Après plusieurs mois de développement, la première mise à jour pour Windows 10 est sortie le 12 novembre 2015 ce qui lui vaut le nom 1511. Cette mise à jour apporte de nombreux correctifs et améliorations à Windows 10 tant au niveau des performances que de l’interface utilisateur.

Windows 10 TH2 version 1511 presentation

Un processus de mise à jour laborieux et dépassé

Windows 10 1511 étant avant tout une mise à jour de Windows 10, nous avons décidé d’inclure le processus de mise à jour dans notre test. C’est d’autant plus important que ce processus est le principal point noir que nous reprocherons à cette mise à jour.

Mise à jour processus complet part1

multiple temps de chargement à l’installation

Pour mettre à jour Windows 10, il faudra se rendre dans Windows Update qui va alors, comme c’était le cas pour le programme Insider, télécharger la build de Windows 10 1511 pesant près de 4 Go. Après ce téléchargement, Windows Update va préparer l’installation puis demander à l’utilisateur de redémarrer la machine. Suivront alors un premier temps de chargement à l’extinction, puis 3 temps de chargement entrecoupés par plusieurs redémarrages de la machine. Enfin, après l’installation, l’utilisateur aura le droit à un cinquième et dernier temps de chargement pendant que Windows prépare sa session.

Derrière cette méthode d’installation se cache en réalité une réinstallation quasi complète du système qui laissera sur l’ordinateur un dossier Windows.old pesant plus de 12 Go (pour une installation récente de Windows 10).

Mise à jour processus complet part2

Un autre temps de chargement, à l’ouverture de session

Ce processus est très long et trop complexe pour la machine, et beaucoup de problèmes pourraient survenir pendant l’installation. On espère que Microsoft corrigera le tir à l’avenir en allégeant la mise à jour, en proposant par exemple de ne modifier que les fichiers systèmes qui ont été mis à jour. En plus d’être couteux en bande passante et complexe pour la machine, le procédé actuel est très lourd en termes de stockage, notamment pour les petites tablettes. Heureusement, Microsoft propose de télécharger les 4 Go de fichiers d’installation sur un média externe comme une clé USB ou une carte microSD.

Microsoft Edge 13

Lors de la présentation de Project Spartan, ensuite devenu Edge, Microsoft avait promis que le développement du navigateur serait plus rapide que ce que l’on avait connu jusqu’à présent avec Internet Explorer. L’éditeur n’a pas trop le choix sur un marché ou Mozilla et Google proposent des mises à jour très régulièrement pour Firefox et Chrome.

Si le rythme du côté de Redmond n’est pas encore aussi soutenu, puisqu’il a fallu attendre une mise à jour du système et 6 mois pour mettre à jour le navigateur, la promesse est malgré tout tenue, au moins du côté du moteur de rendu du navigateur.

Windows 10 1511 Edge 13 HTML5 test

Parlons d’abord des améliorations concernant ce moteur, l’élément de Microsoft Edge qui nous avait déjà impressionnés en juillet dernier. Ici, nous avons constaté une hausse du score sur le test HTML5 qui vérifie le nombre de fonctionnalités du standard implémentées (et non la qualité de l’implémentation).

HTML5
  • Edge 11 : 397
  • Edge 13 : 453
  • Chrome : 521

Microsoft Edge n’obtient toujours pas un score équivalent à Google Chrome, mais la progression est nette, surtout lorsqu’on prend en compte les 348 points qu’obtenait Internet Explorer 11 il n’y a pas si longtemps.

Comme html5test.com, le site kangax.github.io mesure l’implémentation de l’ECMAScript 6 qui donne les spécifications du JavaScript.

ECMAScript 6
  • Edge 11 : 63
  • Edge 13 : 84
  • Chrome : 63

Microsoft Edge dépasse ici son concurrent de loin, il se permet même d’être en avance sur les versions en développement de Firefox et Chrome. Le moteur continue donc d’être amélioré. Du côté de l’interface, on note également quelques améliorations même si on aurait aimé en trouver un peu plus.

Windows 10 1511 Edge 13 ECMA test plus preview tab

On observe principalement l’arrivée du glisser-déposer, pratique sur des services comme Google Drive ou Outlook.com, de la prévisualisation des onglets, en passant la souris sur un autre onglet, de la fonction Cast pour diffuser des médias vers des appareils Miracast ou DLNA, et enfin la synchronisation des mots de passe et des favoris avec Edge sur Windows 10 Mobile.

D’autres améliorations sont également de la partie, malheureusement cela ne suffit pas à nous convaincre. En cause, le grand absent : la prise en charge des extensions. Ce support devrait arriver dans la prochaine mise à jour, connue sous le nom Redstone, prévue pour l’année 2016.

La messagerie universelle Skype arrive, en preview…

À la sortie de Windows 10, nous avions critiqué l’absence d’application universelle pour Skype sur le Windows Store, obligeant à utiliser le logiciel classique, inadapté au tactile et aux écrans hauts résolution. Ces applications affichent toujours un retard évident dans leur développement, mais sont à présent disponibles, en preview, et installées de base avec Windows 10 1511.

Windows 10 1511 Skype preview apps test

Microsoft a en effet choisi de proposer non pas une application Skype, mais trois applications universelles réunissant à elles trois les fonctions du service. Ce choix s’explique par leur présence, application universelle oblige, sur Windows 10 Mobile où le découpage est beaucoup plus logique. On retrouve ainsi Messagerie, Téléphone et Skype Vidéo. Ces applications remplaceront sur le système mobile les applications système du même nom.

À terme, on imagine qu’il sera possible d’écrire des SMS ou de prendre des appels sur un ordinateur sous Windows 10 quand notre téléphone sous Windows 10 Mobile reçoit l’appel. En attendant, cette fonction n’est pas disponible et on se contente de pouvoir envoyer des messages écrits, des smileys et utiliser Skype Vidéo pour les appels Skype. L’interface des applications est pour le moment très pauvre et peu adaptée au support (en particulier l’application Skype Vidéo).

Continuité existe depuis plus d'un an chez Apple

Continuité existe depuis plus d’un an chez Apple

Vous l’aurez compris, ces applications sont encore très jeunes et leur qualité est très en deçà de ce qu’on peut attendre d’une société comme Microsoft en 2015, plus de 4 ans après le rachat de Skype.

Des améliorations partout dans le système

Windows 10 1511 reste une mise à jour somme toute mineure du système. Hormis quelques nouvelles fonctionnalités, cette version a surtout été développée comme une correction des défauts de Windows 10, sorti en juillet. On note toutefois de nombreuses petites nouveautés, ici ou là, dans le système, en voici une courte liste non exhaustive :

Tous ces éléments, et il y en a d’autres, ne révolutionnent pas l’utilisation du système, mais mis bout à bout améliorent sensiblement son confort d’utilisation. Nous avons longtemps reproché à Microsoft un manque de cohérence quand, par exemple, des éléments graphiques de Windows 98 étaient toujours présents dans Windows 8. Il convient donc de souligner que l’éditeur prend enfin la peine de revoir en profondeur son système afin de le rendre plus cohérent.

Terminons ce tour d’horizon des nouveautés par celle qui nous a le plus marqués et que l’on utilise dorénavant au quotidien : l’amélioration de la fonction snap. Cette fonction existe déjà depuis Windows 7 et avait été améliorée en juillet à la sortie de Windows 10. Windows 10 1511 propose lui aussi une mise à jour de la fonction qui pourra désormais intelligemment redimensionner une fenêtre ancrée lorsqu’on redimensionne l’autre fenêtre.

Conclusion

Que doit-on retenir de Windows 10 1511 ? C’est la première fois dans l’histoire de la société que Microsoft parvient à proposer une mise à jour pour Windows incluant de nouvelles fonctionnalités aussi rapidement. On voit ici la concrétisation du passage pour Windows d’un produit gravé dans le marbre avec une nouvelle version tous les 3 ans à un Windows considéré comme un service par son créateur et qui sera donc mis à jour plus régulièrement, et gratuitement. Windows 10 1511 apporte beaucoup de correctifs bienvenus et des améliorations notables dans l’utilisation du système, en particulier sur tablette. En juillet, nous avions justement conseillé d’attendre cette mise à jour, le système étant de toute façon proposé gratuitement jusqu’à l’été 2016. Cette nouvelle version est assurément mieux finie que le Windows 10 sorti en juillet.

Si Microsoft veut proposer la meilleure expérience avec ses produits, il doit proposer le meilleur écosystème. Pour cela l’éditeur devra améliorer ses applications de messagerie qui doivent être capables, en 2015, de se synchroniser entre terminaux, mais il doit également proposer le meilleur navigateur web, et cela passera par un accès à une boutique d’extensions. Enfin, si la firme veut vraiment proposer Windows comme un service, elle doit absolument améliorer l’expérience de mise à jour pour quelque chose de plus léger et transparent, que ce soit pour l’utilisateur, la machine ou la connexion Internet.

En attendant d’en savoir plus sur la prochaine mise à jour, prévues pour la première moitié de l’année 2016, nous conseillerons plus facilement Windows 10 1511, en particulier sur les ordinateurs classiques où nous ne voyons plus vraiment de raisons de rester sous Windows 7 ou 8. Les pilotes sont maintenant largement disponibles pour Windows 10 et les quelques problèmes de stabilité au lancement semblent avoir été réglés. Sur tablette, Microsoft a mieux travaillé sa copie. Le mode tablette fonctionne maintenant bien mieux grâce à des ajustements dans la gestion du stockage ou de la fonction snap. Là aussi, nous pouvons à présent conseiller la mise à jour, en vérifiant peut-être d’abord les retours des utilisateurs du modèle de tablette en particulier pour savoir si elle gère bien la mise à jour (notamment au niveau de la consommation électrique).