Il y a 8 mois, j’écrivais un article sur les problèmes rencontrés par Microsoft avec Internet Explorer et je posais la question de son avenir à court terme. Début janvier, la société y apportait une réponse en annonçant son nouveau navigateur sous le nom de code Project Spartan qui deviendra, lors de la conférence Build, Microsoft Edge, son nom définitif et commercial. Nous avions réalisé une prise en main de Project Spartan lorsqu’il avait été mis à disposition des testeurs de Windows 10 mais maintenant que le système à atteint le stade de la RTM et va donc se retrouver entre les mains du grand public, il est temps de passer à un test en bonne et due forme.

Edge image une

 

Un nouveau moteur

Si Microsoft a pris la décision de créer un nouveau navigateur au lieu de continuer à mettre à jour Internet Explorer, c’était d’une part pour repartir à zéro avec une nouvelle marque, même si son logo reste familier, ce qui pourrait donner à plus de personnes l’envie de tester le navigateur, et d’autre part, de proposer deux navigateurs différents. Microsoft continuera de proposer Internet Explorer avec tous ses modes de compatibilités pour les entreprises qui utilisent souvent des services pensés pour Internet Explorer 6, 7 ou 8. Cependant, Internet Explorer ne sera plus présent par défaut dans Windows 10 pour les particuliers et c’est là que Microsoft Edge intervient en proposant un navigateur pensé pour les dernières technologies du Web, comme le HTML 5 ou ECMAscript 6. Ne plus avoir à prendre en compte les entreprises signifie également que Microsoft sera libre de mettre à jour son navigateur aussi souvent qu’il le veut, d’autant que cela sera appuyé par la notion de Windows en tant que service qui va être mise en place avec Windows 10 et ses mises à jour régulières.

Edge HTML engine

Ce test sera séparé en deux parties. Nous reviendrons dans un premier temps sur les performances du moteur de rendu de Microsoft Edge puis nous commenterons l’interface et les fonctionnalités du navigateur.

Des performances en nette hausse

Première chose que l’on ressent à l’allumage du navigateur, ça va vite, très vite ! Les pages se chargent très rapidement et le défilement est lui aussi très fluide et rapide. Microsoft Edge, comme Internet Explorer 11 sous Windows 8 utilise l’accélération graphique pour fluidifier l’affichage de la page. Cela rend la navigation particulièrement agréable sur les tablettes où l’on défile et zoom au doigt et dont on supporte mal les ralentissements. Sur ce sujet, Edge semble être plus performant que Google Chrome et Mozilla Firefox, mais cela n’est qu’un ressenti. Les performances sont également mesurables avec des tests théoriques. Nous avons décidé d’utiliser les mêmes tests que nous avions utilisés avec la prise en main de Project Spartan pour pouvoir comparer les progrès, ou non, accomplis.

Benchmark/NavigateursMicrosoft Edge (RTM 10240)Project Spartan (10049)Chrome 46 (Canary)Internet Explorer 11
HTML5Test.com (score)402375526348
ECMAScript665 %73 %60 %15 %
Sunspider98.8 ms118,5 ms232,2 ms136,5 ms
Octane 2.0 (score)25202204302622515813

HTML5Test.com et ECMAScript 6 sont des tests très théoriques qui se contentent de regarder quelles sont les fonctions de chacune des deux technologies qui sont implémentées dans le navigateur testé, sans prendre compte de la qualité de la prise en charge.

Sur ces tests, on voit que Microsoft Edge est en net progrès comparé à Internet Explorer 11, mais qu’il continue d’être en retrait sur la prise en charge du HTML 5 comparé à Google Chrome. On peut noter un recul de Microsoft Edge comparé à Project Spartan sur le test ECMAScript 6 ce qui semble étrange. Des fonctions mal implémentées ont peut être été retiré entre temps. Microsoft annonçait pourtant que Microsoft Edge prendrait en charge ECMAScript 6 à 100 %. Si l’on active les fonctionnalités expérimentales (avec about:flags), ce chiffre passe à 79%, un record pour un navigateur !

Sunspider et Octane sont en revanche des benchmarks qui testent les performances des moteurs de rendus JavaScript en pratique. Avec le test Sunspider, crée par l’équipe Webkit, le moteur de rendu de Safari, Microsoft domine de la tête et des épaules et la dernière version de Microsoft Edge se permet même d’être plus de deux fois plus performant que Google Chrome 46. Le test Octane est lui crée par Google, et le navigateur maison reste devant avec un score de 26625, mais Microsoft Edge le talonne avec 25202 points, surtout comparé à Internet Explorer 11, loin derrière avec 15813 points.

Encore de rares soucis de navigation

Dans la très grande majorité des cas, la navigation sur Internet se déroule bien, Microsoft Edge affiche correctement les pages web sans que l’on dénote de soucis, mais il arrive que dans certains cas, la page ne puisse pas être affichée avec Microsoft Edge. Dans ce cas, Microsoft renvoie la balle à Internet Explorer. Dans d’autres cas, le navigateur se bloque ou affiche une page blanche ;c’est le cas du service Google Music, qui refuse tout simplement de s’afficher. C’est le seul site sur lequel nous avons rencontré un tel problème, ce qui peut indiquer que le code source du site serait en faute, bien que le site fonctionne sur tous les autres navigateurs.

Edge test google music

Une interface pas terminée

S’il n’y a une chose qui n’a pas vraiment évolué depuis le lancement de Project Spartan, c’est bien son interface. L’interface de Microsoft Edge abandonne ce qui se faisait avec Internet Explorer et adopte la même architecture que Google Chrome ou Mozilla Firefox. On retrouve donc une barre d’onglets en haut, une barre d’adresse en dessous avec éventuellement une barre de favoris, quelques boutons de navigation et l’accès aux paramètres sur la droite.

Edge utilise un système de volets

Edge utilise un système de volets

Les favoris, l’historique de navigation, la liste de lecture, la liste des téléchargements et les paramètres sont gérés dans un volet latéral qui n’interrompt pas la navigation, contrairement à Google Chrome qui gère ces options sur des pages dédiées.

Microsoft edge les volets

L’implémentation de ces fonctionnalités dans Microsoft Edge est, pour le moment, pour le moins basique. Il n’est par exemple pas possible de faire une recherche dans l’historique ni dans la liste des téléchargements. L’interface répond bien et la gestion des favoris est plutôt simple puisque tout se gère en faisant des glisser-déposer des favoris dans leurs dossiers.

Microsoft edge volets parametres 2

De la même façon, le menu des paramètres ne semble pas très bien organisé et ne propose qu’une liste désordonnée d’options à activer ou désactiver.  Ce menu était suffisant pour un logiciel en preview, mais il n’est pas très accueillant pour un produit se voulant grand public.

L’interface de Microsoft Edge est très simple, peut-être un peu trop et certains n’hésiteront pas à la décrire comme étant austère.

 

Des bonnes idées et des fonctions manquantes

Microsoft Edge n’a pas comme seule nouveauté un moteur de rendu flambant neuf, il a aussi plusieurs fonctions lui permettant de se démarquer de la concurrence. La première d’entre elles est Cortana, l’assistant personnel de Microsoft qui est directement intégré au navigateur. Pour l’utiliser, Il suffit à tout moment de sélectionner du texte et un clic droit nous propose de « demander à Cortana », un volet de recherche s’ouvre alors avec la réponse de Cortana et les résultats de la recherche Bing en dessous. Pour le moment, dans la version française, dans tous les cas nous n’avons obtenu qu’une recherche Bing alors que l’assistante est, par exemple, censée pouvoir analyser un nom d’aliments pour en donner les infos nutritionnelles.

Edge Cortanan

L’autre grosse nouvelle fonctionnalité est la possibilité d’annoter n’importe quelle page web visitée puis de partager ces notes. C’est la fonction la plus convaincante de Microsoft Edge. Il est possible de prendre des notes au clavier comme on le fait sous Word, mais également d’annoter directement au doigt ou, préférablement, au stylet. Enfin, l’outil propose « découper » et « copier dans le presse-papier » une partie de la page web.

Microsoft Edge annotation

La page d’accueil par défaut de Microsoft Edge propose à l’utilisateur une liste des sites qu’il consulte le plus ainsi qu’un résumé des dernières actualités avec l’aide du service MSN. Cette page propose également de télécharger l’application du site dans le cas où il en propose une sur le Windows Store (comme Facebook par exemple). Pour les utilisateurs récalcitrants, cette fonction est complètement désactivable dans les paramètres.

Microsoft Edge accueil

Microsoft Edge propose également de gérer nativement une liste de lecture qui permet de retrouver à un endroit des articles qui nous ont plu et que l’on désire sauvegarder. Cette liste n’est malheureusement pas synchronisée entre les appareils pour le moment et ne permet pas une lecture hors-ligne des articles, même si cela devrait arriver dans le futur.

Ça, c’était les nouveautés de Microsoft Edge, mais il y a également des grands absents de cette version RTM. Il est pour le moment impossible d’enregistrer la plupart des documents et des médias trouvés sur Internet, que ce soit en faisant un clic droit ou un CTRL+S. On ne pourra par exemple pas enregistrer au format mp3 un podcast dont le lien nous est directement proposé sous ce format. Les images, elles, peuvent bien être sauvegardées.

La possibilité d’ajouter des extensions est également absente de cette version, même si Microsoft a déjà annoncé que cette fonction arriverait bientôt. La seule option de personnalisation disponible est celle du moteur de recherche par défaut du navigateur. Edge détectera tous les moteurs de recherche répondant à la norme OpenSearch et proposera ensuite à l’utilisateur une liste de ces moteurs. Bing, DuckDuckGo et Google répondent tous les trois à cette norme.

Si Edge propose bien d’importer les favoris depuis d’autre navigateur, il ne propose pour le moment pas de synchroniser les paramètres, onglets ouverts, favoris et d’autres options avec les navigateurs mobiles comme Chrome sur Android ou Safari sur iOS. Le navigateur est absent de ces deux plateformes et Microsoft n’a pas développé d’application de synchronisation, ce qui sera potentiellement un frein pour les utilisateurs de ces deux systèmes mobile. C’est d’autant plus vrai comparé à Google Chrome qui est aujourd’hui capable de synchroniser toutes les données de l’utilisateur entre iOS, Android, Windows et OS X.

Microsoft Edge est également le navigateur par défaut des tablettes sous Windows. Problème, il est moins bon sur ce point que son prédécesseur Internet Explorer 11 qui bénéficiait d’une interface dédiée pour le tactile. Le plus gros manque dans ce domaine est la possibilité de revenir à une page précédente en glissant du doigt vers la droite comme on le fait chez la concurrence.

Un navigateur à l’image de Windows 10

Microsoft Edge donne aujourd’hui l’impression qu’un énorme travail a été accompli par les équipes de Microsoft et en très peu de temps, mais comme Windows 10, il donne également l’impression de ne pas être totalement terminé. L’éditeur a un calendrier très serré à respecter s’il veut réussir à capter 1 milliard d’utilisateurs sur sa plateforme d’ici deux ans.

On sait que Windows 10 et Microsoft Edge seront continuellement mise à jour, et la plupart des défauts de jeunesse remarqués dans ce test seront probablement corrigés à terme. Le risque pour l’éditeur est que les utilisateurs donnent sa chance à Microsoft Edge avant que cela n’arrive et qu’ils décident de retourner sur Chrome ou un autre navigateur concurrent.

Dans son état actuel, nous conseillerons Microsoft Edge à ceux qui recherchent une expérience de navigation simple et performante et à qui les extensions de Chrome ou de Firefox ne manqueront pas. Les bases sont là et avec quelques évolutions, Microsoft Edge pourrait, à moyen terme, devenir un navigateur de premier rang. Nous ne manquerons alors pas de faire des tests supplémentaires lorsque ces évolutions arriveront.