Des premiers indices trouvés dans le SDK de Windows 10 1511 nous font penser que Microsoft pourrait rendre son moteur JavaScript open source à l’avenir.

edge

Microsoft depuis près d’un an communique beaucoup sur son nouveau navigateur d’abord connu sous le nom de code Project Spartan avant d’être nommé définitivement Microsoft Edge à partir du mois de mai. Le navigateur se distingue d’Internet Explorer par son interface qui repart de zéro, mais également et surtout par ses moteurs de rendu. Ces derniers sont dérivés de ceux utilisés pour Internet Explorer en faisant tout pour les rendre modernes en laissant de côté la rétrocompatibilité obligatoire pour les entreprises qui continueront d’utiliser Internet Explorer.

C’est d’ailleurs ces moteurs, EdgeHTML pour le rendu de la page et Chakra pour le moteur JavaScript, qui nous avaient vraiment convaincus lors de notre test de Microsoft Edge en juillet dernier. Ils permettent à Microsoft Edge d’être souvent aussi, voire plus performant, que ces concurrents dans la vitesse d’affichage des pages ou la fluidité de navigation.

Contrairement à Chromium ou Firefox, le navigateur de Microsoft n’est pas publiquement open source, mais ça n’empêche pas la société de partager certaines parties du code avec d’autres sociétés pour améliorer le navigateur. C’est par exemple le cas d’Intel, qui a travaillé à l’implémentation de plusieurs technologies dans Chakra.

Chakrart h

Ces partenariats pourraient avoir donné envie à Microsoft de continuer sa démarche et l’éditeur pourrait très bientôt rendre des parties ou la totalité du moteur Chakra open source. On doit la découverte sur laquelle se fonde cette théorie à WalkingCat, qui partage souvent sur Twitter ses analyses du travail effectué par Microsoft et publié par l’éditeur au travers des builds ou des SDK.

Il a récemment remarqué que le fichier chakrart.h était maintenant publié par Microsoft sous une licence MIT. Ce fichier se trouve dans le nouveau SDK qui accompagne la sortie de Windows 10 1511, il permet à des applications autres qu’Internet Explorer d’utiliser le moteur Chakra. La licence MIT permet la lecture, la modification, la copie, la fusion, la redistribution de tout ou partie du code du moment qu’on mentionne le nom des auteurs. C’est donc une licence très permissive.

Si Microsoft décide réellement de rendre open source Chakra, la nouvelle sera probablement accueillie très positivement par les développeurs et contribuera à l’amélioration de l’image de marque de Microsoft. Elle permettra en plus à l’éditeur de contribuer aux développements des moteurs JavaScript et aux développeurs de contribuer au développement de Chakra, ce qui poussera le web dans le bon sens.