Avec ce test, FraWin vous offre le premier aperçu d’un téléphone entrée de gamme de l’année, sur un segment fondamental pour la réussite de Windows Phone. Avec le Lumia 620 annoncé en janvier et présent sur le marché depuis février, Nokia place ses pions avec son premier bas de gamme sous Windows Phone 8 et entre en concurrence frontale avec le HTC 8S. Qui tirera son épingle du jeu ? Réponse dans ce test du Nokia Lumia 620.

DSC01885

Nokia avait annoncé son Lumia 620 en marge de toute annonce, en France (!) durant la conférence « le Web » en fin d’année dernière. Ce timing assez étrange montre néanmoins que le constructeur finlandais a décidé d’axer son offre vers le haut de gamme à Noël et proposer sans perdre de temps, une fois la période des fêtes et des grosses dépenses passées, un élargissement de la gamme susceptible de toucher plus de gens grâce aux subventions opérateurs et au prix plus légers. En présentant le Lumia 520 et 720 au MWC de Barcelone, Nokia a annoncé des bas et moyen de gamme au design un peu plus travaillés que le Lumia 620 et avec leurs propres qualités.

Bas de gamme oblige, le 620 proposera donc des coques interchangeables, un port Micro-SD, une batterie amovible et une puce NFC  même si cela peut surprendre compte tenu du placement du produit. Au niveau des spécifications techniques, c’est la même chose que pour tous les Windows Phone entrée de gamme : processeur dual-core 1Ghz, 512 Mo de RAM et écran WVGA (800 x 480). Spécifiquement à ce téléphone, c’est l’écran très petit de 3,8 pouces qui retient l’attention. Cela en fait un téléphone adapté pour ceux qui veulent garder la flexibilité et le côté pratique des features phones tout en découvrant Windows Phone et sa simplicité. Le 620 est-il le entrée de gamme le plus accessible et adapté pour les non-geeks ?

 

Packaging

DSC01895

Du grand classique chez Nokia avec la traditionnelle boîte rectangulaire présentant le téléphone, un manuel d’utilisation, des écouteurs qui ne sont pas intra-auriculaires ainsi que les classiques câble USB et adaptateur secteur. La boîte est comme d’habitude assez sympathique visuellement et tout est bien rangé.

DSC01896

Le téléphone est distribué pour un prix de 250 euros en magasin et chez Free pour un tarif très intéressant de 200 euros. Nul doute que le quatrième opérateur, en proposant pour la première fois un Windows Phone, y a vu un potentiel d’attractivité pour les Freenautes en mal de smartphones à petits prix pour accompagner le forfait à 2 euros et c’est un bon début vers la démocratisation de Windows Phone !

 

Design

DSC01870

Le 620 assume très clairement son idée de mini-820 et en reprend presque trait pour trait la construction et la finition générale. En haut de la vitre avant, on trouve le haut-parleur dédié à la téléphonie et une caméra frontale qui est un plus comparé au 520. Sur le reste, à part le petit écran de 3,8 pouces et les 3 boutons tactiles nécessaires à Windows Phone, on note l’imposante place non-utilisée sous les boutons. C’est assez dommage puisque je pense qu’on aurait pu inclure un écran de 4 pouces et proposer une meilleure lisibilité au quotidien, mais on a en contrepartie plus de place pour bien tenir le téléphone.

Avec des bords arrondis et un petit gabarit, la prise en mains est agréable et confortable d’utilisation. Par contre, la coque glossy, en plus de donner un sentiment un peu cheap, rend le téléphone un peu glissant lors d’une longue utilisation. La coque est assez épaisse et donne un bon sentiment de solidité, ce qui n’empêche pas de regretter l’embonpoint un peu exagéré qu’elle donne au téléphone avec 11 mm d’épaisseur. Par contre, le tout plastique donne un smartphone léger avec 127 grammes sur la balance, ce qui est très agréable.

DSC01882

Petite subtilité sur le face avant : C’est le seul point de vue où on voit les deux couleurs de la coque, extérieure et intérieure. La couleur extérieure est légèrement transparente et c’est assez sympa de voir le noir des boutons à travers le vert de la coque. Une grosse subtilité qui ne sert à rien, mais c’est assez sympa de voir qu’on peut trouver des idées de design sur un téléphone bas de gamme !

DSC01873

A droite de l’écran, on retrouve le trio fameux de Nokia qui assure une ergonomie idéale : bouton de volume, bouton d’alimentation qui tombe pile sur le pouce et enfin celui de l’appareil photo en bas.

DSC01875

En bas du téléphone, on retrouve un port micro-USB apparent et un petit trou dédiée au microphone.

DSC01876

Au dessus de l’écran, on trouve un autre trou pour le microphone chargé de supprimer les sons parasites ambiants pour améliorer les enregistrements et la communication. C’est la première fois que Nokia décline sa technologie qu’il avait introduit dans le Lumia 920 et c’est sur un entrée de gamme et c’est un très bon point pour différencier et proposer quelque chose de nouveau sur cette gamme de prix.

DSC01877

Derrière l’écran, on a la base de la coque et l’appareil photo de 5 Megapixels, accompagnée de son petit flash via une LED unique. Les coques sont interchangeables et coûtent environ 20 euros à l’unité, ce qui est un peu cher. Juste un mot sur la couleur jaune/vert de la coque que j’ai eu pour la durée du test, qui est assez incroyable d’originalité. La couleur divise énormément et prouve son certain style, plus féminin que masculin d’ailleurs ! Personnellement , une telle couleur vert fluo doit être assumée par l’acheteur, mais on ne peut pas dire que Nokia ne propose pas d’originalité de ce point de vue !

DSC01865

Solidement fixée au corps du smartphone, la coque est assez difficile à déclipser et il faudra forcer assez sérieusement pour découvrir les entrailles de la bête. Tout de noir mat, on y découvre un port micro-SD accessible sans enlever la batterie de 1300 mAh, au contraire de la micro-SIM. Les hauts-parleurs ressortent peu gracieusement, la batterie en elle-même présente des connectiques un peu rudimentaires (de grosses broches de cuivre), et la prise casque amène un gros embonpoint sur la coque peu élégante.

DSC01869

Sans coque, le téléphone a un certain charme…

C’est vraiment pinailler que de critiquer l’arrière d’un téléphone avec des coques interchangeables, mais c’est intéressant de voir la construction d’un téléphone entrée de gamme et les choix nécessaires pour réduire les coûts. Par contre, sans coque, le téléphone est assez fin et la vitre avant, sans les couleurs flashy de la coque, est très élégante. Le téléphone a tous les atouts pour être très agréable dans des couleurs plus sobres, même si le flashy a un certain charme bien sûr !

Ecran

DSC01893

Avec son petit écran de 3,8 pouces, le téléphone est en priorité destiné aux premiers possesseurs de smartphones qui découvrent cet univers. Avec une taille pareille, on n’a aucun problème pour manipuler l’écran avec une main et c’est finalement pas plus mal avec la quantité de téléphones qui dépassent 4,5 pouces de diagonale. La lisibilité en prend cependant un certain coup et il faut parfois se rapprocher de l’écran ou zoomer à l’envie pour voir des textes fins lors d’une navigation internet. C’est surtout ce dernier point qui souffre de la petitesse de l’écran, pas très pratique pour visualiser rapidement les nouveautés d’une page. De même, la résolution n’aide pas forcément à améliorer la visibilité globale.

Avec une faible définition de 800 x 480 pixels (WVGA), le téléphone est clairement dans la tranche bas / début de moyen de gamme sur la tranche Windows Phone. Avec 250 PPI, la résolution est au final loin d’être catastrophique et si on voit les pixels, ce n’est pas non plus très grave puisqu’elle est est suffisante pour un écran de cette taille. Pas de matrice PenTile puisque c’est un écran LCD, ce qui assure donc une bonne reproduction des détails fins. Si techniquement la définition est dépassée, elle est cependant largement suffisante pour un écran de cette taille.

D’un pur point de vue qualité, l’écran ne m’a pas laissé grande impression, comme c’est de coutume pour un écran LCD TFT. Le contraste est peu convaincant avec des noirs beaucoup plus gris qu’autre chose, même si le rendu des couleurs est correct. La luminosité est cependant dans le haut du panier et Nokia propose un outil d’adaptation selon la luminosité ambiante qui est très efficace et propose une lumière très faible dans le noir et une luminosité tout à fait satisfaisante en plein soleil.

DSC01892

Autre défaut cette fois assez indiscutable : les angles de vision. Dès qu’on regarde le téléphone de biais, les couleurs deviennent assez rapidement délavés et le noir très gris devient assez dérangeant. Comme toujours avec des téléphones de cette gamme, l’écran est la première victime de l’économie des coûts et c’est assez dommage de voir que l’affichage, primordial dans un smartphone, est le premier nivelé vers le bas. Plus étonnant, le Lumia 520 à un écran IPS qui promet d’être beaucoup plus agréable à l’œil alors même que le téléphone coûte un peu moins cher que le 620. Le mot de la fin sera probablement lors du test du Lumia 520, mais indépendamment de ça, l’écran du Lumia 620 est loin d’être un point fort et c’est un critère à ne pas négliger.

Autre petit problème pas vraiment dérangeant, l’écran ne glisse pas aussi bien que sur les autres téléphones. Le doigt accroche très très légèrement quand on scrolle et j’avoue ne pas très bien savoir la cause. Première idée : la partie avant n’est pas en verre et j’ai bien cru entendre un bruit de plastique lorsque l’on tape avec l’ongle sur la surface tactile. Autre idée : le revêtement anti-rayures Gorrila Glass n’est pas utilisée sur ce téléphone et j’ai remarqué que les téléphones qui l’utilisaient avaient une glisse remarquable. Troisième idée : c’est peut-être un peu les deux !

 

Performances

wp_ss_20130417_0001

Comme tout bon entrée de gamme Windows Phone 8 qui se respecte, on retrouve une seule et même configuration censée fonctionner correctement chez tous les téléphones. On retrouve donc sous la bête un processeur Snapdragon S4 dual-core à 1 Ghz et 512 Mo de RAM censée propulser le smartphone. C’est un peu la configuration minimale pour Windows Phone 8 et on voit clairement les différences avec le trio haut de gamme d’HTC, de Nokia et de Samsung. Les applications chargent à peu près aussi vite que sur un Lumia 800 qui date d’un an et demi et la réactivité générale n’est pas exceptionnelle. Je vous vois venir, et ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit : dans la gamme de prix, le Lumia 620 est excellent. C’est un entrée de gamme très réactif et qui ne souffre de quasiment aucun problème.

La navigation dans les menus et les applications natives de Windows Phone 8 ont été grandement améliorée grâce à une récente mise à jour. Tout est plus fluide et réactif : n’oubliez donc pas de faire cette mise à jour le plus vite possible ! Le changement est significatif et est forcément indispensable pour améliorer l’expérience utilisateur qui souffrait de temps de chargements un peu intempestifs avant la sortie de la mise à jour. C’est certes frustrant pour ceux qui ont acheté leur téléphone il y a 2 mois et qui ont du vivre avec les ralentissements, mais mieux vaut tard que jamais !

wp_ss_20130417_0002

Petit détour sur nos deux benchmarks favoris sur Windows Phone, Antutu et Sunspider. Pour le premier, qui cherche surtout à tirer la puissance hardware du téléphone, le test affiche un score de 7300 points. Dans l’absolu, ce n’est pas extraordinaire mais c’est 3x plus que le Lumia 800 qui plafonne à 2000 points et 2x moins que le haut de gamme de type Lumia 920. Pour un téléphone qui est 3x moins cher, la rapport qualité/prix est avantageux et le choix de positionner un Snapdragon S4 à 1Ghz est payant. Sur Sunspider 0.9.1, on obtient un score de 1500 ms ce qui est très bon pour un téléphone d’entrée de gamme. Le haut de gamme obtient environ 900 ms, mais la navigation internet est excellente et Internet Explorer 10 est optimisé aux petits oignions.

wp_ss_20130417_0003

A noter que les 512 Mo de RAM ne sont pas suffisants pour faire tourner certains jeux gourmands du Windows Phone Store. Si Asphalt 7 a reçu une mise à jour qui permet d’y jouer sur le Lumia 620 (et le jeu est très fluide, ce qui prouve qu’avec un peu d’optimisation on peut faire tourner des gros jeux), d’autres comme Dark Knight Rises ou Modern Combat 4 refuseront de s’installer et on espère que ce type d’incompatibilités ne se multiplira pas. Windows Phone n’a pas besoin de fragmentation et même si ce sont des gros jeux assez spécifiques, il est dommage de voir que des applications ne fonctionnent pas sur certains téléphones.

L’accroche réseau est convaincante et la puce GPS fait des merveilles en accrochant très vite notre position. La puce NFC est un peu moins utile mais sa présence fait plaisir dans l’optique de démocratisation de la technologie. Si vous ne l’utilisez pas, n’oubliez pas de désactiver la puce pour gagner un peu en autonomie.

DSC01867

L’autonomie, justement, est surprenante compte tenu de tous les avis que j’ai pu lire ça et là puisqu’on atteint sur une utilisation moyenne un peu moins de 2 jours d’autonomie. Le smartphone excelle particulièrement en vieille et est capable de tenir plusieurs jours sans sourciller. Sans surprise, si on utilise beaucoup le téléphone pour des jeux, vidéos ou internet, la batterie fond assez vite (6-7 heures). Sachant que le téléphone possède un écran de 3,8 pouces assez limitant au niveau du confort général, il s’adresse directement au néophytes qui découvrent les smartphones et qui cherchent une bonne autonomie sans forcément jouer 3 heures par jour ou surfer pendant 4 heures en 3G. Sur ma journée de test j’ai envoyé quelques SMS, passé quelques appels très courts de 20 à 30 secondes, joué une heure, écouté de la musique pendant 2h 30 et laissé le téléphone pendant 6 heures avec la 3G activée. Résultat en image avec 15h restantes et 53% consommés. Sachant que le téléphone cible les occasionnels et le grand-public, l’autonomie est très bonne pour ce type de public.

wp_ss_20130416_0001

 

Caméra et son

WP_20130417_001

Le téléphone propose deux appareils photos définis à 5 Megapixels à l’arrière et 640 x 480 pixels pour la caméra frontale . Globalement, le rendu manquait un peu de précision et les couleurs sont un peu pâles. C’est tout de même beaucoup mieux que la caméra frontale qui est catastrophique. Non seulement la définition de la photo est faible, mais cette tâche pourpre au milieu de l’image montre la grosse faiblesse du capteur pour capter la lumière naturelle (le soleil génère des flares au niveau du capteur qui sont plus ou moins bien gérés selon la qualité de l’optique) et il vaut mieux ne l’utiliser qu’en dernier recours. Le flash quant à lui est peu puissant car avec une seule LED, il n’est pas étonnant d’avoir un rendu peu éclairé.

WP_20130417_002

Quant aux vidéos, elles ne peuvent être captées qu’en 720p mais proposent une fluidité honnête. Par contre, le Lumia 920 a fait très mal à la concurrence et l’absence de stabilisation optique devient de plus en plus visible au fil du temps. Replacé dans sa gamme, le Lumia 620 est loin d’éclipser les autres téléphones, notamment sur Android et il ne faudra pas compter sur cette partie pour valoriser le smartphone.

DSC01879

Discret l’haut-parleur !

D’un point de vue sonore, c’est du classique : petit haut-parleur rime avec absence de basses et volume sonore peu défini. Vu qu’il est encore plus petit que d’autres, le son joue beaucoup sur la réflexion de la coque pour augmenter artificiellement le volume au détriment de la précision, ce qui n’est évidemment pas l’idéal pour la diffusion d’un son propre. Par contre, l’enregistrement du son en vidéo est excellente pour un téléphone grâce aux trois micros. le son capté a un bruit minime et un rendu assez précis. Si le résultat aurait été intéressant à voir en plein concert, un petit enregistrement de guitare sur amplificateur montre tout le potentiel magnéto-phonique du téléphone.

DSC01878

 

Applications exclusives

 wp_ss_20130207_0003

Comme pour le test du Lumia 820, on vous propose de jeter un œil sur le test très détaillé du Lumia 920 qui traite chaque application exclusive avec minutie. Revoir toutes ses applications sur un entrée de gamme est un bonheur qui amène une plus-value énorme chez Nokia, sans compter les jeux Xbox Live exclusifs. A noter que Here Drive est présent en version + et propose des cartes du monde entier alors que les Lumia 520 et 720 proposent la version basique de Drive telle qu’elle est proposée aux téléphones HTC et Samsung, avec comme conséquence de ne pouvoir télécharger que les cartes du pays où on a acheté le téléphone. Le Lumia 620 propose donc un avantage important face au 520 et c’est potentiellement une option qui peut faire basculer le choix.

Conclusion

DSC01885

Ce Lumia 620 propose une expérience cohérente et très agréable pour un entrée de gamme. Toujours aussi fluide, Windows Phone 8 est le moteur de la réussite du téléphone qui vise surtout les néophytes et qui apprendront très rapidement les bases du smartphone grâce à une interface claire, limpide et simple.

Très accessible, le Lumia 620 présente peu de défauts pour sa gamme de prix, si ce n’est des capteurs photos assez faibles et une incompatibilité avec certains gros jeux du Store. Microsoft a préféré carrément ne pas proposer ces jeux que de les proposer en mauvaise conditions, ce qui est un choix néanmoins assez louable.

L’écran reste néanmoins améliorable du point de vue de la qualité et aussi peut-être au niveau de la taille, mais Nokia a entre-temps annoncé le Lumia 520 avec un écran IPS de 4 pouces qui peut définitivement faire s’envoler ces regrets et asseoir le Lumia 620 comme un téléphone plus accessible encore.

Face au HTC 8S, le 620 propose un écran et des capteurs photos de moins bonne qualité, sans compter le design plus léché du smartphone d’HTC, mais sa mémoire interne de 4 Go est un gros point faible et empêche l’installation de beaucoup d’applications et de jeux. En proposant 8 Go, le Lumia 620 est un peu plus flexible et il faudra choisir entre le design chez HTC ou la praticité chez Nokia.

Au final, le 620 risque néanmoins d’être éclipsé par le 520 qui propose un design plus travaillé et un écran de meilleure qualité alors même qu’il sera moins cher, et le seul point fort du 620 face au 520 serait Here Drive qui est disponible en version +. Actuellement, on vous conseille d’attendre ce que donne le Lumia 520 au quotidien (le test sera disponible bientôt sur Frawin!) et décider, avec nous bien sûr, quel téléphone trônera au sommet du bas de gamme sur Windows Phone.