Microsoft a publié il y a un mois et demi une version d’essai de la version d’Office 2013 sous sa forme définitive : voici notre retour sur cette nouvelle version. Quelles sont les améliorations que Microsoft a apporté depuis ? La firme a-t-elle entendu les remarques rapportées par les testeurs ?

Office 2013 rtm

S’il faut définir le meilleur produit de la firme de Redmond, sans aucun doute, la suite Office aurait sa place sur le podium. Dès les débuts de Microsoft, c’est cette suite logicielle qui a permis à la société naissante de devenir le géant d’aujourd’hui. La version 2013 apporte son lot de corrections. Si nous avons déjà pu les tester et vous les faire découvrir dans notre test de la Release Preview en août, nous vous proposons désormais le test de la version finale. Pour vous rafraichir la mémoire ou vous la faire découvrir, voici le nouveau né du département Office de Redmond.

 

 

Historique et enjeux

C’est en 1992 que pour la première fois les logiciels Word, Excel, PowerPoint et un client mail sont rassemblés au sein d’une suite logicielle : Office en version 3.0. Le produit est alors le meilleur outil en terme de prix. Très vite il s’impose comme indispensable. En 2007, alors que le marché gagne en concurrent (OpenOffice, GoogleDocs, etc.), une nouvelle version d’Office voit le jour et révolutionne la suite : les historiques barres d’outils disparaissent pour laisser place à des « rubans » qui selon le contexte, apparaissent/disparaissent. Office se démarque de la concurrence en réaffirmant sa position de leader. [Pour plus d'information sur Office]

Historique logos officeLogo Office 2013                  Logo Office 2010

Bien que les outils des concurrents soient performants, Office n’a pas trop de souci à se faire, la concurrence ne parvenant toujours pas à fournir des outils aussi complets et aboutis que la suite bureautique de la firme de Redmond. C’est du côté tactile que Microsoft se démarque désormais ! Longtemps délaissée et réputée inapte à un environnement de travail, la part du marché tactile était simplement ignorée. Il y a bien des petites suites alternatives (gratuites ou payantes) sur les différentes plateformes, mais aucune ne permet vraiment d’éditer du contenu avec confort et rapidité. Avec l’arrivée de Windows Phone et d’Office pour eux, la tendance semblait s’inverser. Microsoft nous présente donc aujourd’hui l’aboutissement de ses travaux sur la suite Office créée pour le tactile, en plus d’apporter son lot d’améliorations propre à chaque version.

 

 

Interface et design Modern UI

Logos, interfaces, couleurs, tous se sont mis à Modern UI. Les logos rafraîchis (même par rapport à la version de Preview) ont une identité visuelle forte grâce à des couleurs aux tons simplifiés (à l’image de ce que l’on trouve sous Windows Phone) et des formes géométriques.

Logo_Microsoft_Word_2013Logo_Microsoft_PowerPoint_2013Logo_Microsoft_Excel_2013Logo_Microsoft_Outlook_2013

En ce qui concerne l’interface, vous retrouverez toujours les rubans et cette fois-ci pas de changements dans leur agencement. Les icônes des outils ont été repris pour être « aplaties » façon Modern UI. Ce qui change en revanche c’est les couleurs. Bien que les thèmes blanc, gris (très) clair et gris (un peu plus) foncé reprennent l’idée de ceux présents dans la version 2010, les différences qu’ils comportent sont plus en termes de contraste qu’autre chose. Vous aurez aussi la possibilité, comme dans Zune ou l’écran d’accueil de Windows 8, de changer les petits motifs de fond.

Globalement, l’interface est au mieux optimisée et peaufinée, au pire identique à la version de Preview de cet été.

 

 

Outlook, enfin de la performance sans trop de lourdeur

Nous en parlions pendant notre rapide test de la version de preview d’Office cet été, Outlook en l’état n’était pas utilisable. Bien que les nouveautés étaient intéressantes, elles n’étaient pas finis ou semblaient buggées et pire, certaines fonctionnalités des versions précédentes d’Outlook étaient aussi buggées.

Heureusement, et nous le disions dans notre test, cette preview n’était pas finalisée. La version RTM que Microsoft nous propose depuis bientôt 2 mois, elle, est terminée et corrige l’ensemble des problèmes soulevés. Ainsi, la fonctionnalité de reply in line (réponse dans les lignes en français) est enfin utilisable avec enregistrement automatique, et possibilité de passer dans une autre fenêtre (la fonction isoler).

Outlook - in line

Autre fonctionnalité au rendez-vous des débogages c’est la meilleure prise en charge de l’imap. Si dans la version preview les bugs occultaient complètement cela, désormais force est de constater que la reconnaissance des dossiers (envoi, envoyés, corbeille, etc) est bien faite, à condition que votre boite mail soit conforme, ainsi qu’une légère (mais sensible) optimisation de la synchronisation des courriels.

Outlook - boutons au survol

Finalement l’interface est très proche, voire identique, à celle Outlook.com avec apparition de bouton au survol des messages par la souris (un aspect très pratique !). En somme, cette nouvelle version d’Outlook n’est pas révolutionnaire mais rafraîchit le (véritable) client mail de Microsoft pour lui donner la touche Modern UI et le relancer dans le marché toujours plus restreint (malheureusement) des clients mail de bureau.

 

 

Word, fidèle à lui-même et toujours plus agréable à utiliser

Si Word est le produit de référence de la suite, il commence à être difficile de trouver des innovations importantes. Les dernières en date étaient l’ajout d’un véritable éditeur d’équation et surtout le passage des barres d’outils aux rubans (ces onglets qui classent les fonctionnalités et apparaissent/disparaissent selon ce que l’on fait).

Word - modèles

Hormis les ajouts généraux de la refonte des interfaces, Word ne s’enrichit d’aucune fonctionnalité majeure. Il s’agit en fait de la nouvelle page d’accueil lors du lancement d’un nouveau document : vous devrez choisir un modèle de document (éventuellement celui usuel, le document vierge). Microsoft se rapproche des outils pro de mise en page qui privilégient d’abord le modèle pour accélérer le traitement des nombreux titres et autres styles. Ceci était déjà possible auparavant mais peu d’utilisateurs le faisaient, démarche en effet un peu lourde pour un document de quelques pages. Mais lorsqu’il s’agit d’une thèse ou d’un document encore plus gros, le casse-tête pouvait être titanesque. En mettant en avant les modèles Word, Microsoft adopte avant tout une démarche « pédagogique » pour apprendre aux utilisateurs d’une part qu’ils existent et d’autre part à s’en servir.

Word - mode lecture

L’édition native des documents .pdf fait son entrée. Si cela n’est que peu intéressant pour des retouches importantes, des modifications mineures pourront être faites. Il ne faut pas s’attendre à des miracles mais cela est normal : le pdf est un format pensé « final » ce qui rend difficile la création d’outils performants pour l’éditer (mais pas pour le créer). À cela s’ajoute aussi une nouvelle présentation du mode lecture imaginée par Modern UI : une navigation horizontale.

En conclusion, les avancées pour Word et d’ailleurs toutes les applications sont donc résolument sur l’interface et surtout le tactile ! Les logiciels sauront reconnaître si on utilise le doigt ou la souris et grossir la taille des boutons de l’interface pour faciliter son pilotage tactile.

 

 

Excel, la machine à gaz s’enrichit de fonctionnalités en se simplifiant

Excel porte bien son nom et depuis longtemps : il excelle tout simplement. Véritable machine à tout faire, il semblerait, qu’à part le café, il soit capable de tout, quitte à savoir créer une macro (sorte d’extension). C’est en fait peut-être son défaut : on ne sait bien souvent pas s’en servir tellement il est nébuleux. Peu importe, la version 2013 n’apporte finalement pas de nouvelles fonctionnalités (mais en manquaient-ils ?). Ce qu’elle apporte par contre c’est une heureuse simplification de l’interface. En fait c’est une batterie d’outils intelligents capables d’analyser vos données, les modèles que vous utilisez couramment pour vous proposer plus facilement la création de graphiques, la mise en valeur de certaines variations et ainsi de suite. Tout est fait (en partie) pour mettre en avant des solutions d’Excel autrefois complexes à prendre en mains. Encore un souci de « pédagogie » de la part de Microsoft.

Excel

 

 

PowerPoint, enfin un véritable mode présentateur

PowerPoint, le fameux logiciel de création et projection de diaporamas, confirme la règle : rien de foncièrement innovant. Cependant comme à chaque mise à jour, le logiciel s’agrémente de nouveaux effets ou transitions. Rien de spectaculaire, surtout des problèmes de compatibilités avec les versions antérieures qui s’annoncent. Non l’amélioration réelle se trouve autre part. Il s’agit de l’écran présentateur. Déjà disponible avec la version précédente, il fallait connecter un second écran donc juste avant la présentation : bonjour le stress. Maintenant, vous pourrez paramétrer l’écran et voir à quoi il ressemble sans second écran. Un petit plus mais beaucoup de stress en moins.

Powerpoint

 

 

Conclusion

Office 2013 est finalement une mise à jour qui suit les innovations de Microsoft. C’est avant tout sur l’interface que l’effort a été poussé bien que de nombreux autres avantages (prise en charge native de Skydrive, intégration des services en ligne d’Office 365 (la version Web d’Office équivalent de Google Docs), l’App Store spécifique d’Office) aient vu le jour. Une mise à jour intéressante en termes d’image et d’impact visuel qui vaut tout de même le coup sur le plan des ajouts. Après un Office 2010, l’achat de cette version s’avère peut-être superflu sinon cher pour ce qu’il apportera (hormis pour les Microsoft fan boy !), il vaut le coup pour mettre à jour toutes autres versions.