. Quand à la micro-SD, c’est un moyen très pratique d’augmenter le stockage du téléphone à moindre frais (le stockage interne est plafonné à 8 Go seulement) et c’est vraiment une bonne nouvelle de le retrouver dans les téléphones sous Windows Phone 8.

DSC01267

D’un point de vue global, le téléphone est équilibré et ni trop épais, ni trop lourd. Bien évidemment, on ne conseille pas ce téléphone aux aficionados de la légèreté ou de la finesse, mais au final la prise en mains est très agréable et on prend confiance en notre téléphone.

 

L’écran

Pour aller droit au but, il se trouve que c’est exactement le même que celui du Lumia 900. On retrouve en effet la même diagonale d’écran avec 4.3 pouces, la même technologie avec l’AMOLED et la même résolution VWGA de 800 x 480 pixels.

DSC01286

Un rapide comparaison avec mon Lumia 800 confirme mes dires avec exactement les mêmes couleurs même si la luminosité au maximum est un peu plus élevée sur le 820. AMOLED oblige, les couleurs sont très saturés pour flatter la rétine, ce qui engendre un côté plus flashy aux couleurs. Mais en contre partie, les noirs sont très profonds puisque les pixels sont éteints : on a l’impression, grâce à l’interface de Windows Phone qui regorge de noir, d’avoir un écran éteint qui n’affiche que les informations qu’on souhaite. C’est un élément visuel très important puisque l’écran semble se fondre avec la coque. Si vous testez un Windows Phone avec un écran AMOLED, l’effet est garanti. Autre avantage, vous consommerez un peu moins de batterie si vous optez pour l’interface noire de WP grâce à cet écran.

DSC01247

Le seul problème de cet écran est la résolution. En 2012, à fortiori en 2013 avec l’introduction d’écrans en 1080p chez la concurrence, voir un téléphone avec une résolution VWGA dans le haut du panier de Nokia surprend, et pas dans le bon sens du terme. La HD est très agréable et son absence est d’autant plus remarquable. Quand on navigue à travers les menus, la faible résolution est plutôt bien cachée avec les larges écritures. Une fois entré dans Internet Explorer, les pages qu’on charge sont pixelisés et il faut abuser du zoom pour déceler une écriture lisible. Attention, ce n’est pas un défaut éliminatoire mais, si on a pris en mains le 8X et le 920, l’écran du 820 souffre de la comparaison. Si on le prend comme un premier smartphone, il n’y a aucun doute qu’il satisfasse les utilisateurs, d’autant plus qu’il n’y a pas la disposition Pentile qui brouille légèrement l’affichage comme sur le Lumia 800. C’est un écran au final agréable à l’emploi et très tape à l’oeil, mais sa reproduction peu fidèle des couleurs et sa faible résolution fera tiquer les habitués et les exigeants.

 

Performances

wp_ss_20130220_0001

On retrouve sous le capot du 820 le même processeur que celui du Lumia 920 et celui du HTC 8X, c’est à dire un Qualcomm Snapdragon S4 dual-core cadencée à 1.5Ghz accompagné d’un Go de RAM. C’est un processeur équilibré et puissant, permettant à Windows Phone 8 d’exploiter au maximum ses performances : il n’y a donc aucun lag et la rapidité d’ouverture des applications est grandement améliorée depuis Windows Phone 7. En pratique on ne peste jamais à propos de la fluidité du système et l’expérience utilisateur est irréprochable.

Quelques tests synthétiques prouvent la bonne tenue du couple processeur / software, avec un score de 921ms à SunSpider 0.9.1 et un score Antutu de 11000 points. C’est vraiment similaire aux 8X/L920, ce qui confirme définitivement le côté haut de gamme en terme de performance de la machine.

wp_ss_20130209_0001

Remarquez la colonne à droite qui est vraiment pas sous son meilleur jour…

L’autonomie quant à elle, est peu ou prou équivalente à celle du 8X, que j’avais déjà qualifiée à l’époque de décevante. La batterie de 1650 mAh est suffisante pour tenir 12 heures en utilisation modérée, ce qui corresponds à une journée. Avec très peu d’utilisation j’ai réussi à atteindre 2 jours, mais c’est très peu probable que vous atteignez cette longévité. On aurait souhaité une autonomie plus élevée de 2-3 heures mais il faut garder en mémoire que la batterie est amovible et qu’il estdonc possible très facilement de la changer pour repartir de plus belle et de tenir plus longtemps. C’est au final un bien mais peut mieux faire pour le smartphone de Nokia.

On ajoutera un petit mot sur la qualité d’accroche du réseau qui est dans la lignée de ce que propose Nokia avec ses Windows Phone, c’est à dire vraiment excellente. Un pas en avant a été franchi sur la génération Windows Phone 8 puisqu’avec une puce Free, je captais un réseau en itinérance Orange avec le Lumia 800 tandis que le 820 capte une antenne Free. Vu que l’antenne Free a la priorité, on assumera sans nul doute la supériorité de l’antenne du Lumia 820.

 

Caméra et son

On se trouve face à un capteur arrière de 8 Megapixels avec une lentille Carl Zeiss qui, à priori, serait celui du Lumia 800. Après comparaison avec les photos, le 820 est très solide avec une balance des blancs et un piqué très satisfaisant. Les bords ne sont pas en restes mais sont là aussi bien détaillés. C’est une évolution majeure depuis le capteur du Lumia 800 et c’est assez inattendu puisqu’on n’en attendait pas autant, le 820 étant globalement dans l’ombre permanente du 920 et de son capteur Pureview.

WP_20130218_002

C’est donc une bonne surprise, un peu contrebalancée par la qualité de la caméra frontale. Définie en VGA, elle détruit un nombre considérable de détails et elle ne servira qu’à dépanner. Une photo prise en plein soleil suffit à nous rappeler la joie du souvenir face à des webcams de mauvaise qualité. Certes on n’achète pas un téléphone pour son capteur frontal, mais quand on a vu la qualité que nous propose celui du 8X, on ne peut que rire du cliché pris par le Lumia 820 !

WP_20130218_003

Les vidéos sont néanmoins pas mauvaises du tout, avec une définition satisfaisante en 1080p et la possibilité d’activer l’autofocus en continu. Malheureusement, l’autofocus est parfois très lent à s’activer et la vidéo que j’ai prise ci-dessous montre assez bien ses petits caprices. Par contre quand l’autofocus se décide à bien faire, il est assez rapide (aux alentours de 2 secondes) en conditions lumineuses satisfaisante et le résultat est au final très bon.  Par contre, impossible de passer à côté du manque de stabilisation optique, le Lumia 920 ayant effectivement placé la barre tellement haut que les vidéos faites avec son petit frère sont tremblotantes et bien moins agréables à visionner.

Lien Youtube
Chaine Youtube FraWin

La gestion sonore du Lumia 820 est classique : une prise jack et un petit haut-parleur pour dépanner. En elle-même, la qualité sonore est plutôt bonne avec des écouteurs mais j’ai été confronté à un petit problème logiciel : certaines musiques se coupaient pendant une fraction de seconde ce qui rendait l’écoute très désagréable. Une seule solution : change de chanson et tout fonctionnait impeccablement. Je n’ai pas appliqué la mise à jour Portico puisqu’elle était disponible une fois que j’avais rendu le Lumia 820, mais j’ai espoir qu’elle puisse corriger le problème, sans que je puisse confirmer ou infirmer. A part ce problème, la qualité sonore est, comme dit ci-dessus, convaincante car on ne retrouve pas de bruits parasites comme sur le Lumia 800. Le kit mains libres fourni avec le téléphone est correct et la stéréo est convaincante : on peut donc l’utiliser sans trop de soucis et sans pousser le volume trop fort.

Le haut-parleur est tout de même assez petit et privilégie traditionnellement le volume sonore plutôt que la clarté. Dès lors, on n’a aucune bonne surprise à propos du haut-parleur du 820 et il se contente de faire le travail, se glissant dans la moyenne des hauts-parleurs de téléphones. Pas de quoi être enthousiaste, on l’avoue.

 

Applications exclusives

wp_ss_20130207_0003

Le software étant totalement identique entre le Lumia 820 et celui du 920, on vous redirige vers le test du Lumia 920 et principalement la section des exclusivités constructeurs.

De cette manière, pas de jaloux entre les utilisateurs de 820 et de 920 puisqu’on retrouve les grosses exclusivités de Nokia chez WP8, avec entre autres Nokia Drive Plus, Nokia Musique, Nokia Transport etc, et avec la même fluidité au quotidien. Un très bon point !

 

Conclusion

Lumia 820

Après deux semaines d’utilisation, j’ai été conquis par le Lumia 820 de par ses performances générales. Il est bon voir très bon dans quasiment tous les domaines et seul l’écran un peu faible ne rend pas honneur à la polyvalence de ce smartphone. Il sait tout faire, et bien qui plus est. Aussi rapide que le Lumia 920, il représente une alternative sympathique que ce soit en terme de design ou en terme d’accessibilité financière.

Pour résumer ses points forts, je pense que la rapidité et la fluidité de la machine est ce qui se fait de mieux dans le paysage des smartphones. Elle réagit au quart de tour et c’est un vrai régal que de naviguer dessus. Nokia Drive est également un gros point fort avec une navigation hors-ligne très satisfaisante et précise. Du côté des points faibles, on retiendra un design, qui même s’il est agréable, est un ton en dessous en terme de personnalité face aux HTC 8X et au Lumia 920 et un écran qui se fait un peu vieillot. On aurait aimé garder l’appareil photo et la mémoire telle quelle pour faire baisser les coûts par rapport aux Lumia 820 mais au moins mettre un écran HD.

D’autant plus qu’après une fois placée dans le contexte qualité/prix, le 820 se prend déjà une belle épine dans le pied. A 500€ nu, il se retrouve face au HTC 8X qui propose un design bien plus original et haut de gamme, ainsi qu’un écran en 720p qui mérite largement le coup d’oeil. De même, l’autonomie est moyenne et il n’est pas compliqué de trouver mieux, que ce soit chez Windows Phone ou chez la concurrence. Mais terminer par une note négative ne serait pas rendre justice à un téléphone qui possède ses propres qualités face à la concurrence, c’est à dire un design tout en couleurs et en arrondis, avec la présence d’un port Micro-SD qui amène un espace de stockage supplémentaire bienvenu. Je n’ai pas grand chose d’autre à ajouter, le Lumia 820 n’a pas déferlé mon enthousiasme mais c’est un téléphone solide, avec un OS qui ne demande qu’à grandir. Un bon choix, assurément.

Après, on peut aussi se dire que le petit frère du 820, le Lumia 620 qui est proposé avec des caractéristiques similaires pour un prix bien inférieur peut permettre d’offrir la même expérience que le 820 à moindre coût. De même, il parait plus qu’assuré maintenant que Nokia va présenter les Lumia 520 et 720 dès demain à l’occasion du Mobile World Congress. Les caractéristiques de ces deux téléphones semblent également similaires selon les rumeurs et avec un design plus récent et plus fin. Surtout, au niveau du prix, on devrait être en dessous du Lumia 820.