La Surface de Microsoft est un produit pour le moins étrange. Il y a un an et demi, la Surface Pro première du nom avait au moins eu le mérite de nous convaincre du point de vue des fonctionnalités. Mais beaucoup moins sur un plan pratique. Sur le papier, proposer un véritable PC dans une tablette avec une interface à la fois destinée à l’aspect tactile (l’interface Metro de Windows 8) mais disposant aussi d’un véritable bureau Windows avait de quoi séduire. Mais c’était sans compter sur son poids important, un prix élevé et surtout une autonomie décevante. Est-ce que Microsoft a revu sa copie pour la deuxième édition de la Surface Pro ? La réponse est « moui ». Un oui pas très franc puisque les évolutions de cette deuxième version sont pratiquement invisibles à l’œil nu. Mais les quelques subtiles modifications apportées par Microsoft en font désormais un produit fini. Et ce n’est déjà pas si mal.

Surface Pro 2 test

La Surface Pro 2 en quelques mots

Quelques rappels s’imposent sur la Surface Pro 2. La Surface Pro 2 n’a pas grand chose à voir avec les Surface 1 et 2 classiques. Ces dernières ne sont ni plus ni moins que de véritables tablettes dotées d’un OS spécial (tronqué, diront non sans raison les mauvaises langues), Windows RT, et surtout d’un hardware embarqué orienté vers la mobilité (Tegra 4, 2 Go de Ram et 32 ou 64 Go de stockage). Malgré son design très similaire, la Surface Pro 2 est beaucoup plus proche d’un Ultrabook que d’une tablette. Non seulement elle embarque un véritable Windows 8.1 « classique » 64 bits , mais elle possède en plus du matériel digne d’un PC portable. Faisons un peu le tour du propriétaire :

ProduitMicrosoft Surface Pro 2
Système d'exploitationWindows 8.1 Pro (64 bits)
ProcesseurIntel Core i5-4200U @ 2,3 GHz (comprend une puce graphique Intel HD 4400)
Mémoire4 à 8 Go de DDR3 suivant les versions
StockageDisque dur SSD de 64 à 512 Go suivant les versions
Ecran10,6 pouces (1920 x 1080)
Ports1 port mini DisplayPort
1 port combiné sortie casque/entrée micro
1 port USB 3.0 standard
1 lecteur de carte microSDXC
1 connecteur pour clavier Microsoft Touch ou Type Cover
WebcamUne caméra avant et arrière HD 720p
Sans filWi-Fi 802.11a/b/g/n
Bluetooth 4.0
CapteursCapteur de luminosité ambiante
Accéléromètre
Gyroscope
Magnétomètre
Type d'alimentation électriqueAdaptateur alimentation secteur 48 W avec connecteur propriétaire aimanté
Type de batterieBatterie Li-Ion
Dimensions (L x P x H)27,5 x 17,3 x 1,35 cm
Poids907 grammes
Couleur produitNoir titane
Dans la boîteUn stylet Surface
L'alimentation 48W
Une licence Windows 8.1
Un feuillet de démarrage rapide
Un livret de garantie
Garantie2 ans de garantie matérielle
Prix879 € pour la version 64 Go
979 € pour la version 128 Go
1279 € pour la version 256 Go
1779 € pour la version 512 Go

Un design identique, à quelques micro-détails près

Du point de vue du design, la Surface Pro 2 n’a connu aucune modification par rapport à son aînée. Tout y est identique, du châssis en VaporMg (un dérivé du magnesium) en passant par les boutons ou encore le poids, il est très difficile de différencier l’aînée de la cadette sans les allumer. Un seul détail les différencie, et il est de taille, le pied possède désormais deux angles pour soutenir verticalement la tablette. C’était l’un des plus gros reproches adressé à la Surface Pro première du nom, mais cette Pro 2 permet enfin incliner plus horizontalement la tablette. Cette béquille adopte deux position : l’une à 55 degrés et l’autre à 85 degrés environ. La lecture de la tablette se retrouve donc facilitée suivant la façon dont on se tient à son bureau et là où l’on décide de la placer. Le genre de petite attention de la part de Microsoft qui fait plaisir quand on s’est tordu le cou pendant des heures sur la première Surface Pro.

Surface  Pro 2

Surface  Pro 2

Surface

L’une des nouveauté les plus notables de la Surface Pro 2 provient de son pied réglable en deux positions.

Pour le reste, il faut bien admettre que cette Surface Pro 2 respire la qualité. Une impression renforcée par l’aspect massif de l’objet et de son poids en main (pas loin de 1 kilo, tout de même). La coque métallique transpire la solidité et ses bords légèrement arrondis ne laissent place à aucune fantaisie. L’objet fait sérieux sur son bureau et le noir titane qui entoure cette tablette-PC fait indéniablement pro. Voilà un point sur lequel il est difficile de quoi trouver à redire.

Surface  Pro 2

De nouveaux claviers légèrement améliorés

Tout comme la précédente version de la Surface Pro 2, il est toujours possible de lui adjoindre un clavier Touch ou Type Cover de façon à transformer la tablette en simili ordinateur portable. Avec la sortie de la Surface 2 et de la Surface Pro 2, Microsoft en a profité pour commercialiser deux nouveaux claviers compatibles avec toutes les surfaces : le Touch Cover 2 et le Type Cover 2. Le second est un clavier mécanique traditionnel tandis que le premier est un clavier tactile avec des touches sans courses. Si nous n’avons pas pu essayer le Touch Cover, le Type Cover 2 s’avère être un clavier très correct. La frappe est agréable, le pavé tactile répond parfaitement et la course des touches, un peu plus courte que sur un PC portable traditionnel, désoriente quelque peu au départ avant de se révéler agréable à l’usage. Cette deuxième version dispose maintenant de touches rétro-éclairées dont la luminosité est réglable et son toucher façon velours devrait convenir au plus grand nombre. Les deux seuls problèmes à nos yeux résident dans sa petite taille – pas vraiment adaptée aux grandes mains – et surtout son prix : 130 euros environ. Précisons bien que le clavier n’est pas vendu avec la Surface Pro 2. Ajouter plus de 100 euros pour un clavier à une tablette/PC est un argument financier que beaucoup prendont en compte avant l’achat. Notez qu’il est parfaitement possible de brancher n’importe quel clavier sur le port USB de la tablette.

Surface Pro 2

Au quotidien

Maintenant qu’on a fait le tour de l’objet, que vaut la Surface Pro 2 à l’usage ? Windows 8.1 oblige, elle possède de sacrés avantages. Le premier et le plus important est indéniablement la possibilité de profiter entièrement des applications Metro (Modern UI) de Windows 8.1 et de pouvoir installer dans le même temps tous les programmes compatibles avec Windows que l’on souhaite. Autrement dit, aucun problème pour lire des fichiers .mkv puisque la version bureau de VLC est compatible, lancer des jeux (Steam tourne parfaitement dessus), utiliser Office, installer un anti-virus, bref faire ce que l’on veut tout en ayant la possibilité de tout réaliser à la main ou au stylet (on y revient), en utilisant la fonction tablette de la Surface Pro 2.

processeur surface pro 2

La Surface Pro 2 intègre un excellent processeur et une bonne dose de RAM. Notez que dans notre version 64 Go, pratiquement 20 Go manquaient à cause de Windows 8.1. Ouch.

Est-ce une réussite pour autant ? Il est difficile d’y répondre de façon totalement affirmative. La Surface Pro 2 a le cul entre deux chaises et on le ressent lors d’une utilisation quotidienne. D’un côté, elle possède l’effet assez grisant d’avoir entre les mains une tablette dotée d’un Windows complet accompagné de la puissance d’un Ultrabook. Vous désirez lancer Hearthstone pour jouer dans votre canapé ? À condition d’aimer avoir un radiateur sur les genoux, c’est possible. Bosser sur un fichier Excel dans le train ? Pas de problème, elle a été pensée pour ça. Bon point par rapport à sa grande sœur, la Surface Pro 2 nous a semblé un peu moins bruyante que son aînée et pour peu qu’on ne lui demande pas de faire tourner un jeu gourmand, ses ventilateurs s’affolent rarement. Toujours dans les bons points, notons que l’autonomie a fait des progrès depuis la première version. Il est par exemple possible de jouer trois bonnes heures de suite à Hearthstone sans que la batterie rende l’âme. Sur une utilisation bureautique classique, la tablette était capable de durer un peu plus de 6 heures sans avoir besoin de la recharger. Bref, ce mélange d’Ultrabook et de tablette fonctionne parfaitement pour un usage sédentaire. Mais beaucoup moins quand il s’agit d’être en déplacement.

Surface Pro 2

Si vous n’en pouvez plus d’attendre la version tablette de Hearthstone, il est tout à fait possible d’y jouer « à la main » sur la Surface Pro 2.

Elle a tout d’une (trop) grande

Car ses caractéristiques physiques l’handicapent sacrément. Difficile en effet de garder la  Surface sur les genoux pendant des heures pour regarder un film ou pour jouer à un jeu tant elle a tendance à chauffer rapidement. Son poids la rend également difficile à porter à bout de bras passé une grosse demi-heure. Difficile encore de profiter pleinement du bureau de Windows sans une véritable souris ou un clavier complet. Certes, le stylet compris dans la boîte permet partiellement de combler l’absence de souris, mais après des années à avoir un mulot en main, les habitudes ont la vie dure. D’autant plus qu’on oublie très rapidement ce stylet – de très bonne facture soit dit en passant – en collant systématiquement le clavier à la Surface. Et puis Microsoft n’a pas toujours gâté sa tablette d’un point de vue matériel et logiciel.

Surface Pro 2

Le mini DisplayPort (en bas) n’est pas la sortie vidéo la plus répandue qu’il existe actuellement sur le marché. C’est en tout cas un gage d’avenir.

Le port mini DisplayPort tout d’abord. Combien d’écrans ou de rétroprojecteurs disposent aujourd’hui d’une entrée DisplayPort ? D’un point de vue pratique, cette sortie vidéo est pratiquement inutilisable tant le nombre de moniteurs qui la supporte sont faibles. Alors, certes, c’est une solution d’avenir puisque de plus en plus de moniteurs l’intègrent, mais on aurait préféré un port HDMI, plus conventionnel. Puisqu’on parle des ports, on se demande toujours pourquoi le port RJ 45 répond aux abonnés absents. Avec ses 1,3 centimètres d’épaisseur, rien n’aurait empêché Microsoft d’en placer un quelque part sans la défigurer…

Surface Pro 2

La Surface Pro 2 à côté de la Xperia Z2 Tablet.

On aborde à peine la qualité des appareils photos présents devant et derrière la tablette qu’on qualifiera pudiquement de médiocres. Pas d’autofocus, aucun réglage, tenez-le vous pour dit, si vous désirez prendre des photos ou réaliser un petit film, n’importe quel smartpone milieu de gamme fera bien mieux que les deux caméra en 720p qui ornent la tablette.

Une tablette schizophrène

Enfin, l’écran de 10,6 pouces est de très bonne facture. Les angles de vision sont excellents et la luminosité est impeccable. Le problème, c’est sa résolution Full HD. Avec une résolution de 1920 x 1080, j’espère pour vous que vous ne souffrez pas de presbytie puisque tout paraît petit sur cet écran. Pas de problème notable quand on navigue sous l’interface Metro, mais l’utilisation du bureau Windows tourne rapidement au calvaire si l’écran n’est pas à moins d’un mètre de vous.

BAN

L’écriture manuelle sur l’application OneNote est bluffante.

Et puis il y a l’aspect logiciel de la Surface Pro 2, aussi schizophrène que son concept. Microsoft a pensé qu’il pourrait être pratique de rajouter du stockage de donnée à sa tablette. Dont acte, la Surface pro 2 est vendue d’office avec 200 Go pour Skydrive pendant deux ans. Pratique. Encore mieux, un abonnement d’un an à Skype premium est de la partie. En revanche, il faudra m’expliquer pourquoi Office n’est pas inclus de base. Avec la tablette et un clavier, l’addition est pourtant déjà bien salée.

Surface Pro 2

Notre Verdict

autonomie
Microsoft a fait de gros efforts sur l'autonomie de la Surface Pro 2. On est peut-être encore assez loin des Ultrabooks traditionnels, mais comparé à la première mouture de la tablette, l'autonomie a pratiquement été doublée.
7
caméra
Pas d'autofocus, pas de réglages, forcément la qualité ne peut pas être au rendez-vous. On se demande presque à quoi sert le 720p de ces deux caméras HD...
3
design
Pas de surprise au niveau du design, il est pratiquement identique en tout point à celui de la Surface Pro première du nom. Solide, massive et sans fantaisie, on est bien dans le Pro. On apprécie également que le pied puisse enfin adopter deux positions. C'était l'un des plus gros défauts de la Surface Pro.
7
logiciel
C'est du Windows 8.1 en version Pro. Ce qui signifie que l'on peut installer tout ce que l'on désire, du moment que c'est compatible avec Windows : jeux, lecteurs vidéos, application professionnelle, tout ! Et tant pis si les applications du Windows Store sont limitées par rapport à Google Play ou à l'App Store. La possibilité d'avoir un Windows bureau complet comble largement les lacunes.
9
performances
Le problème de la Surface Pro 2, c'est qu'elle est incroyablement puissante comparée à n'importe quelle autre tablette, mais un peu faiblarde par rapport aux Ultrabooks. Il n'empêche qu'il faut faire tourner des programmes très gourmands pour faire transpirer la tablette. Merci le Core i5 et les 4 ou 8 Go de RAM !
8
écran
L'écran de 10,6 pouces de la Surface Pro 2 est irréprochable. La luminosité est excellente et les angles sont parfaits. Son principal (et petit) défaut est d'être en Full HD, ce qui rend la lecture du bureau Windows difficile.
8
10
Meilleure note

Notre avis
08/10
Quoi de neuf pour la Surface Pro 2 ? En apparence pas grand chose. Il s’agit toujours d’un hybride tablette-PC capable de faire tourner n’importe quelle application Metro ou n’importe quel programme Windows sur son bureau. Et c’est toujours aussi agréable, pour peu que l’on en ait une utilisation bien précise. Car la Surface Pro 2 hérite de pratiquement tous les points forts et tous les points faibles de son aînée : puissante, rapide, complète mais aussi trop lourde, trop chère, dotée d’une connectique limitée et d’appareils photos foireux.

Et puis il y a les améliorations cachées. Un nouveau processeur un peu plus puissant, une autonomie décuplée, un pied plus pratique. Ça ne change pas fondamentalement la donne. Si vous ne voyiez pas vraiment l’intérêt d’une Surface Pro, vous n’en verrez pas plus l’intérêt avec cette deuxième version. Si vous cherchez un PC portable facile à transporter, il existe des Ultrabooks beaucoup plus intéressant au même prix (et fournis d’office avec un clavier, eux). En revanche, si vous cherchez une tablette qui propose autant de fonctionnalités qu’un PC classique et que vous ne voulez pas faire de compromis sur l’OS, alors c’est vers la Surface Pro 2 qu’il faut se tourner. A vrai dire, je ne sais pas exactement qui vous êtes, mais si Microsoft a décidé de sortir son produit, c’est que vous devez bien exister quelque part dans le monde. N’hésitez pas à me faire signe.
autonomie
07
caméra
03
design
07
logiciel
09
performances
08
écran
08
  • Un véritable PC dans une tablette
  • Windows 8.1 avec tous ses avantages : interface Metro ET bureau classique
  • Une autonomie à la hausse
  • Des composants (processeurs, puce graphique, audio) de qualité
  • On peut jouer à Hearthstone sur une tablette depuis son canapé
Pour
Contre
  • Encore trop cher et vendu sans clavier ni Office
  • Encore des problèmes de chauffe
  • Un manque criant de connectique
  • Un appareil photo ? Quel appareil photo ?