Un représentant de Microsoft a répondu aux rumeurs concernant la fin du projet Astoria. C’est également l’occasion de faire le point sur les différents projets de la société en la matière.

Microsoft bridge UWP build 2015 HD

Précédemment dans Project Astoria

Lors de la conférence Build 2015 destinée aux développeurs, Microsoft avait présenté 4 méthodes permettant d’adapter un service existant pour proposer une application sous Windows 10. Ces 4 méthodes complètent la méthode classique qui consiste en le développement d’une application en utilisant le SDK de Windows 10.

Depuis, la première méthode est officiellement disponible, elle permet d’intégrer un site web sous la forme d’une application grâce au moteur de Microsoft Edge. La seconde méthode à avoir été rendue disponible vient du projet Islandwood, qui vise à convertir les applications iOS codées en Objective C pour les transformer en applications universelles. Il y a également le projet Centennial, dont le but est cette fois de convertir les logiciels Windows classiques codés avec .Net et Win32 en application pour le Windows Store (l’intérêt étant la mise à jour automatique des applications, la mise en avant offerte par le Store ou encore l’indépendance de ces applications avec le système).

Android on Windows

Enfin, il y a le cas un peu particulier du projet Astoria qui proposait une machine virtuelle Android intégré à Windows 10 Mobile pour faire tourner n’importe quelle application Android, du moment qu’elle ne faisait pas appel aux services de Google (pas de carte Google Maps par exemple). Ce projet est resté pendant l’été en bêta fermée avec l’intégration de cette machine virtuelle aux builds Windows 10 Mobile pour les membres en Insider Preview.

Grâce à des fuites d’outils destinés aux développeurs, il était même devenu très simple d’installer des applications Android sur Windows 10 Mobile. On apprend aujourd’hui que ce projet aurait été annulé par Microsoft.

Fin du projet, définitivement ?

Suite à la disparition de la machine virtuelle Android des récentes builds de Windows 10 Mobile, la rumeur circulait que Microsoft aurait tout simplement mis un terme à ce projet. Microsoft a depuis confirmé ces rumeurs : un représentant de la société a répondu aux questions du site Re/code. Il a indiqué le projet Astoria n’était pas prêt pour le moment et a rappelé que les développeurs avaient déjà accès aux autres méthodes de développement.

Cette déclaration laisse une porte ouverte au retour éventuel du projet plus tard, nous pensons en revanche que ça n’arrivera pas, ni à court ni à moyen terme.

Les raisons de l’annulation du projet sont multiples. Premièrement, les développeurs Windows Phone voyaient d’un très mauvais œil l’arrivée d’un outil aussi simple de conversion, qui aurait pu réduire drastiquement leur marché aux profits des développeurs Android (dans une telle situation, quel serait l’intérêt de continuer à développer pour l’écosystème de Microsoft).

Microsoft 110 millions Windows 10

Microsoft a de plus reçu beaucoup plus de retours positifs des développeurs que prévu avec le projet Islandwood. Et d’une manière générale, il semble satisfait de la progression de Windows 10, qui a récemment atteint 120 millions d’installations, ce qui aide à convaincre les éditeurs d’applications. Contrairement à Islandwood, le projet Astoria ne visait pas la création d’applications universelles, mais simplement le portage vers Windows 10 Mobile.

Enfin, le projet semblait avoir un impact sur les performances de Windows. Les retours des utilisateurs de l’Insider Preview de Windows 10 Mobile sont bien meilleurs depuis que le projet n’est plus installé. Il n’est pas exclu que Google ait également eu son mot à dire sur la situation, ou qu’il n’ait pas tenté de bloquer les possibilités de ce projet, d’une façon ou d’une autre.

Le problème du manque d’applications sur Windows pour les tablettes et smartphones continue de peser lourdement sur le succès de Microsoft dans le monde mobile. Il faudra attendre de voir les premiers résultats de Windows 10 Mobile et surveiller l’arrivée d’applications importantes, comme Facebook, pour voir si Microsoft est parvenu à régler le problème sans le projet Astoria.