Joe Belfiore propose aux développeurs des meilleures applications disponibles sur les plateformes concurrentes des ressources de Microsoft pour les aider à les intégrer sur Windows Phone. Les ventes de smartphones sur l’OS mobile de Microsoft conjuguées à l’apparition de ces nouvelles applications du top 100 pourraient en intéresser plus d’un.

1722812_3_d5a5_joe-belfiore-vice-president-de-microsoft_0f18a86d43d97c22f241afd885b2b1d7

La forte adoption des smartphones est certainement à mettre sur le compte des catalogues d’applications disponibles sur les différentes plateformes concurrentes. Au départ, Apple jugeait bon de commencer avec les Webapps, ces applications que l’on utilise au travers d’un navigateur Internet. Puis, la firme de Cupertino s’est rapidement reprise en ouvrant sa boutique et son environnement de développement pour iPhone.

L’ère du développement d’applications a rapidement pris le pas avec Android et ses premières versions de son propre environnement. Les boutiques en ligne se sont multipliées, qu’elles soient légales ou non d’ailleurs. C’est donc un vaste marché qui s’ouvre sur les appareils mobiles pour personnaliser les fonctions en fonction de chaque utilisateur.

Microsoft a suivi le mouvement en proposant également son « Store » au coup d’envoi du premier Windows Phone 7. La progression du nombre d’applications disponibles était alors un peu trop lente pour que les clients des autres plateformes se jettent à l’eau en changeant pour un smartphone tournant avec cet OS.

Le top 100 en ligne de mire…

C’est tout le problème des nouvelles plateformes. Il faut que les plus gros titres et applications que les utilisateurs téléchargent par centaines de millions sur iOS ou Android soient sur son « MarketPlace ». Deux stratégies rivalisent sur ce point. Certains, comme BlackBerry par exemple, préfèrent s’appuyer sur l’écosystème Android de Google pour puiser dans le catalogue des applications de cette plateforme. Ainsi, c’est potentiellement quelques milliers d’applications qui sont directement accessibles à l’utilisateur. D’autres préfèrent aider les développeurs de ces applications pour les inclure ensuite dans leurs catalogues.

Microsoft adopte cette dernière stratégie selon les mots de Joe Belfiore lors d’une interview accordée à la BBC. Miser sur le top 100 des applications les plus téléchargées des boutiques concurrentes ne relève pas du défi, mais bien d’un investissement pas si conséquent, finalement. Avec ces cent applications sur le MarketPlace, Joe Belfiore pourra alors fièrement indiquer que Microsoft est dans la course pour prendre bientôt la seconde place des OS les plus utilisés au monde sur smartphone.