Après un premier galop d’essai, Microsoft sort une nouvelle édition de sa tablette Surface RT. Baptisée Surface 2, et perdant donc son suffixe RT au passage, cette tablette qui peut aussi servir de PC n’a pratiquement rien à voir avec sa grande sœur. Enfin, pas tout à fait. Explications…

Microsoft Surface 2 (7)

Le tour de la Surface 2 peut vous donner un air de déjà-vu. Elle reprend le principe de la béquille introduite par la Surface RT première du nom. A ce titre, les ingénieurs de Microsoft l’ont retouchée pour apporter un nouvel angle d’inclinaison permettant alors de la poser sur les genoux et ainsi avoir l’écran face à soi et non plus trop vertical. Cela facilitera les interactions avec la dalle tactile de la tablette. Puisque l’on aborde le sujet de l’écran, ce dernier est aussi corrigé pour passer de la simple définition de 1366 x 768 à du Full HD. La luminosité est correcte, mais ne corrige pas les reflets que l’on peut avoir dans une pièce éclairée par exemple.

Passons aux connectiques présentes sur cette nouvelle mouture. La Surface 2 passe à l’USB 3.0 sur son unique port disponible sur la tranche droite de la tablette. Le port micro-HDMI juxtaposé permettra d’afficher à la fois l’écran de la tablette et un second affichage pour travailler par exemple. L’idée est bien d’utiliser cette machine comme un PC portable. Plus petit que ce type de machines, la Surface 2 pourra donc être polyvalente à la fois au bureau, à la maison, mais aussi en mobilité.

Système d'exploitationWindows 8.1 RT
ProcesseurNvidia Tegra 4
Mémoire2 Go
Stockage32 Go ou 64 Go extensible par une microSD
Ecran10,6" (1920 x 1080) (~208 ppp)
Ports1 port microHDMI
1 port combiné sortie casque/entrée micro
1 port USB 3.0
Webcamarrière : 5 millions de pixels (vidéo 1080p)
avant : 3,5 millions de pixels (vidéo 1080p)
Sans filWi-Fi 802.11b/g/n double bande
Bluetooth 4.0
Type d'alimentation électriqueAdaptateur alimentation secteur 24 W avec connecteur propriétaire aimanté
Type de batterieBatterie Li-Ion
Dimensions (L x P x H)27,5 x 17,3 x 0,89 cm
Poids676 grammes
Couleur produitGris aluminium
Garantiegarantie matériel limitée à 1 an

De ce côté, le moteur de la Surface 2 a également été mis à jour par une puce mobile Nvidia Tegra 4 accompagnée de 2 Go de RAM, et soutient la cadence pour une journée de travail bureautique classique. La machine rend l’âme après 7 heures de surf web, de saisie de documents ou encore de bla-bla sur Skype. Elle pourra donc se balader entre deux feux sans avoir besoin de s’encombrer davantage avec le chargeur secteur.

Microsoft Surface 2 (5)

Des forces…

Du point de vue esthétique, Microsoft a encore une fois appris de ses erreurs de jeunesse. Le revêtement en VaporMg passe du coloris noir, lisse et salissant à un gris aluminium du plus bel effet. La prise en main est agréable malgré ses 676 grammes. Elle perd d’ailleurs quelques grammes entre la première édition et celle-ci permet de garder le clavier fixé au travers d’un mécanisme redoutable à aimants. Le principe ici reste le même, mais le clavier Type Cover est également passé au rouleau compresseur. Bonne nouvelle, la diminution de l’épaisseur de cet accessoire n’a pas été au faite détriment du confort de frappe. Les touches, désormais rétroéclairées, permettent de saisir rapidement du texte assez long. Néanmoins, on regrette que ce Type Cover ne soit finalement pas plus rigide pour moins bagoter pendant les séances de frappe lorsque la tablette est posée sur les genoux.

Microsoft Surface 2 (9)

Tandis que la zone tactile sur ce même clavier est plus réactive. La sélection de fichiers ou encore le déplacement de la souris dans l’interface de Windows RT 8.1 sont plus aisés, notamment sur le bureau classique de l’OS. Un mot sur le prix de cet accessoire qui n’est finalement pas donné. Microsoft le propose à près de 130 euros. Si l’on comprend bien qu’il y a eu de la recherche derrière pour le développement de ce produit, ce prix gonfle bien trop la facture totale passant alors à 569 euros a minima. Pire, la version 64 Go gonflera encore la note de 100 euros. A savoir que la Surface 2 est proposée avec 32 Go de mémoire interne occupés en partie par le système et sa partition de restauration (3,3 Go). Au final, dans cette version, il ne reste pour l’utilisateur qu’une quinzaine de giga-octets pour ses applications, ses jeux, et ses documents. Microsoft a devancé ce problème en ajoutant à sa tablette un emplacement microSD compatible avec les cartes de type SDXC les plus rapides.

Le rétroéclairage est un vrai plus sur ce clavier amovible...

Le rétroéclairage est un vrai plus sur ce clavier amovible…

Si l’on pouvait rapidement conclure que cet emplacement supplémentaire ne rajoutait que des complications à son exploitation sur la précédente mouture, la firme de Redmond a encore corrigé le tir en proposant en corrigeant son OS. Un simple clic droit sur l’un des dossiers de sa carte microSD permettra d’y inclure son contenu dans les bibliothèques du système. En bonus, les applications natives de Microsoft iront donc piocher dans ces bibliothèques ainsi augmentées par la carte microSD sans avoir à sacrifier de l’espace mémoire en interne. Mieux, il est possible de choisir cette même carte externe pour la synchronisation de son compte SkyDrive. Attention tout de même, cela copiera tous les fichiers synchronisés depuis les serveurs de Microsoft si l’on a opté pour une synchronisation complète. La carte peut donc être rapidement saturée.

Pas de quoi faire un tirage papier 10x15...

Pas de quoi faire un tirage papier 10×15…

Microsoft a donc appris et propose une version 2 de sa Surface qui brille par sa qualité de fabrication et d’assemblage. La tablette pêche un peu sur la photo, une activité dans laquelle elle n’excelle pas, c’est indéniable. Pourtant, le Windows Store propose quelques outils gratuits de retouche de photographies comme Fotor, véritable couteau suisse en la matière. Mais la firme de Redmond n’a pas réussi à tout corriger, comme en témoigne la pauvreté des applications compatibles avec sa tablette sous Windows 8.1 RT. Seuls les développeurs d’applications le peuvent. Il faudra cependant que Microsoft les encourage d’une manière ou d’une autre comme l’a indiqué récemment Joe Belfiore pour la plateforme Windows Phone.

[nggallery id= »13″]

… et des faiblesses

Un exemple flagrant de ces quelques manques : le support des fichiers vidéos mkv. Il ne sera possible de les lire que par des applications payantes. L’application Vidéo proposée par l’éditeur américain ne propose pas de lire nos fichiers de test. Cependant, les fichiers mp4 sont lus correctement, mais sans le support des sous-titres. Des lacunes qui ne semblent pas toucher la déclinaison Pro qui aura quant à elle droit à VLC par exemple. Ce célèbre logiciel ne bénéficie pas encore d’une distribution sur le Windows Store, mais au travers de son site Internet pour l’environnement Windows 8 x86. Cette nouvelle tablette de Microsoft est donc à mettre entre les mains d’utilisateurs peu exigeants en applications et qui se contenteront de la suite bureautique complète Office 2013 et du navigateur Internet Explorer 11. Pour le reste, il faudra attendre que les applications arrivent.

À moins que finalement, le géant de l’édition de logiciels finisse par unifier Windows Phone et Windows RT sur lequel le premier propose bien plus d’applications. Une uniformisation que Microsoft prend très à cœur comme l’a indiqué récemment son actuel président-directeur général Steve Ballmer sous le nom de code « One Microsoft ». Si mise à jour il y a, espérons que cette Surface 2 en bénéficiera, puisque finalement quand on achète un produit à ce prix, on s’attend à ce que ce dernier dure plus d’un an.

Notre Verdict

design
Rien à voir et pourtant elle ressemble à deux gouttes d'eau à sa grande sœur la Surface RT. Le revêtement est moins salissant et la béquille a été revue pour rajouter un nouvel angle de maintien. On regrette en revanche un second port USB pour y brancher une clé ou un disque dur externe en plus du dongle clavier/souris.
8
écran
Encore une fois, la Surface 2 se paie le luxe d'une dalle Full HD, ce qui n'était pas le cas de la première tablette de Microsoft. La surface tactile est réactive et permet de piloter la nouvelle interface de Windows 8 sans problème.
9
logiciel
On ne critique pas l'OS en lui-même qui a fait de gros effort. Mais le plus regrettable est l'absence de gros hits des autres plateformes, que ce soit sous Android ou encore sur le Windows Store pour processeurs x86.
5
caméra
Ce n'est clairement pas l'usage premier de cette tablette. Le capteur de 5 millions de pixels permettra de prendre quelques clichés que l'on partagera ensuite sur les réseaux sociaux, mais guère plus.
6
autonomie
En usage bureautique, le SoC Tegra 4 arrive à contenir la fougue de ses quatre cœurs. Avec une moyenne de 7 heures sur ce type d'utilisation, la Surface 2 est donc une bonne surprise de ce côté.
8
10
Meilleure note
Notre avis
08/10
Cette tablette Surface 2 de Microsoft est une digne version 2 par rapport au premier opus lancé il y un peu plus d’un an. La qualité globale de la machine est excellente. Il sera tout à fait possible de gérer ses contenus bureautiques sans peine ainsi que ses photographies. En revanche, on ne peut pas lui faire faire n’importe quoi, en cause un système d’exploitation qui peine à trouver des développeurs d’applications. Le Windows Store reste donc encore assez désert et les inconditionnels du processeur x86 passeront leur chemin. En prime, Microsoft envoie quelques signaux ces dernières semaines qui nous portent à croire que l’OS est pratiquement mort ou tout du moins qu’il sera englobé par celui des smartphones. Vœu pieux ? Peut-être, mais à plus de 400 euros l’affaire, il est toujours bon de se poser la question.
design
08
écran
09
logiciel
05
caméra
06
autonomie
08
  • Qualité des matériaux
  • OS qui arrive à maturité
  • Design plutôt réussi
Pour
Contre
  • Capteur photo qui moutonne rapidement
  • Windows Store pour RT assez pauvre