Après la Surface Pro 3 sortie l’été dernier, Microsoft a annoncé en mars dernier la Surface 3, une version plus humble et surtout plus abordable de sa tablette. Tout en gardant les lignes directrices de sa grande sœur et son design soigné, elle voit sa taille et ses performances réduites afin de la rendre accessible à des bourses plus modestes et sortir du cadre strictement “professionnel”. Un pari risqué pour tenter de concurrencer davantage les autres tablettes du marché, tout en conservant son côté hybride offert par son système d’exploitation de bureau et sa protection faisant également office de clavier.

Fiche technique de la Surface 3

 Microsoft Surface 3
Système d'exploitationWindows 8.1
ProcesseurProcesseur Intel® Atom™ x7-Z8700 quadri-cœur (2 Mo de cache, 1,6 GHz avec la technologie Intel Burst™ jusqu'à 2,4 GHz)
Mémoire vivre2 Go de RAM avec 64 Go de stockage
4 Go de RAM avec 128 Go de stockage
ÉcranÉcran ClearType Full HD Plus 10,8 po
Résolution : 1920 x 1280
Format d’image : 3:2
PortsUSB 3.0 standard
Mini DisplayPort
Lecteur de carte microSD™
Port de charge micro USB
Prise casque
Port clavier Cover
Caméras, vidéo et audioCaméra avant 3,5 mégapixels
Caméra arrière avec mise au point 8,0 mégapixels
Microphone
Haut-parleurs stéréo avec système audio Dolby®
Sans filWi-Fi (802.11 a/b/g/n/ac)
Bluetooth 4.0
CapteursCapteur de luminosité ambiante
Capteur de proximité
Accéléromètre
Gyroscope
Magnétomètre
Type d'alimentation électriqueAdaptateur alimentation secteur avec connecteur Micro USB
Type de batterieBatterie Li-Ion
Dimensions (L x P x H)267 mm x 187 mm x 8,7 mm
Poids622 g
Dans la boîteSurface 3
Adaptateur secteur micro USB
Guide de démarrage rapide
Documents de sécurité et de garantie
Garantie1 an de garantie matérielle limitée
Prix- 599 € pour la version 64 Go / 2Go RAM / Wi-Fi
- 719 € pour la version 128 Go / 4Go RAM / Wi-Fi

Par rapport à sa grande sœur de 2014, la première différence de la Surface 3 par rapport à la Surface Pro 3 concerne son écran, puisque de 12 pouces, elle repasse au format 10,8 pouces, plus proche donc de la Surface Pro 2. Elle y perd également en définition, avec un retour au simple Full HD (1920 x 1280 pixels), tout en conservant son ratio 3:2. Dimensions obligent, cette Surface 3 est également plus légère de près de 200 grammes, tout en restant néanmoins bien plus lourde que les tablettes ARM traditionnelles. Les autres différences proviennent de sa puissance intrinsèque, puisqu’il délaisse le processeur i3, i5 ou i7 de la Pro 3 pour un SoC Intel Atom x7-Z8700 quadri-cœur (architecture x86). Moins puissant, il a l’avantage du refroidissement passif, ce qui évite les bruits de ventilation, tout en permettant de dire adieu à Windows RT. Un compromis qui lui permet d’être un outil de bureautique efficace, mais qui rend la tâche plus difficile concernant le divertissement. Enfin, sa mémoire vive est limitée à 4 Go dans sa configuration la plus costaud, contre 8 Go pour les modèles les plus évolués de Pro 3.

Un design à la croisée des chemins

Tout comme ses ancêtres, la Surface 3 adopte un design très soigné en magnésium gris à l’arrière et des bords biseautés. Cela la rend très agréable au toucher, même si ces coins sont légèrement anguleux et pourront en gêner certains lors d’une utilisation de longue durée en mode tablette par exemple. Ce type d’usage est d’ailleurs permis grâce à son poids et sa dimension, bien plus agréables que sur la Surface Pro 3. Notons néanmoins que l’alliage utilisé pour la coque arrière est sensible aux rayures et nécessite donc un minimum de précautions.

La connectique quant à elle est limitée au minimum vital, à savoir un port USB 3.0, une prise casque, une sortie MiniDisplay, un port MicroUSB servant entre autres à la charge de la tablette, un port microSD (bien caché sous la béquille) et le port clavier Cover aimanté. Notons que le pied permet d’incliner la tablette sous trois angles différents afin de s’adapter à toutes les utilisations. De même, son clavier (vendu en option) peut être utilisé à plat, ou légèrement surélevé grâce à un système d’aimants. Ses touches sont d’ailleurs très réactives, de même que son trackpad, simple, mais efficace.

Microsoft Surface 3

La tablette en position haute…

Microsoft Surface 3

… en position intermédiaire…

Microsoft Surface 3

… et en position basse.

Des performances qui plombent le rapport qualité/prix

La Surface 3 est moins puissante que sa grande sœur, mais pourrait néanmoins rester compétitive. Or, elle peine à faire ses preuves contre des concurrentes proposées à un prix équivalent. Commercialisée à partir de 599 euros, elle ne permet pas de profiter du divertissement comme certaines tablettes ARM, ou autres hybrides. Hearthstone par exemple, bien que jouable, souffre de quelques baisses notables de framerate qui, bien que n’empêchant pas de jouer, le rendent moins fluide que sur un simple iPad. Nous n’évoquerons même pas ici de jeux plus gourmands qui arrivent difficilement à atteindre les 10 FPS en hoquetant, ce qui a d’ailleurs été confirmé en lançant l’outil de benchmark 3DMark, qui durant les tests ressemblait davantage à une série de diapositives qu’à des vidéos en CGI. Pour des utilisations moins gourmandes en revanche, comme la lecture d’une vidéo avec VL, les performances sont largement suffisantes.

Même la version 4 Go peine à se hisser au niveau de ses concurrents.

Même la version 4 Go peine à se hisser au niveau de ses concurrents.

Son écran est à la fois très bon et très lumineux, ce qui lui permet d’être lisible même en plein soleil. Attention néanmoins aux traces de doigts, particulièrement visibles sur cette surface vitrée, que les maniaques soient prévenus ! Sa dalle tactile en revanche est très réactive et précise, proposant une navigation très agréable en mode tablette.

L’utilisation au stylet (en option) n’est pas particulièrement évidente, et s’en servir comme d’une souris devient vite très difficile. Pour autant, certains pourront y trouver leur compte pour de la prise de notes sur un logiciel comme OneNote ou Evernote (tous deux fournis nativement) ou pour du graphisme. Il n’est pas rare néanmoins d’ouvrir le clavier virtuel avec la tranche de sa main lorsque celle-ci repose sur l’écran, ce qui peut rapidement devenir énervant.

Microsoft Surface 3

Le stylet et ses deux boutons, l’un pour sélectionner, l’autre pour gommer.

Test d'écriture manuscrite au stylet.

L’écriture manuscrite peut faciliter la prise de notes.

Les à-côtés

Niveau autonomie, Microsoft annonce jusqu’à 10 heures en lecture vidéo ou utilisation bureautique. Un chiffre tout à fait convenable pour ce type d’appareil qui ne peut malheureusement pas être amélioré autrement qu’en diminuant la luminosité de l’écran. Un défaut déjà présent sur la Surface Pro 3.

Enfin, l’appareil photo principal, de 8 Mégapixels, sera suffisant pour de rapides photos d’appoint, mais sa qualité ne permettra pas de réaliser des clichés réellement mémorables. En intérieur, si la mise au point est fiable et rapide, le grain est omniprésent, ce qui donne un rendu final très moyen. Un défaut somme toute peu gênant sur un appareil de ce type. Plus embêtant en revanche pour la visioconférence, la caméra en façade manque également de qualité et peine à stabiliser sa luminosité.

Microsoft Surface 3

Notre Verdict

design
Plus efficace en mode tablette que sa grande sœur la Surface Pro 3, la Surface 3 reste néanmoins plus épaisse et moins pratique qu'une tablette plus traditionnelle. Couplée à son clavier et à sa béquille, elle se transforme néanmoins en un notebook tactile très pratique.
7
performances
À vouloir choisir entre tablette et notebook, la Surface 3 remplit difficilement ses différentes fonctions et se retrouve limitée à de la bureautique simple. S'il est possible de lancer des jeux très peu gourmands, sa puissance globale reste souvent trop faible pour en profiter réellement.
5
logiciel
Retrouver une interface de bureau complète sur un terminal aussi compact réjouira les utilisateurs de cette tablette qui cherchent à emmener leur espace de travail Windows 8.1 partout.
9
écran
Lumineux et doté d'une bonne colorimétrie, l'écran est l'un des points forts de cette Surface 3. En outre, ses 10,8 pouces et son ratio 3:2 lui permettent de remplir à peu près toutes les fonctions pour un encombrement minimum.
8
autonomie
Microsoft annonce une autonomie de 10 heures en lecture vidéo pour sa Surface 3 et ne ment pas sur la marchandise. Si cela suffit pour une utilisation simple, cette durée est rapidement réduite lors d'un usage un peu plus intensif. Nous regretterons également l'absence d'options de gestion d'alimentation permettant de tenir un peu plus longtemps en dehors de la gestion de la luminosité.
7
caméra
Que ce soit son appareil photo arrière ou sa caméra frontale, la Surface 3 est loin de réaliser de bonnes performances à ce niveau. Entre le grain omniprésent et les difficultés de réglage de la luminosité, il ne faut pas s'attendre à des merveilles de ce côté.
4
10
Meilleure note
Notre avis
06/10
Avec la Surface 3, Microsoft a tenté de rendre sa tablette hybride plus accessible, tout en conservant ce qui faisait la force de la marque jusqu’à présent. En faisant cela, la Surface 3 perd néanmoins beaucoup de son charme, puisque malgré ses bonnes performances et la présence d’une architecture x86, elle se retrouve entre deux catégories et peine de ce fait à rivaliser avec les solutions déjà en place. Bien que convaincante dans son domaine (la bureautique simple), elle n’offre pas les mêmes possibilités en termes de divertissement qu’une tablette ARM haut de gamme, ou qu’un notebook complet du même prix, d’autant qu’au tarif de base, il est nécessaire d’ajouter au moins le clavier à 149 euros, et éventuellement le stylet pour s’affronter sur un pied d'égalité. Des charges qui font baisser d’autant le rapport qualité/prix de cette Surface 3, pourtant intéressante de prime abord.
design
07
performances
05
logiciel
09
écran
08
autonomie
07
caméra
04
  • Les avantages de Windows 8.1
  • Un pied avec trois positions
  • L'écran très bon, même en plein soleil
  • Une autonomie qui reste convenable
  • Pas de bruit ni de chauffe comme sur la Surface Pro 3
  • La recharge par port micro-USB
Pour
Contre
  • Des performances qui limitent grandement les possibilités
  • Des capteurs photo médiocres
  • Le clavier en option qui augmente sensiblement son prix
  • Rivalise difficilement avec des tablettes ou des notebooks de même tarif